Les prisons de l’Epuration dessinées par un détenu. Un document inédit. (Jean-Claude Vimont)

La médiathèque Gabriel Tarde de l’Ecole nationale de l’Administration pénitentiaire ( ENAP) a numérisé un fascicule de dessins et de textes titré  » A travers l’épuration. Souvenirs de prison. Illustrés par Guy Hanro. Cellule 460. Fresnes« . La page de couverture de ce manuscrit est raturée au crayon : « A travers l’épuration. Poèmes et chansons de prison regroupés et illustrés par Guy Hanro. cellule 460. Fresnes« . En effet, l’auteur avait reproduit plusieurs textes de personnalités de la collaboration aux côtés de ses propres contributions. Le choix des auteurs ne manque d’ailleurs pas d’intérêt. Nous tenons à remercier Jack Garçon, conservateur de la médiathèque, d’offrir au public une version en couleurs de ce document méconnu qui ne fut jamais imprimé. Une précédente contribution sur cette oeuvre ne disposait pas de l’ensemble des dessins et comportait des approximations sur l’identité de l’auteur. Des échanges avec des descendants de plusieurs condamnés pour faits de collaboration nous permettent les rectifications nécessaires. Nous avons fait le choix de mettre en ligne toutes les planches dessinées.

Les pamphlets des épurés produits aux lendemains de la Libération et dans les premiers temps de la Guerre froide véhiculent quelques images convenues de l’univers carcéral où furent regroupés les détenus pour faits de collaboration. Fresnes a compté plus de 2300 prévenus et condamnés. La maison d’arrêt est donc fréquemment évoquée dans les témoignages, poèmes, chansons, dessins des justiciables des Cours de Justice ou de la Haute Cour de Justice. Guy Hanro ne se contente pas d’un reportage à prétention humoristique. Son recueil de dessins et de textes est aussi un pamphlet contre les vainqueurs, contre la République, contre la justice politique. Il rend également hommage à quelques victimes célèbres participant à l’édification d’un martyrologue quelque peu confidentiel, confiné dans les milieux des nostalgiques de la collaboration.

Le manuscrit d’une cinquantaine de feuillets illustrés et signé Guy Hanro, également orthographié Gui Hanro, a un format de 19,5 cm par 27 cm. Les feuillets ne sont malheureusement pas numérotés. Les dessins ont été réalisés pendant l’emprisonnement de l’auteur à Fresnes, mais aussi à Saint-Martin-de-Ré. Plusieurs mentions font référence à cette prison. Les textes sont parfaitement calligraphiés et accompagnés de dessins humoristiques rehaussés de quelques couleurs. L’auteur agrémente sa signature, ornée d’une araignée, de la mention « 45 », sous de nombreux dessins. Catherine Prade, l’éminente conservateur du Musée National des prisons à Fontainebleau, m’avait confié une copie de ce manuscrit lorsque je travaillais sur les dessins de Ralph Soupault [1] , le caricaturiste de Je suis Partout et de Combats, l’hebdomadaire de la Milice, dessins publiés sous le pseudonyme de Rio, Fresnes, reportage d’un témoin. Le manuscrit demeura longtemps inexploité, car l’identification de l’auteur est malaisée. Jean-Claude Farcy ne mentionne pas ce témoignage dans sa Bibliographie d’histoire de la justice française (1789-2008). Bénédicte Vergez-Chaignon ne le cite pas non plus dans Vichy en prison, Les épurés à Fresnes après la Libération, publié en 2006. Les récits et pamphlets des victimes de l’Épuration sont muets sur cet auteur, sur cet hôte de la cellule 460 de Fresnes. Songer à l’emploi d’un pseudonyme dans la perspective d’une publication est une piste qui ne peut être négligée. Guy Hanro est le pseudonyme utilisé par un homme jeune, né en 1924, issu d’une vieille famille de la noblesse normande, incarcéré à Fresnes puis dans la caserne Thoiras à Saint-Martin-de-Ré, après sa condamnation pour faits de collaboration. Il s’engagea à dix-huit ans sous l’uniforme allemand dans la Légion des Volontaires Français (LVF) pour combattre sur le front de l’Est.

Les récits et les images produits par les épurés exigent de recourir à des grilles de lecture car, sous l’apparence du témoignage et du reportage, ils participent d’un combat idéologique contre les vainqueurs du jour. Systématiquement, ils mettent en cause les formes de la justice pendant l’Épuration, les conditions de détention, la Résistance – principalement la résistance communiste – la République et ses valeurs. Ces écritures contraintes sont autant de plaidoyers pour une cause perdue et proscrite. Ils tentent une réhabilitation des militants et combattants les plus lourdement condamnés. Souvent publiés dès les débuts de la Guerre Froide, ils n’hésitent pas à assimiler les mobiles d’un engagement passé à ceux que motive la nouvelle donne Est-Ouest. Quelques-uns ne renient rien. Ils justifient leur présence aux côtés du Maréchal, leur enrôlement dans les troupes de la Milice, de la LVF ou dans les partis collaborateurs. C’est ce que nous avons montré dans l’article « Les pamphlets d’épurés incarcérés après la Libération » [2] Quelques images fortes reviennent dans toute cette production et elles ont contribué à dénigrer la justice de l’après-guerre, à véhiculer dans une partie de la mémoire nationale une « légende noire » de l’Épuration. Les dessins de Guy Hanro n’échappent pas aux lois du « genre ».

MANUSCRIT_0001

Couverture du recueil de dessins et de textes de Guy Hanro. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen.

Dénonciation de la justice de l’épuration et du rôle des résistants

L’article 75 du Code pénal sanctionnait « l’intelligence avec l’ennemi » et nombre d’épurés furent sanctionnés en application de cet article du Code pénal. Philippe de Saint-Germain lui consacra tout un ouvrage en 1951, au plus fort des campagnes pour l’amnistie des collaborateurs. Les épurés se récrient devant ces accusations de trahison qui jettent l’opprobre sur la nature de leur engagement. Ils dénoncent les pièces fabriquées, les calomnies, s’émeuvent de la sincérité de jeunes combattants qui n’ont pas choisi le bon camp, protestent de la sincérité du plus grand nombre. Guy Hanro écrit : « Quel est donc notre crime ? un délit politique / Que ce délit soit faux ou même véridique / Dans l’un et l’autre cas, on veut nous renier. » Il se moque des magistrats des Cours de justice. Ils sont le « tribunal’s girl » dansant autour d’une marmite appelée justice ou encore le « tribunal’s circus » prononçant de manière aléatoire les sanctions. Une liberté aveugle et enchaînée actionne la grande roue des condamnations. Les plateaux de la balance de la justice, de part et d’autre d’un glaive émoussé, sont déséquilibrés par l’argent de la prévarication. L’épuration comme une loterie, comme une partie à pile ou face.

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde

Dénonciation de la justice de l’épuration.
Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l'Epuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen.

Dénonciation de la justice de l’Epuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen.

Ce poème manuscrit sur une page d'écolier s'en prend à la justice de l'épuration. Il est rédigé sur un support distinct de celui des dessins et poèmes. S'agit-il d'un ajout, d'un brouillon ?

Ce poème manuscrit sur une page d’écolier s’en prend à la justice de l’épuration. Il est rédigé sur un support distinct de celui des dessins et poèmes. S’agit-il d’un ajout, d’un brouillon ? Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agent

La justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

La justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Le climat de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Le climat de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agent

Les diatribes contre l’épuration sont aussi l’occasion d’évoquer les arrestations effectuées par les FFI dès la libération de Paris, leur contrôle de plusieurs prisons comme le camp de Drancy ou la prison de Fresnes. Le thème d’une justice dure pour les petits, les « lampistes », et indulgente pour les gros est aussi évoqué.

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

La représentation de l’épuration menée par des combattants de la dernière heure préfigure un thème cher aux écrits des épurés, celui des crimes masqués du « résistancialisme », expression promise à une bonne fortune et titre de l’ouvrage de l’abbé Desgranges qu’il publia en 1948. Le prêtre Jean-Marie Desgranges avait été député élu du Morbihan et avait voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Il lutta après-guerre en faveur des députés inéligibles et en faveur des détenus politiques de l’épuration. Hanro mentionne les internements administratifs, les interrogatoires musclés, la tonte de quelques femmes.

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l'épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la justice de l’épuration. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocations de l’emprisonnement, notamment à Fresnes

Plusieurs dessins et poèmes non datés ne décrivent pas précisément une prison plutôt qu’une autre, mais la condition carcérale, avec ses règlements, ses cellules, ses souffrances. On est dans le registre des topoï de la littérature carcérale, de la prison romantique. La maison d’arrêt de Fresnes est cependant l’objet des tableaux les plus nombreux. Les différentes planches permettent de suivre le cheminement d’un détenu, avec les haltes obligées depuis le Dépôt jusqu’à l’écrou à Fresnes.

Evocations de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocations de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agent

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Quelques allusions au Dépôt et à la prison de Fresnes. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Allusions au froid et à l’encombrement de la prison de Fresnes. description du mobilier caractéristique de cette prison. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement . Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. la description est celle d’une cellule de Fresnes . Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Confrontés pour la première fois de leur vie au monde de la prison, tous les épurés s’efforcent de décrire leur univers, l’univers de ce vaisseau fantôme qu’était Fresnes. Tous mentionnent les « aboyeurs » d’étage, les rails où cheminent les marmites de soupe, les cellules à trois détenus, les parloirs à double grille, la chapelle cellulaire, les chaînes des condamnés à mort, les neuf barreaux des croisées, mais aussi le froid, l’humidité, la faim, les colis dépecés par les gardiens et la proximité humiliante. Chacune de ces images devient un topos de la production des épurés et va étayer une part de la contre-culture de ces exclus qui continueront de se fréquenter durant les années cinquante, se recevant et commentant les articles des journalistes de Rivarol. Il ne s’agit pas de contester la réalité de ce que fut cette détention quelque peu désordonnée dans une prison théoriquement cellulaire. Fresnes n’est plus « la prison quatre étoiles » moquée lors de son ouverture en 1898. Les prévenus politiques ont envahi plusieurs divisions et le « navire immobile » bruisse des appels aux parloirs, aux avocats, aux jugements, sans cesse parcouru d’auxiliaires, de détenus en transfert et de gardiens.

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Les parloirs à doubles grilles de Fresnes surmontés de passerelles pour la surveillance par les gardiens. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Les détenus ont été impressionnés par cette construction vaste et haute, due à l’architecte Henri Poussin et inaugurée en 1898. Louis Truc, dans sa Ballade de la geôle de Fresnes, publiée à compte d’auteur dès 1945, écrivait : « Fastidieuses parallèles, / Tuiles ocres sur murs de nuit,/ Bâtises mornes et jumelles, Fresnes ruisselle l’ennui / de ces barres sempiternelles ! / Vingt-huit fenêtres par étage / Font cent douze fois neuf barreaux ! Quel architecte fou de rage / A pu, dans ses calmes bureaux, / dresser les plans de cette cage ? » [3] Un aspect des coursives de Fresnes revient fréquemment dans les descriptions : la présence de détenus responsables d’étages, transmettant les ordres d’extractions, les parloirs avec les avocats… Ces détenus auxiliaires circulaient assez librement au sein de la détention. Ils palliaient le faible nombre de gardiens et de gardiens auxiliaires, recrutés à la hâte aux lendemains de la Libération. Les poèmes évoquent aussi l’univers plus privatif des cellules, peuplées de trois détenus, dont deux allongés la nuit sur des paillasses, au plus fort des arrestations fin 1944 et en 1945 : « Mais comment faire à trois pour une seule couche / Deux amis s’étendront par terre dès le soir / Deux paillasses seront office de dortoir / Vite on prend l’habitude, on dort comme une souche. » La prison hygiénique et cellulaire s’est gravement détériorée depuis son inauguration à la fin du siècle précédent. Son « grand Quartier » est devenu « quartier allemand » pendant l’Occupation. L’isolement cellulaire préconisé par la loi de 1875 pour les prévenus et les courtes peines ne peut être appliqué. Il fut rappelé lors de la rédaction des quatorze points, des quatorze principes de la réforme pénitentiaire en 1945, mais resta lettre morte tant les prisonniers étaient nombreux. Les prisonniers souffrent du froid, les murs suintent, des croûtes de salpêtre se détachent, les rations alimentaires sont insuffisantes et seuls les colis des familles peuvent améliorer l’ordinaire. Toutes sortes de trafics entre détenus et avec les gardiens sont organisés. Yoyos et camionnettes rompent la solitude et acheminent le tabac et la presse. Par craintes des évasions les gardiens fouillent les colis. C’est à l’origine de petits drames lorsque tous les vivres sont gâchés ou mélangés. Quelques traits spécifiques à la prison de Fresnes ont profondément marqué les détenus de la collaboration : les marmites bruyantes acheminées sur des rails tout au long des coursives par des auxiliaires, les parloirs à doubles grilles qui isolent les visiteurs des prisonniers, la chapelle et son dispositif de boîtes cellulaires où normalement les détenus auraient dû être isolés les uns des autres : « Un gardien nous culbute en nos noires cellules / Nous sommes, deux par deux, entassés, compressés / Nous sommes bien cinq cents, dont l’esprit étonné / Attend de voir son Dieu par des trous ridicules« . 
Evocation de l'emprisonnement à Fresnes. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement à Fresnes. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l'emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Evocation de l’emprisonnement. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Age

Pochades contre la quatrième République

Les juges de la Haute cour, des cours de justice, des chambres civiques n’étaient que les fonctionnaires d’un nouveau régime. La République, quatrième de son nom, est, elle aussi, caricaturée. Elle est peinte sous les traits d’une vieille Marianne à bonnet phrygien, avachie, les seins tombants, le nez rouge et un tatouage sur le bras, un bas résille filé pour compléter le tout. La devise républicaine ne subit pas un meilleur sort. La liberté est illustrée par un bagnard encellulé, à vêtement rayé comme il se doit, fers aux bras et aux pieds. La fraternité, c’est un pugilat. L’égalité, un mendiant et un homme d’affaire capitaliste. La représentation de ce dernier, haut de forme et habit, panse rebondie sous un gilet orné de décorations et chaîne de montre, n’est pas sans faire penser aux caricatures antisémites de Ralph Soupault dans Je suis partout. Comme sous le trait du dessinateur PPF, figurant l’allégorie du Juif, l’homme est ici assez volumineux, de larges bajoues de part et d’autre d’un nez crochu. La supposée richesse juive semble encore inspirer le dessinateur. Une autre allégorie de la liberté, celle de Bartholdi, est présentée enchaînée. Elle n’éclaire plus le monde, mais la prison de Fresnes. Une petite Marianne au corps déformé allaite un chat.

Dénonciation de la Quatrième République. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la Quatrième République. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la Quatrième République. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Dénonciation de la Quatrième République. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

La Résistance, et plus précisément la résistance communiste, fait aussi l’objet de quelques piques. Au détour d’un vers, il est question des « sales cocos ». Les FFI sont présentés comme des brutes avinées, de mauvais garçons peu avares de coups de matraque et lourdement armés. Le thème des résistants de la dernière heure, des brassards FFI distribués au hasard, des combattants « qui flanquent des gnons » et « crêpent le chignon des femmes » contribuent à la confection du thème que théorisera l’abbé Desgranges, le résistancialisme, et à sous entendre qu’une terreur rouge aurait fait des milliers de victimes dans les premiers temps de la Libération.

Mentions de détenus incarcérés

Guy Hanro cite quelques personnalités incarcérées avec lui à Fresnes. Dans un dessin moquant la presse issue de la Résistance, il signale la présence de rédacteurs du Petit Parisien et des Nouveaux Temps. Jean Luchaire, dirigeant du quotidien Les Nouveaux Temps, président de l’Association de la presse parisienne et de la Corporation nationale de la presse française fut incarcéré à Fresnes jusqu’au 22 février 1946, date de son exécution au fort de Chatillon.

Mentions de compagnons de détention. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Guy Hanro cite plusieurs noms de condamnés à mort et reproduit leurs textes. Le commandant André Demessine de la LVF a écrit un texte, dédié à Robert Brasillach, « Dernier poème de la vie ». Ce chef du 3ème bataillon de la LVF fut exécuté le 15 mars 1945 et il séjourna dans la cellule 77 de la première division, cellule qu’occupa Robert Brasillach. Le poème est illustré d’un unique écusson tricolore, avec la mention France, ce que portaient sur le bras de leur uniforme allemand les légionnaires de cette organisation politico-militaire engagée sur le front russe. Cet écusson orna l’uniforme de l’auteur et André Demessine fut probablement l’un de ses chefs sur le front russe. Cet officier avait participé à un grand meeting de propagande en faveur de l’engagement dans la Légion le 21 avril 1944 au Vélodrome d’Hiver à Paris. Il avait été le premier orateur, avant le général Puaud, le capitaine de Bassompierre, le lieutenant Gaucher, Monseigneur Mayol de Luppé et le lieutenant Jacques Doriot, tous membres de la LVF. Aux premiers rangs de l’assistance figuraient Jean Luchaire et Joseph Darnand.

Mentions d'autres détenus. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions d’autres détenus. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

RobertBrasillach, fusillé le 6 février 1945, est présent dans le recueil avec trois poèmes : « A André Chénier », « Noël en taule » et « Les bijoux ». On sait que le poème « les bijoux » de Robert Brasillach a circulé dans les détentions, peu après son exécution. Tous les ouvrages des épurés rendent hommage aux pensionnaires enchaînés et affublés de pantalons mexicains du « quartier des fauves » de la prison de Fresnes. C’est le martyrologue de l’Épuration et Guy Hanro y participe, figurant à plusieurs reprises ces prisonniers enchaînés. Il conviendrait de mesurer l’impact, dans cette oeuvre mais aussi dans d’autres témoignages, dans les récits comme dans les images, de la représentation des chaînes. Elles entravent les victimes de l’article 75, selon Philippe Saint-Germain, elles résonnent lugubrement dans les couloirs déserts lors de certaines aubes fatales. Plusieurs ouvrages consacrés à Henri Béraud insistent, dans leur titre même, sur ces chaînes qu’il dut porter quelques jours après sa condamnation à mort. Nous signalions la salissure que représentaient les condamnations pour trahison. Les fers, les entraves en sont la traduction concrète. Les épurés rejoignent une ancestrale tradition libérale d’exigence d’un statut de détenu politique, préservant la dignité des vaincus du jour. Ils ne citent pas Magalon qui, sous la Restauration, protestait d’avoir été enchaîné à un galérien galeux lors de son transfert dans la maison centrale de Poissy. Le sort d’Henry Béraud, acheminé lui aussi à Poissy au milieu de détenus de droit commun dont des prévôts qui y exerçaient une certaine autorité, fut hissé au rang d’inconvenance suprême du nouveau pouvoir par les nostalgiques de l’ancien régime. Les chaînes, mais aussi les pantalons mexicains, avec des boutons sur le côté. Ils devaient permettre de conserver les entraves pendant le sommeil de la nuit, alors que le détenu devait remettre ses vêtements aux gardiens et les placer hors de la cellule. Le ridicule du vêtement est lui aussi tourné en dérision.

Mentions de détenus incarcérés à Fresnes. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de détenus incarcérés à Fresnes. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agent

Mentions de détenus incarcérés à Fresnes. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de détenus incarcérés à Fresnes. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de détenus incarcérés à Fresnes. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de détenus incarcérés à Fresnes. médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Un long poème en argot est signé Fernand David. Ce commissaire de police, fusillé le 5 mai 1945 en même temps que Lucien Rottée, directeur des renseignements généraux, avait traqué les résistants communistes à la tête de l’une des Brigades spéciales de la Préfecture de police. Le 15 février 1945, L’Humanité avait titré : « David les mains rouges est condamné à mort ». Le texte est dédié à Benedetti. Il s’agit certainement de René Benedetti, secrétaire particulier de Marcel Déat et rédacteur en chef de L’Oeuvre, condamné aux travaux forcés à perpétuité le 4 mars 1945.

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Le poème « l’auxiliaire » est signé R. Simonnet avec une date le 31 mai 1945 et la date de sa condamnation à mort le premier juin 1945.

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

D’autres poèmes sont signés R. Dez que nous ne sommes pas parvenus à identifier.

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Le poème « Le camarade » est dédié au journaliste-milicien Claude Maubourguet (1921-2012). Rédacteur et secrétaire général à Je suis partout et reporter à Combats, l’organe de la Milice, chef du service de presse du Secrétariat au maintien de l’Ordre en 1944, il avait accompagné les miliciens et effectué un reportage lors de la répression du maquis des Glières. Combattant la résistance dans les Dombes, il y fut blessé. Il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité le 3 novembre 1944. Les juges de la Cour de justice avaient tenu compte de son jeune âge. Il fut libéré en 1950.

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

La signature du poème suivant est peu lisible.

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Mentions de compagnons de détention. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Le condamné incarcéré à Saint-Martin-de-Ré

Guy Hanro avait structuré son fascicule en plusieurs ensembles avec des têtes de chapitres : « poèmes », « chansons » et « Saint-Martin-de-Ré le pays des vaches ». Quinze planches de dessins sont consacrées à cette prison qui hébergeait également les relégués récidivistes que l’on n’acheminait plus en Guyane. Pierre Malo a évoqué les incarcérations sur l’île de Ré dans son ouvrage Je sors du bagne, publié en 1948 aux éditions de l’Elan qui accueillent nombre d’écrits d’épurés. Cet ancien journaliste au Matin, condamné à huit années de travaux forcés, y côtoya Henri Béraud au sein de l’ancienne caserne Thoiras, distante de quelques centaines de mètres de la citadelle. Les dessins de Hanro privilégient l’humour et les diatribes politiques sont quasiment absentes. Le temps faisait-il son oeuvre ? On peut remarquer une référence à Paul Amor, directeur de l’Administration pénitentiaire depuis le 30 septembre 1944, qui mit en oeuvre l’important processus d’humanisation des détentions connu sous le terme de « Réforme pénitentiaire ». Il demeura à ce poste jusqu’au 8 septembre 1947. Le dessin mentionnerait une visite de ce directeur à Saint-Martin-de-Ré.

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agent

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Saint-Martin-de-Ré. Médiathèque Gabriel Tarde. ENAP. Agen

Le recueil de Guy Hanro n’apporte guère d’informations nouvelles sur les prisons de Fresnes et de Saint-Martin-de-Ré au temps de l’épuration. Il montre cependant comment certaines images ont acquis une force, une dimension qui va perdurer bien au-delà des années quarante, comment elles ont pu influencer quelques historiens et une part de l’opinion. Il contribue à l’édification d’une légende noire de cette période troublée.

Jean-Claude Vimont

 


[1] ]Jean-Claude Vimont, « Le caricaturiste enfermé. L’Histoire de la Justice en France et les représentations iconographiques« , dans Pascal Dupuy (dir.), Histoire, images et imaginaire, Pise, 2002. Jean-Claude Vimont,  » Images ambiguës d’un navire immobile : la prison de Fresnes des épurés », Sociétés et représentations, 2004, n°18, p. 217-231.

[2] Jean-Claude Vimont, « Les pamphlets d’épurés incarcérés après la Libération » dans Michel Biard (dir.), Combattre, tolérer ou justifier ? Ecrivains et journalistes face à la violence d’Etat (XVIe-XXe siècle), Rouen, Presses universiatires de Rouen et du Havre (PURH), Cahiers du Grhis, 2009, p. 145-174.

[3] Louis Truc, Ballade de la geôle de Fresnes, Paris, Le Troll, 1964, p. 23.


Vous aimerez aussi...