Les Forces de l’ordre sous Vichy – Le G.M.R. (Groupe Mobile de Réserve) du Périgord – (Sylvain Le Bail)

Parution du livre le 20 septembre 2003 – 23 avril 1941, les Groupes Mobiles de Réserve sont créés par le gouvernement de Vichy. Chargés du maintien de l’ordre sur l’ensemble du territoire métropolitain, ils seront le bras armé de l’État collaborateur. Le 8 décembre 1944, un décret signé du ministre de l’Intérieur, Adrien Tixier, dissout les G.M.R. Le même jour le général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire de la République, créait les Compagnies Républicaines de Sécurité. Dès sa création, le G.M.R. du Périgord est basé à la caserne Saint-Georges, qui fut aussi un centre important de formation de la police. Le G.M.R. du Périgord participe en Dordogne et en Limousin à plusieurs opérations contre les maquis A.S. et F.T.P. A l’automne 43, l’un de ses hommes dénonce le groupe des «Sangliers» dont les membres sont arrêtés le 3 novembre 1943 à Saint-Vincent-de-Connezac, puis déportés. Il est exécuté en août 1944 par les résistants. Le dernier commandant du G.M.R. du Périgord meurt sur son lit d’hôpital, à Périgueux, le 4 novembre 1944. Un officier du G.M.R. du Périgord est fusillé le 20 septembre 1944 à Périgueux, un autre se suicide. Le secrétaire du premier commandant est également soupçonné d’être à l’origine de l’arrestation de nombreux résistants au printemps 1943. Le G.M.R. du Périgord participe à la rafle de Périgueux le 26 août 1942, à celle de Marseille du 22 au 24 janvier 1943; celui du Dauphiné, cantonné à Périgueux, participe à la rafle du 10 mai 1944 dans les quartiers de la ville. Plusieurs G.M.R. opèrent en Dordogne, avec le G.M.R. du Périgord, en même temps que la division Brehmer en mars 1944. Le G.M.R. du Périgord est engagé, à plusieurs reprises, dans la lutte contre le maquis de Guingouin en Limousin, et fait également quelques incursions en Corrèze. Dans ses rangs, le G.M.R. du Périgord compte aussi d’authentiques résistants, dont l’un d’entre-eux est reconnu comme «Juste parmi les nations» par l’institut Yad Vashem. D’autres rejoignent le camp des F.F.I., le jour J, comme le font d’autres policiers. Quelles furent leurs missions, la motivation de ces hommes, leur armement, leur état d’esprit? L’auteur a rassemblé sur les opérations menées par le G.M.R. du Périgord les témoignages des deux camps, ceux des résistants et ceux des forces de l’ordre, complétés par de nombreux documents d’archives policières. Les photos, les témoignages et les documents sont pour la plupart inédits.

Sylvain Le Bail est né à Bergerac (24). Il est également écrivain, auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont l’Impossible retour (Prix Guy de Gans 1998), Coeurs de Breizh et La Lande perdue aux éditions « Les oiseaux de papier »

« Sylvain Le Bail est un jeune historien périgourdin qui a déjà publié un remarquable ouvrage sur la Résistance :  » Mojzesz Goldman dit  » Mireille « , premier chef départemental du maquis de l’Armée Secrète « . Il nous livre aujourd’hui le résultat de ses recherches sur un sujet délicat, peu abordé jusqu’à ce jour,  » Les forces de l’ordre sous Vichy, 1941-1944 Le GMR du Périgord « . On a beaucoup écrit sur les résistants et leurs combats ainsi que sur les troupes d’occupation. Par contre, les ouvrages traitant de la collaboration ou des forces répressives sont rares. C’est dire que c’est à un rude travail auquel s’est attelé ce chercheur. Avec beaucoup de sérieux, de courage et d’objectivité, en bon historien qu’il est, il est certes parti à la recherche des archives relatives à une unité particulière, le Groupe Mobile de Réserve du Périgord, cantonnée à Périgueux de 1941 à 1944. Mais il a également recueilli les témoignages d’anciens membres des GMR ou d’anciens résistants et a étendu sa recherche à l’histoire générale de ces forces répressives vichyssoise. En outre, il a rassemblé une iconographie impressionnante : les reproductions de documents ou les photographies d’époque sont très nombreuses et le plus souvent inédites. C’est dire que cet ouvrage se veut non seulement l’historique de l’unité périgourdine, mais présente un panorama complet de ce que fut la répression par les unités mobiles de Vichy. Ancêtres des Compagnies Républicaines de Sécurité, les Groupes Mobiles de Réserve furent créés par décret du 23 avril 1941 et furent supprimés le 8 décembre 1944. Entre ces deux dates, ces unités furent employées à de diverses tâches répressives (plus particulièrement la lutte contre les maquis), mais également à des activités plus statiques, comme la garde de prisons ou de points sensibles. Certains de ses hommes firent preuve d’un engagement coupable (que quelques-uns payèrent de leur vie au moment de la Libération), d’autres ne mirent pas beaucoup de zèle pour exécuter les ordres de Vichy, tandis que quelques-uns eurent une activité digne de tous les éloges, soit en rejoignant la Résistance, soit en cachant des Juifs pourchassés. Ainsi, le cas de l’un d’eux, Henri Dupuy, reçu parmi les Justes en 1985, est largement évoqué. Dans sa tâche, Sylvain Le Bail a dû faire preuve de beaucoup de patience et d’esprit d’initiative : en effet, contrairement à l’Armée ou à d’autres grands corps, la Police Nationale ne dispose pas d’un service historique susceptible d’aider les chercheurs ou chargé de rassembler les documents historiques relatifs à cette institution. Il a néanmoins réussi ce qui semblait au départ difficile pour le fonctionnaire de police qu’il est : raconter avec la rigueur de l’historien et l’objectivité d’un chercheur l’une des pages les plus noires de la police française… » Article publié dans Arkheia n°11-12-13 par l’historien Guy Penaud.

Thématique : Histoire du monde – Généralités

Auteur(s) : Auteur : Sylvain Le Bail

Éditeur(s) : le Chêne vert


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *