Le Crime de lèse-nation. Histoire d’une invention juridique et politique (1789-1791), Jean-Christophe Gaven,

« L’ouvrage de Jean-Christophe Gaven, professeur d’histoire du droit à l’Université Toulouse 1 Capitole, intéresse et surprend : d’abord par son titre, puis par l’étroitesse et la technicité de son objet, et enfin par l’ampleur de la relecture qu’il offre de la Révolution à la lumière de la pensée juridique. À la lecture du titre, tout d’abord, l’enseignant-chercheur en histoire du droit et des idées politiques se retrouve instantanément confronté à ce qui lui semble tout à la fois relever de l’évidence et de la lacune. L’évidence, c’est l’irruption de ce crime dit de « lèse-nation » au cœur même du droit pénal intermédiaire, tant il semble logique, inévitable même, que la souveraineté passant, en 1789, de l’État monarchique à la Nation, le crime de lèse-majesté qui sanctionnait les atteintes à la personne du roi ou à son entourage soit remplacé par une infraction équivalente destinée à sanctionner les atteintes portées à la Nation, nouvelle puissance absolue qui dispose des pouvoirs constituant et législatif, ou à ceux qui la représentent. » (…)

Lire la suite du compte rendu de Ugo Bellagamba, sur l’ouvrage de Jean-Christophe Gaven, Le Crime de lèse-nation. Histoire d’une invention juridique et politique (1789-1791), Paris, éd. Sciences Po Les Presses, Domaine Histoire, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *