Le talentueux faussaire qui dupa les nazis – Presse RetroNews-BnF

Han Van Meegeren, faussaire d’une extraordinaire habileté, dans son atelier en 1945 – source : Nationaal Archief NL-WikiCommons

« Se venger des critiques hollandais qui refusaient de reconnaître son talent personnel [], prouver son génie en se montrant capable d’égaler les grands maîtres du XVIIe siècle. » Telle était la motivation première de Han Van Meegeren.

Lorsque s’ouvre son procès en octobre 1947, le monde de l’art et le grand public découvrent un faussaire génial. Dans les années 30 et 40, ce peintre hollandais a imité des toiles de maître à la perfection, se spécialisant dans les artistes néerlandais du XVIIe siècle comme Pieter de Hooch, Gerard ter Borch et surtout Johannes Vermeer. Il se passionne pour la peinture de ce dernier, peu connu à cette époque.

Parmi ses premiers faux inspirés de Johannes Vermeer, on retrouve Femme lisant de la musique (1934), et Femme jouant de la musique (1935-36). Mais son chef-d’œuvre reste Les Disciples dEmmaüs (1936-37), qui trompe tous les experts d’art de l’époque, y compris Abraham Bredius, le célèbre connaisseur de Vermeer.

Van Meegeren réussit non seulement à se venger des critiques mais aussi à gagner sa vie grâce à sa peinture : on apprend par exemple dans LAube que ses toiles furent acquises par les collectionneurs et les musées pour plus de 250 millions…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 7 février par Michèle Pedinielli sur le site de Retronews

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *