Connaissez-vous le képi de nos officiers et sous-officiers de gendarmerie ?

1/ LE GALON : La couleur des galons est déterminée par la subdivision d’arme à laquelle appartient le gendarme : blanc pour la gendarmerie départementale, jaune pour la gendarmerie mobile, rouge et jaune pour la Garde Républicaine (les gradés de la GR portent des galons jaunes comme la mobile). Ici, nous avons donc un képi de Chef d’Escadron (Commandant) de la gendarmerie départementale (quatre lignes fines).

2/ LE GALON D’ÉLITE : La bande large, entre la grenade et les galons de grade, se nomme « galon d’élite ». C’est Napoléon qui a autorisé la gendarmerie à l’arborer.

3/ LA JUGULAIRE : La bande blanche au dessus de la visière se nomme la « jugulaire » ou « fausse jugulaire ». Elle est retenue par deux boutons sur lesquels sont gravés le symbole de l’Arme.

4/ LES MONTANTS : Les petits traits se nomment les « montants ». Il y en a un du grade de Gendarme à celui de Lieutenant, deux pour les Capitaines et trois du Commandant au Général.

5/ LE NŒUD HONGROIS : Il est arboré par les gradés dès le rang d’adjudant. A l’époque, le nœud hongrois était simple, double ou triple, selon le nombre de montants. Actuellement, il sont simples (ou triples pour les officiers supérieurs).

6/ LA SOUTACHE : La ligne entourant le sommet du képi se nomme la « soutache d’ornement ». Elle est de la même composition que le nœud hongrois ou que les soutaches de grade.

7/ LA GRENADE : Elle apparaît avec la création de la Gendarmerie nationale. Symbole des unités d’élite, la grenade de la gendarmerie est unique au sein des armées par sa représentation à huit flammes or ou argent. Source : Rassembler, Transmettre, Soutenir

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Et pour commencer une belle soirée le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …  vous offre « La tactique du gendarme » selon Bourvil – Criminocorpus


2 réponses

  1. LLPZ dit :

    Eh bien, je le porterai moins sottement désormais ! Merci pour ces billets précieux qui « tirent » dans tous les sens sans jamais de balle perdue.

    • Philippe Poisson dit :

      Tu es toujours au top Laurent !

      PAR PHILIPPE POISSON · PUBLICATION 9 JUIN 2017 · MIS À JOUR 10 JUIN 2017

      Laurent López a été nommé chercheur au Service Historique de la Défense (Département des études, de la recherche et de la symbolique).

      Chercheur associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle (Universités Paris I et Paris-Sorbonne) et au Cesdip (UVSQ/CNRS, UMR 8183), Laurent Lopez a préparé à l’Université Paris-Sorbonne, sous la codirection des Pr. J.-N. Luc et J.-M. Berlière, un doctorat, publié sous le titre La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), préface de Jean-Claude Farcy, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2014.

      Parmi une production d’une quarantaine d’articles et de contributions à des ouvrages collectifs, il a co-dirigé, avec Jean-Noël Luc, un numéro spécial de la revue Histoire, Économie & Société, intitulé Histoire de la force publique aux XIXeet XXe siècles, 2013/4.

      Si l’histoire totale des forces de l’ordre doit s’intéresser également à leurs interrelations, peu d’auteurs ont adopté cette démarche sur une grande échelle en histoire contemporaine. Le doctorat de Laurent Lopez peut donc être considéré comme un travail pionnier : il analyse la coproduction de la force publique par les gendarmes et les policiers à la fin du XIXe siècle en ajoutant à une vaste enquête dans plusieurs dizaines de départements français des détours par la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.

      Laurent Lopez collabore aux enseignements de l’Université Paris-II (préparation aux concours administratifs, notamment ceux de l’EOGN et de l’ENSP), de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (cours sur l’histoire des forces de l’ordre françaises) et de la Classe préparatoire intégrée de l’EOGN (cours d’Histoire contemporaine et de Culture générale).

      López (Laurent) | Criminocorpus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *