(Maîtrise) Mélanie Bataille La peine de mort en Seine-Inférieure de 1810 à 1905

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine dirigé par Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2003, 99 pages et annexes.

Cette étude porte sur 238 condamnations à mort prononcées en Sine-Inférieure et sur 128 exécutions entre 1810 et 1905. Mélanie Bataille s’interroge d’abord sur les effets des crises économiques et des disettes sur les prononcés de peines de mort. Elle analyse également les effets des réformes pénales, en particulier celle sur les circonstances atténuantes de 1832. Plusieurs catégories de condamnées sont présentées : les incendiaires, les auteurs de vols qualifiés accompagnés de meurtre ou d’assassinat, les faux-monnayeurs, les auteurs de crimes contre les personnes ou « crimes de sang » comme elle les nomme, parmi lesquels les crimes d’infanticide, de parricide. Ces recherches complètent et illustrent les travaux de Jean-Claude Caron sur les incendiaires et de Sylvie Lapalus sur les parricides. Elle met en lumière certains facteurs qui déterminèrent les choix des jurés : l’alcoolisme, la récidive, l’âge des condamnés pour ne citer que trois exemples. Le mémoire résume certaines affaires qui bénéficièrent de l’attention de la presse. Nous pouvons citer Julien Roustel, martyr oublié de la Restauration, ouvrier fileur exécuté en 1825 pour avoir pris part à une rébellion armée et accusé d’avoir tué un gendarme. Frédéric Vellinger eut plus de chance et sa peine fut commuée. En 1883, incarcéré dans le quartier correctionnel pour mineurs indisciplinés de la prison Bonne Nouvelle, il tue un gardien à coups de marteau.

JPEG - 1.7 Mo
Scène de crime
Dans le quartier correctionnel de la prison Bonne Nouvelle en 1883

Isidore Thibert, dit « le médecin à la corde », eut l’honneur des canards de la monarchie de Juillet. Ce brocanteur affirmait pouvoir guérir des vieillards. Ses patients devaient se munir d’un clou et d’une grosse corde. Il disposait d’une « eau miraculeuse », récitait des prières et pendait les vieux avant de les voler. La famille Fournier eut également les honneurs de la presse de cette époque. ils assassinèrent pour le dépouiller de leurs biens curés et bonnes de curés avec une grande sauvagerie. Le mémoire offre des développements intéressants sur le déroulement des procès, sur les arrêts cassés, les grâces et les exécutions.

(Jean-Claude Vimont)

JPEG - 1.8 Mo
Exécution de la famille Fournier en 1838
Canard du XIXe siècle conservé à la Bibliothèque municipale de rouen