Un crime d’État – Métro Charonne – 8 février 1962

Date de sortie du livre le 24 janvier 2017: Le 8 février 1962, une manifestation pour la paix en Algérie et contre les crimes de l’OAS, se termine par un massacre commis par les unités spéciales de la police sous l’autorité du préfet Maurice Papon, faisant neuf morts et des centaines de blessé-e-s. Les dizaines de témoignages qui sont publiées dans ce livre en relatent les atrocités.

La veille, dix attentats ont lieu à Paris visant des hommes politiques, des journalistes, des écrivains. Une fillette de quatre ans et demi est défigurée et rendue aveugle. Les ultras de l’Algérie française, qui avait porté de Gaulle au pouvoir en 1958, n’ont pas accepté la déclaration de ce dernier en 1959 du « droit à l’autodétermination du peuple algérien ». À deux reprises, en 1960 et 1961, ils organisent deux putschs, qui échouent, pour s’emparer du pouvoir, avec à leur tête des généraux et officiers supérieurs. Ils créent l’organisation de l’armée secrète (OAS), qui commet des centaines d’attentats et d’assassinats, afin de mettre en échec l’approbation massive du peuple français (75%) du droit à l’autodétermination du peuple algérien.

Les tergiversations et les exigences inacceptables du gouvernement français, ne permettent pas la conclusion d’un accord avec le GPRA (Gouvernement Provisoire du Peuple Algérien), ce qui encourage les ultras de l’Algérie française et son bras armé l’OAS. Dans l’union des syndicats de salariés-e-s, d’étudiant-e-s et  de lycéen-e-s, des organisations de jeunesse et des partis de gauche appellent à la riposte en manifestant à nouveau ce 8 février 1962. Le gouvernement interdit la manifestation, le préfet de Paris en organise la répression qui sera violente, très violente.

Les obsèques des victimes, le 13 février, de la place de la République au cimetière du Père Lachaise sont grandioses, un million de personnes sont rassemblées. Le lendemain, le général de Gaulle décide de la reprise des négociations avec le GPRA qui aboutiront aux accords d’Évian reconnaissant l’indépendance de l’Algérie. Le 19 mars c’est le cessez-le-feu.

130 ans de colonisation de l’Algérie marquent l’histoire de la France. Ce livre est constitué de nombreux témoignages inédits de participants à la manifestation, par des contributions de personnalités diverses dont l’historien Alain Ruscio et des documents d’époque. Un livre qui peut contribuer à combattre l’oubli, à réclamer justice pour les victimes et permettre à chacun de mieux appréhender une période de l’histoire de France.

Ouvrage collectif

LE TEMPS DES CERISES [ÉDITEURS]

La maison d’édition a été créée en 1993 à l’initiative de 33 écrivains qui voulaient ouvrir un espace d’expression, hors des sentiers battus de la pensée dominante.

En choisissant comme nom le titre de la chanson de Jean-Baptiste Clément, ils voulaient indiquer à la fois leur attachement aux idéaux de la Commune et à une certaine tradition de poésie populaire, le plus souvent occultée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *