La rubrique « Taulards » de Libération (1976-1979)

JPEG - 449 ko

Cette étude concerne l’émergence d’une expérience atypique au sein du journal Libération : une rubrique de petites annonces réservée à l’usage des occupants des prisons françaises. Ces derniers, après avoir utilisé de façon sporadique la rubrique « Divers », obtiennent à partir du 10 janvier 1976, une tribune spécifique : « Taulards ». Elle perdure jusqu’aux remaniements du quotidien qui aboutissent, en 1979, à la création de l’hebdomadaire Sandwich.

Une première étape, passant par une étude quantitative, consiste à analyser la structure de fonctionnement de la rubrique et les évolutions traversées. Il s’agit de déterminer si le phénomène englobe un vaste échantillon de la population carcérale indifférement des clivages homme/femme, Paris/province, prévenus/condamnés, provenant de différents types d’établissements pénitentiaires. Un examen critique du contenu de ces milliers de micro-textes permet de mettre en exergue une mosaïque de doléances renvoyant à la vie matérielle, sociale et affective des prisons.

JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 1.4 Mo

Une deuxième partie se focalise sur la parole prisonnière afin de rechercher les conditions favorisant l’émergence de textes produits par les prisonniers dans les colonnes de Libération, en mettant l’accent sur la continuité avec les actions du GIP et du CAP. Par cette étude, l’objectif est de saisir l’impact produit par l’arrivée nouvelle d’un acteur de l’institution carcérale dans la sphère publique : le prisonnier de droit commun car l’expression dans les médias étant traditionnellement l’apanage du prisonnier politique.

Enfin, il s’agit d’appréhender comment cette rubrique, qui n’est pas marginale dans le quotidien, s’articule avec l’ensemble des autres rubriques et particulièrement avec son pendant logique : la justice. Ceci afin d’inverser la perspective et de comprendre non plus comment le prisonnier s’empare du quotidien comme d’une tribune mais comment ces témoignages servent une certaine vision de la société défendue par Libération.

JPEG - 117.7 ko

Perrine Brianchon

Le master 1 de Perrine Brianchon a été soutenu en juin 2010 à l’Université de Rouen. Il s’agit d’un « journal de route » ou « cahier de marche » d’une recherche qui va analyser près de 8000 annonces du quotidien Libération de 1976 à 1979, année de la création du supplément hebdomadaire Sandwich. Perrine Brianchon présente d’abord la base de données qu’elle a confectionnée afin de classer les annonces et de dégager des typologies. Elle insiste sur la spécificité d’une rubrique qui, en sus des annonces, présente des dessins, des articles dont certains issus du journal du Comité d’action des prisonniers (CAP). La rubrique « Taulards » ne peut être isolée du courrier des lecteurs et des chroniques sur la justice du journaliste Gilles Millet, et l’étudiante insiste sur ces liens ainsi qu’avec le CAP, dont elle a entrepris le dépouillement de son organe de presse à la BDIC de Nanterre. Une réflexion de grand intérêt concerne la question de la circulation de l’information entre l’extérieur et l’intérieur des détentions. Grâce aux textes juridiques publiés par Criminocorpus, elle offre les circulaires et décrets qui encadrent ces flux de paroles, annonces, lettres, lectures de journaux. Le master 1 propose d’abord une réflexion historiographique sur cet objet d’histoire singulier qu’est la petite annonce, domaine peu exploité par les historiens, tout comme les journaux de détenus alors que les biftons et écrits de détenus ont suscité des travaux de qualité. Ensuite un plan détaillé est ofert, avec les justificatifs des différentes parties et sous-parties. Il a le mérite de replacer les annonces qui occupent la partie centrale dans une double perspective : la place des prisonniers dans la presse du XXe siècle d’une part, et dans les combats menés par Libération contre la justice de l’ère giscardienne d’autre part. Perrine Brianchon livre une partie rédigée sur le décret très important de 1975, libéralisant les conditions de détention sur plusieurs aspects de la vie quotidienne, créant les centres de détention aux côté des maisons centrales et les QUS qui vont susciter bien des luttes de condamnés et de protestations dans la presse. La genèse difficile de ce texte qui a grandement modifié la vie des détentions rappelle les conflits ministériels au sommet de l’Etat, l’impact des mutineries de 1974, les combats de Patrick Noulet pour le droit à une information libre. Une analyse iconographique sur le thème de la sexualité des détenus,avec un titre particulièrement bien choisi repris des mots d’un directeur de maison centrale « Tant qu’ils s’enculent, ils ne liment pas les barreaux », s’appuie sur des dessins insérés au sein de la rubrique « Taulards ». Un état des fonds conservés à la BDIC de Nanterre en relation avec le sujet ( dont les archives et collections du CAP), une bibliographie imposante et deux comptes rendus de lecture bien choisis concluent ce bilan d’étape prometteur.

Jean-Claude Vimont