Au centre de détention de Caen : de la publication de « Drôle d’Immeuble » à la création de l’association de formation ARTEC (1983-2011).

L’ARTEC ( Atelier d’arts graphiques de Caen), une entreprise associative culturelle, de formation aux métiers de l’imprimerie et de réinsertion au sein du centre de détention de Caen (1985-2011).

Jean-Claude VIMONT

En 1985, une association voit le jour au centre de détention de Caen : l’Atelier d’arts graphiques de Caen (ARTEC). Une assemblée générale constitutive s’est tenue le 26 mars 1985 afin de créer au sein de la prison une entreprise d’imprimerie pilotée par l’association. Elle prolonge un projet culturel initié en 1983, la revue de détenus Drôle d’Immeuble, élaborée dans le cadre de l’association culturelle et sportive de l’établissement. L’ARTEC, l’imprimerie qu’elle a créée et les formations aux métiers de l’imprimerie existent encore aujourd’hui. Drôle d’Immeuble ne connut que trois numéros, le premier édité en novembre 1984, le troisième en février 1986, mais d’autres titres ont pris la suite, eux aussi conçus par les imprimeurs de l’ARTEC, notamment Quand ? . plusieurs dizaines de détenus ont été formés aux métiers de l’imprimerie durant vingt-cinq ans. Les témoignages sur des réinsertions réussies sont nombreux et font oublier les mésaventures de l’un d’eux, qui aimait trop les médias.

ll convenait de mieux présenter ce lien intime entre les politiques culturelles « d’ouverture » du milieu carcéral promues aux débuts des années quatre-vingt et la formation professionnelle pour une meilleure réinsertion de condamnés à de longues peines incarcérés dans un centre de détention. La consultation d’une partie des archives de l’ARTEC, conservées à Caen et couvrant la période 1983-2011, offre des renseignements précieux sur « une entreprise novatrice au sein de la prison », pour reprendre l’expression d’un manifeste rédigé en 1985 ; expression d’ailleurs reproduite dans les statuts de l’association. Cette nouvelle étude s’inscrit dans le programme de recherche soutenu par l’IRIHS (Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme et Société de l’Université de Rouen) sur les journaux publiés en détention et dans le programme de l’ANR « Sciencepeine ». Plus précisément, cette étude prolonge une piste de recherche présentée au colloque lyonnais Psychiatrie et prison, des 3 et 4 février 2011, sur les conditions matérielles des publications en milieu carcéral, sur les modalités de rédaction et de fabrication des « écritures contraintes ».

La philosophie de l’ARTEC

Lors de sa déclaration en préfecture (N°5829, Journal Officiel du 24 avril 1985), l’association précisait succinctement ses objectifs : « Elle a pour objet d’aider, par l’économie et le développement de liens avec le tissu social et associatif local, à l’insertion sociale des personnes détenues au centre de détention de Caen ». Le texte fondateur évoqué plus haut mérite attention car la philosophie du projet y était plus longuement exposée. Le texte rappelait qu’après un long emprisonnement, les sortants devaient être en mesure de se prendre en charge, de faire preuve d’initiatives et de s’adapter à une société dont ils avaient été longuement séparés. La réalisation de la revue Drôle d’Immeuble, de 1983 à 1986, avait permis une première « ouverture de la prison vers la société » et avait bénéficié de concours d’intervenants extérieurs à l’univers carcéral, des artistes, des imprimeurs, des journalistes. La création d’Artec permettait de formaliser les embryons de formation professionnelle déjà à l’œuvre lors de la publication de Drôle d’Immeuble, mais aussi de la revue Passerelles, organe de l’association Culture et prison, et de leur donner une assise plus solide : « La création d’une entreprise, avec l’atelier d’arts graphiques, permet de franchir une nouvelle étape, en poursuivant les objectifs de formation, d’action culturelle et d’insertion sociale. En assurant une production de biens, l’entreprise permet de créer des emplois dans la prison, mais aussi à l’extérieur. Dans son action d’insertion par l’économie, elle est créatrice d’une production sociale. C’est à ce double titre que le projet est totalement novateur et qu’il bénéficie de l’appui du Ministère de la Justice. » Jusqu’à cette date, les travaux effectués dans l’univers carcéral étaient organisés en régie par l’Administration pénitentiaire (RIEP, régie industrielle des établissements pénitentiaires) ou par des concessionnaires, industriels confiant des tâches aux prisonniers dans des ateliers installés au sein des détentions. Quelques détenus étaient, par ailleurs, employés au service général de l’établissement. Le 6 août 1985, le décret n° 85-836 introduisit un nouveau régime de travail en ouvrant aux détenus la possibilité de travailler pour le compte d’une association agréée et constituée en vue de préparer leur réinsertion sociale et professionnelle. On peut s’interroger sur les raisons de ce décret qui eut peut-être pour origine l’existence de l’association ARTEC ?

Le texte programme insistait sur les différents types de formation qui seraient à l’œuvre au sein de l’atelier d’arts graphiques : « (il) doit permettre aux détenus du centre de détention de Caen en réalisant des travaux rémunérés d’arts et industries graphiques, d’acquérir, par leur participation active à un processus de création et de production, une expérience professionnelle et humaine. Entreprise assurant par une production de biens la création d’emplois, l’atelier d’arts graphiques a également pour vocation d’être un lieu de formation professionnelle et de constituer un support technique au développement d’une activité culturelle par l’édition de la revue Drôle d’immeuble. L’acquisition de compétences professionnelles, l’exercice d’activités professionnelles et la participation individuelle et collective à l’organisation de cette activité de production, l’apprentissage de la réalité des problèmes de gestion, constituent des facteurs importants d’insertion dans la vie sociale. De même, le développement, au titre de cette unité de production, de relations avec le milieu extérieur, qu’il s’agisse des fournisseurs, des clients, des associations locales, des professionnels ou de ceux qui assurent un encadrement technique bénévole, est un facteur de rapprochement des détenus avec la réalité qu’ils vont retrouver à leur sortie. Ce décloisonnement de la prison dans le cadre de l’atelier d’arts graphiques est rendu possible par l’action de l’association constituée de personnes extérieures au monde carcéral. » Ce dernier point, le « décloisonnement », « l’ouverture » de la prison sur la société, par l’introduction d’intervenants extérieurs au monde carcéral au sein des détentions – artistes plasticiens, musiciens, écrivains, formateurs professionnels – et par l’établissement de contacts avec les structures associatives extérieures est à l’ordre du jour de la politique pénitentiaire de ces années-là. Nouveauté ou inflexion ? Au XIXe siècle, les philanthropes puis les doctrinaires partisans de l’isolement cellulaire souhaitaient la moralisation des détenus. Les mettre en contact avec des instituteurs, des aumôniers, des sœurs gardiennes de prison, des notables membres de commissions de surveillance devait aider à la conversion des âmes et des esprits. Après 1945, la Réforme pénitentiaire introduit dans les établissements des assistantes sociales, des éducateurs, crée des prisons écoles et incite à privilégier la dimension formatrice du travail pénal. Les réformes initiées en 1975, en particulier la création des centres de détention aux côtés des maisons centrales et des maisons d’arrêt et de correction, orientaient les régimes de détention vers la réinsertion future des condamnés. Une note de 1988 précisait la philosophie des administrateurs de l’association : « Être administrateur de l’ARTEC c’est : croire que la réinsertion des détenus est souhaitable et possible ; s’engager concrètement à les encourager dans leurs efforts ; être assidu et constant dans l’exécution des tâches acceptées ; avoir l’esprit d’équipe ; être accessible aux problèmes techniques et économiques de l’imprimerie ; disposer de deux ou trois heures par semaine à des jours convenus ; s’impliquer dans la supervision des formations, de la production, de la gestion ; faire connaître ARTEC à l’extérieur ».

Drôle d’Immeuble, à l’origine de l’atelier

JPEG - 64.1 ko
Couverture du n°1 de Drôle d’Immeuble, novembre 1984
Oeuvre de François Tortosa

La dimension culturelle de l’atelier d’arts graphiques doit beaucoup à l’existence de la revue Drôle d’Immeuble. Un article de la revue Passerelles (n°4-5 de septembre-décembre 1984, signé par Cécile Roudier) a présenté la genèse et le mode d’élaboration de la revue. Au point de départ, trois détenus songent à réaliser une feuille ronéotypée, sur le modèle d’une publication réalisée à Écrouves par l’un d’entre eux. C’était peu après l’accès de la gauche au pouvoir, avec Robert Badinter comme nouveau Garde des Sceaux. Ils rédigent un projet « de revue d’expression générale dans laquelle (ils incluraient) tous les sujets, la géographie, la politique, l’économie, la religion », selon les expressions de François Tortosa [1], l’un des trois. Ils souhaitaient se démarquer des « journaux de prison » qu’ils avaient pu lire, ces « bureaux des pleurs », espaces de revendications et de doléances matérielles. L’accent devait être mis sur les modes de création personnelle des détenus qui réaliseraient le journal ; leurs propres textes, dessins et peintures. François Tortosa insiste sur l’intérêt de l’acte créatif en prison : « À partir du moment où quelqu’un crée, il se libère. Tout, dans l’être humain est fait pour créer et s’il ne crée pas c’est un être végétatif ; c’est ce qu’on fait de toutes les personnes qui sont ici. C’est ce qu’on appelle la dépersonnalisation. À partir du moment où quelqu’un comprend qu’il est un individu, un être unique, il crée, bien ou mal, mais il crée. » Le projet bénéficie d’une écoute favorable de la part du sous-directeur du centre de détention, M. Letanoux qui prend contact avec la Direction des Affaires Culturelles (DRAC) et du directeur du centre de l’époque M. Claudel. Le projet est également adressé à l’association Culture et prison, animée par Casamayor, Gérard Soulier, Thierry Dumanoir, Pierre Lascoumes. Elle souhaite « relier culture à prison, jeter une passerelle entre une société close et une société libre. Faire que le monde clos, où ceux qui n’en peuvent sortir finiront quand même par sortir un jour, ne soit pas aussi radicalement coupé du monde ». Elle édite la revue Passerelles, dont la rédactrice en chef est Cécile Roudier, journaliste qui va très vite rencontrer les trois détenus de Caen et qui va jouer un rôle majeur dans le développement de la publication, puis dans la création de l’atelier d’arts graphiques.

JPEG - 13.4 ko
Areu (J’ai vite fermé ma bouche mutilée où danse ma dent de réinsertion)
Oeuvre de François Tortosa, Drôle d’Immeuble, n°1, novembre 1984
JPEG - 19.1 ko
Ascetik Fresnes
Oeuvre de François Tortosa, Drôle d’Immeuble, n°1, novembre 1984

Les trois détenus, Georges L., François Tortosa et Patrick C. avaient l’intention de fabriquer eux-mêmes la publication. L’un d’eux avait été conducteur offset. L’association Culture et prison les persuada que le monde de l’imprimerie exigeait des compétences et que des formations seraient nécessaires pour réaliser une maquette, pour composer des textes, pour photograver. Elle accepta de leur fournir machines et formateurs bénévoles, pour aboutir à une réalisation de qualité selon les critères professionnels de l’imprimerie, en complet renouvellement à cette époque. Un choc technologique se produisait, le plomb était abandonné, le métier de typographe était bouleversé. Drôle d’Immeuble fut donc le lieu d’une expérimentation technique également. La création de l’atelier de photocomposition fut aidée par la société Italiques de Paris, société qui photocomposait Passerelles et qui mit en relation son matériel avec le micro-ordinateur fourni aux détenus. Il y eut donc dès le départ une symbiose entre la création artistique et la formation professionnelle, le tout aiguillonné par la publication de Drôle d’Immeuble. Le projet porté par le centre de détention avait été déposé à la Drac en janvier 1983. Le premier numéro sortit en octobre 1984. Entre temps, des subventions étaient arrivées : 190 OOO francs du Fonds d’Intervention culturelle principalement et des machines d’une valeur de 210 000 francs prêtées par l’association Culture et prison. Dans le bâtiment des activités culturelles au sein de la détention, un local de cent mètres carrés fut aménagé pour recevoir les machines et l’atelier. Cécile Roudier rapportait les propos de plusieurs rédacteurs, dessinateurs et fabricants de la publication. Ils insistaient tous sur l’enthousiasme provoqué par cette édition, sur l’amitié et la sociabilité qui s’était créée dans l’atelier et sur la sensation de « sortir de la prison », de « s’évader » par ce moyen :

« Jo. Ce qui m’a motivé pour travailler d’arrache-pied, c’est le journal Drôle d’Immeuble. Je ne me serais jamais engagé dans un canard qui parlait de gamelle. C’est aussi l’amitié qui m’a poussé. Je me suis engagé tête baissée parce que je suis un gonceur. Certains jours, j’en avais plein les bottes. Mais je savais que c’était un travail conséquent et qu’on ne pouvait pas laisser tomber : il faut aller jusqu’au bout !

François T. Jo arrive à huit heures du matin ici et repart à sept heures le soir. Daniel aussi. Les surveillants sont obligés de les vider pour réintégrer leurs cellules car ils veulent finir !

Daniel. Moi, ça ne fait pas longtemps que je suis arrivé à Caen. J’ai tout de suite été emballé par l’esprit qui régnait ici, dans l’équipe. J’ai trouvé ça bien. J’ai vu qu’il y avait du sérieux là-dedans : j’ai vu arriver les machines, j’ai dit : « vous pouvez compter sur moi ». On avait dû faire un grand trou dans le mur pour que la machine entre au local, quel symbole ! Et on la contemplait, cette machine, comme un trésor.

François T. Le danger de la prison, ce n’est pas d’y avoir son corps mais d’y avoir sa tête. En prison, on crée des extra-terrestres. Ce qu’on a compris ici, d’une certaine façon, c’est la liberté. L’atelier n’est déjà plus la prison, et quand les intervenants extérieurs arrivent, ça l’est encore moins.

Patrick. Nous sommes simplement ailleurs et nous cherchons à faire ce que font tous les gens dans le monde. On cherche à ignorer la prison, à enlever cette enveloppe de détenus qui pourrit toutes les choses de la vie. Quelle que soit la nature des rapports que l’on peut entretenir avec l’extérieur, ça finit par être un poison. Dans ce travail, ce qui est important, c’est l’enthousiasme qui permet d’oublier ce que l’on vit ici. C’est aussi le travail d’équipe : on doit se compléter, trouver chacun sa dimension, son identité. J’apprends ce qu’est le travail : c’est une forme de don. Nous mettons dans la balance notre vie, notre liberté. »

JPEG - 64.8 ko
Drôle d’Immeuble n°1, novembre 1984

Le premier numéro fut imprimé à 6000 exemplaires. Il fut donné à chacun des 380 détenus du centre de détention, adressé aux directeurs des établissements pénitentiaires français pour le proposer aux prisonniers intéressés et diffusé à l’extérieur du centre. Soutenus par le directeur M. Claudel, la petite équipe de rédacteurs et de concepteurs demanda à bénéficier d’un projet de formation professionnelle. Il n’en existait pas à Caen. Le directeur y était favorable car cela permettrait d’élargir le cercle des détenus – l’équipe de départ de Drôle d’Immeuble s’était élargie aux fabricants, mais en 1984, ils n’étaient que onze – à ceux qui bénéficieraient de formations aux métiers des industries graphiques et prépareraient des CAP. Des intervenants extérieurs furent très tôt présents, la journaliste Cécile Roudier, des formateurs aux métiers de l’imprimerie de l’association Culture et prison, des graphistes subventionnés par la DRAC (Patrick Moussin, dit Toto, Jean-Philippe Masson, dit Muzo, Gilles Forest, éditeur de bandes dessinées).

JPEG - 66.6 ko
DPS ( détenu partikulièrement saké)
Drôle d’Immeuble n°1 , novembre 1984

Arts plastiques et poésies donnèrent un style particulier au premier numéro. François Tortosa y multiplia les poèmes et plusieurs de ses oeuvres furent reproduites en quadrichromie, avec des commentaires de ses camarades Jean-Paul S. et Patrick C. Quelques dessins de Gilles E. furent reproduits également. Il était présenté par Patrick C. : « Si Gilles E. n’a pas sculpté des statues hautes de dix mètres, c’est parce qu’il était enfermé dans une petite boîte. il était pensionnaire au centre de détention de Caen. Avec les premiers jours de mars, il a retrouvé la liberté. » Les graphistes intervenants au centre de détention furent également présentés ainsi que leurs oeuvres : Muzo présenté par Patrick C., Toto Moussin par lui-même. Plusieurs oeuvres associent intervenants extérieurs et détenus. La revue accueille des photographies de Liberto M. de l’Atelier Photo du centre de détention de Melun. Quelques articles évoquent les soirées musicales et concerts de rock au centre de détention, l’histoire du quartier caennais de la prison et de la prison elle-même [2] et l’écrivain Barbey d’Aurevilly.

JPEG - 50.7 ko
Dessin de Patrick Cazes, poème de François Tortosa
Drôle d’Immeuble, N°1, novembre 1984
JPEG - 66 ko
François Tortosa, Olam Hayétsira renversant les murs de mes prisons
Couverture du numéro 3 de Drôle d’Immeuble, février 1986

Nous avons analysé le deuxième numéro de Drôle d’Immeuble dans un autre article en ligne sur Criminocorpus. Le troisième fut tiré à 1000 exemplaires et publié en février 1986. C’est l’atelier de l’Artec qui le fabriqua. Dans les archives, il était précisé que ses frais étaient pris en charge par le service socio-culturel du centre de détention. L’ensemble du travail de photogravure, d’imposition, de copie de plaques fut assuré par Titi et Jo (Georges L.). Ce numéro offre de précieuses informations sur la vie culturelle au sein du centre de détention grâce à des interviews de concertistes (Jean-Louis Haguenauer, pianiste, lauréat de la fondation Yehudi Menuhin, le groupe de rock Label Public) de professeurs intervenant dans la prison (le professeur de guitare Jacques Godin, le professeur de français Jean-Yves Dolet). Le graphisme est également à l’honneur : reproduction de dessins de Jean Bruller (Vercors), présentation des oeuvres de jeunes dessinateurs (Placid, Dieter Hermann, Jacques Elie, Lagautrière, Jocelin). Les inventeurs de la publication sont moins présents. François Tortosa fait cependant la couverture. Les poésies sont toutefois toujours présentes aux côtés des arts plastiques. Le numéro est introduit par les poèmes et dessins de Mort/ice. Un texte de ce détenu de Caen sert d’éditorial : « Les arts carcéraux sont ce qu’ils ne peuvent s’empêcher d’être : des actes solitaires, des façons ou éplorées ou agressives de chanter une liberté devenue mythique. Comment me dire ? Les mots qu’il me faudrait, je ne les ai pas, ils ont fui, mon encre, ma plume, en raison du cloaque… Je veux résumer d’un sûr talent cette double vocation à dévoiler douloureusement le tragique de la peine et à me ressaisir dans la conscience convulsive qu’elle est exagérée. Je ne proclame pas mon innocence, mais il faut que je fasse dire à mes instincts ce qu’ils sont : une violence maudite, et à mon intuition ce qu’elle doit illuminer : cette part mystérieuse du Mal qui échappe au jugement commun.(…)« 

JPEG - 19.2 ko
Drôle d’immeuble n°3
JPEG - 15.5 ko
Drôle d’Immeuble n°3
JPEG - 60.6 ko
Drôle d’Immeuble n°3

Les premiers pas de l’atelier d’arts graphiques

Le 3 avril 1985, le préfet du Calvados accusait réception de la déclaration en préfecture de l’ARTEC, association 1901 présidée par M. Robert Le Brun, imprimeur à Caen, avec pour secrétaire la journaliste Cécile Roudier de Culture et prison. Les statuts de l’association avaient été préparés par la journaliste. Transmis à la direction de l’Administration pénitentiaire, ils avaient reçu un accueil favorable. Le 15 février 1985, Jean-Pierre Dintilhac, alors Sous-directeur de l’exécution des peines privatives de liberté et de la réinsertion, écrivait au directeur du centre de détention de Caen : « J’attache le plus grand intérêt à ce projet ». L’univers de l’imprimerie bas-normande était présent dès les origines d’ARTEC. Mme Antoinette Angénieux suivit au plus près la montée en puissance de l’atelier et devait devenir vice-présidente de l’ARTEC. Les imprimeurs Le Brun et Corlet apportèrent très vite leur aide et des machines. En mai 1985, un règlement intérieur avait été établi pour l’atelier. Les horaires de travail étaient fixés à 5 heures par jour, de 8h à 13h du lundi au vendredi et de 8h à 12h le samedi. La grille de rémunération pour un horaire de 30h par semaine fonctionnait avec un système de points. Le point 100 valait 23 F. de l’heure. Le minimum pour les débutants était le point 75. Le maximum pour les responsables était le point 125. Il était envisagé des primes pour ceux qui fourniraient des heures supplémentaires lors des périodes de presse. Des fiches de production journalières individuelles devaient servir à constater le travail effectué. Les premiers pas de l’atelier sont difficiles. Deux des fondateurs de Drôle d’Immeuble sont embauchés aux côtés de quatre autres détenus. Lors du conseil d’administration du 30 juillet 1986, il est signalé que des fournisseurs non payés s’impatientent, que les détenus (ils sont six à être payés du mois de juin au mois de décembre 1985) ne sont plus payés depuis le mois de mars et que les commandes sont rares. Il est décidé de licencier le formateur permanent. Un nouveau président est élu, M. Geffrotin, visiteur de prison, habitant à Caen. Les années qui suivent voient un accroissement des activités, mais la structure demeure fragile. Des subventions n’arrivent pas. En 1989, des tensions apparaissent dans l’atelier à propos des rémunérations. Il n’est pas toujours évident de distinguer les temps de formation des temps de travail. Les niveaux de qualification varient et le compagnonnage dans l’apprentissage est limité par les impératifs de production. Le départ à la suite d’une libération de détenus compétents – comme l’un des fondateurs de la revue Drôle d’Immeuble qui faisait figure de principal animateur de l’atelier – et l’afflux d’apprentis génèrent quelques tensions. Il en va de même des rémunérations tenant compte de l’ancienneté, des CAP obtenus, des fiches journalières de travail. En juillet 1989, la vice-présidente d’ARTEC fait un compte rendu des réunions tenues dans l’atelier. Elle signale le problème de la qualité des travaux : « Une certaine baisse dans tous les domaines est constatée. Elle s’explique par le fait que tous sont encore débutants dans leur secteur d’activité. Ne pas oublier que tous apprennent en produisant. C’est la meilleure des formations. Cela demande à nos clients une certaine indulgence. » Sans cesse lors des réunions du conseil d’administration de l’Artec et lors des assemblées générales, il est rappelé que la formation est l’objectif essentiel de l’association.

JPEG - 54.8 ko
Drôle d’Immeuble n°3

En 1990, une nouvelle impulsion fut donnée aux formations aux métiers des industries et arts graphiques. Une réunion technique eut lieu le 13 juin avec les professionnels de ce secteur, dont les imprimeurs Le Brun et Corlet, afin d’élaborer des cycles de formation, principalement pour préparer au CAP de monteur-incorporateur-copiste. Un jury de professionnel est mis en place. Mais l’équilibre de l’équipe des imprimeurs est fragile comme en témoigne une « note pour l’atelier » de la vice-présidente d’Artec du 11 décembre 1990 :

« Chers amis, depuis le départ impromptu de Patrick, et même si ses compétences n’avaient pas atteint le niveau idéal, son absence se fait cruellement sentir au niveau de la production pour l’atelier, et particulièrement au moment où vous devez sortir Convergences. Contrairement à ce que vous semblez croire, vous n’êtes pas du tout abandonnés. Ce qui vous manque c’est un soutien technique. Lorsque Jo était encore là, ses compétences acquises dans les divers secteurs de l’atelier permettaient de parer à tous les coups durs. L’équipe actuelle se trouve plus démunie, puisque vous vous trouvez, sauf André, à un niveau de débutants ; quant à André, il se prépare à sortir et c’est justice, il doit petit à petit passer la main. Il faut donc parer au plus pressé, sinon nous devrons fermer l’atelier pour un temps, ce que nous éviterons le plus longtemps possible. Vous savez bien qu’ARTEC existe pour vous et par vous. J’ai pris contact avec un formateur du groupe montage-incorpo. Il va vous aider le plus possible à faire ce qui est à faire de suite. Je vous demande de l’accueillir, comme un formateur et de faire appel à ses compétences pour tout problème technique posé. Nous avons également décidé de faire entrer L., avec l’accord de la direction du centre de détention. Pour le moment il prépare le CAP en accéléré, mais dès qu’il sera disponible il commencera à travailler au poste de monteur copiste, sous la tutelle du formateur. Je vous demande également de l’accueillir le mieux possible. Vous êtes tous dans le même bateau… Philippe m’a signalé votre problème de trames mécaniques. Je ne vais pas revenir sur le fait que j’en avais fait livrer des neuves, qu’elles devaient être contretypées, et qu’elles sont ou sales ou disparues. Même si vous n’êtes pas directement responsables de ce « sabotage technique », j’aimerais que vous vous rendiez compte de l’importance des matériels mis à votre disposition. Sans vouloir vous donner de leçon, je crois qu’une remise en ordre avec inventaire serait indispensable pour tout l’atelier y compris les archives. Une fois passé le coup de feu de Conergences et autres travaux à livrer avant le départ en permission de Marc et André, il faudra procéder à ce type d’activité, et faire le point. Nous allons également faire entrer à l’atelier, en stage pour commencer, puis ensuite à temps normal Michel. Tout en s’initiant aux techniques, il sera plus particulièrement chargé de la comptabilité, du courrier, des relations commerciales. Celles-ci également laissent à désirer…(…) »

L’année suivante, le gendre de l’imprimeur Corlet propose son aide à l’atelier pour assurer de la formation continue et par l’apport de matériel. Les professionnels souhaitaient l’introduction de la PAO dans l’atelier. Un formateur est embauché pour aider un Offsetiste. À la fin de l’année 1991, la situation financière d’Artec est saine, malgré quelques dettes anciennes. Ce qu’apprécie le directeur de l’établissement M. Letanoux qui souhaite apporter « son soutien et son aide pour une bonne continuité de l’atelier » (réunion avec le directeur du 12 décembre 1991). Il recommande de doubler certains postes pour préparer les libérations et pour former des remplaçants. L’équipe de l’atelier se compose alors de sept personnes, six détenus et un intervenant extérieur pour la formation à l’offset, les démarches auprès des clients et l’étude des travaux à réaliser. Les tâches des six détenus sont les suivantes : 1) photocomposition, montage, gestion, salaires, animation de l’atelier, PAO, élaboration de devis, relations avec les clients 2) comptabilité, PAO, Offset, factures 3) photogravure et photocomposition, montage 4) offset et photogravure 5) création, montage, photogravure 6) apporte son expérience car libérable en janvier 1992. Faute de pouvoir salarier des formateurs, l’association se contentait « d’auto-formations » ou de formations par tutorat aux techniques de l’imprimerie, insistant sur la nécessaire polyvalence pour pallier les coups durs et pour une meilleure réinsertion future. À l’occasion de l’Assemblée générale du 15 mai 1997, le rapport moral revenait sur les formations : « Une quinzaine de personnes ont travaillé à l’atelier durant ces quatre dernières années et leur formation représente une action omniprésente. Cette formation est la raison d’être de l’association et représente une charge importante d’autant que nous prenons des personnes qui, a priori, n’ont aucune connaissance des arts graphiques, parfois des connaissances en informatique, parfois aucune expérience du travail en général. De plus, notre objectif n’est pas seulement de leur donner une formation professionnelle, mais également de les aider à acquérir le sens des responsabilités, vis-à-vis d’eux-mêmes et vis-à-vis d’un groupe, de se former socialement et humainement. Pour l’acquisition de compétences professionnelles nous pratiquons la formation tutorale, la transmission de savoir-faire de tuteur à apprenti, appuyée par des professionnels compétents. D’autre part, la présence quotidienne d’administrateurs au sein de l’atelier, provoquant l’échange, la critique, la discussion, nous cherchons à faire progresser la résolution des problèmes aussi bien techniques qu’humains. »

L’époque de Patrick Henry

1993 fut cependant une année difficile. Artec avait une dette de 114 000 francs (40 000 francs au Centre de détention et 100 000 francs à l’imprimerie Corlet). L’équipe renouvelée de l’atelier décida de relancer l’activité en mettant en place une gestion plus professionnelle, en décidant des modes de rémunérations égalitaires et en accompagnant le remplacement et l’acquisition de nouvelles machines. Dans ses mémoires publiés en 2002, Patrick Henry [3] a livré une interprétation de ce qu’il présente comme une renaissance de l’ARTEC, non sans minimiser son rôle. C’est en 1992 qu’il vit sur le panneau d’affichage du centre de détention que l’atelier offrait deux postes. Avec un copain à lui, Jean-Bernard, il fut admis au sein d’ARTEC, d’abord comme stagiaire (en octobre ou novembre 1992, selon les archives) puis comme membre permanent. Sa première impression est mitigée, tout semble mal organisé, archaïque : « les affaires ne devaient pas marcher fort« . Le matériel avait vieilli. Les productions s’en ressentaient. Une dizaine de clients seulement et un chiffre d’affaire assez faible : « D’ailleurs, de manière générale, l’ARTEC n’avait pas une bonne presse, les clients trouvaient ses services chers et pas de très bonne qualité.« 

Un nouveau statut social des employés fut mis en place en 1994. Il était reproduit dans les demandes de subventions. Il mérite d’être reproduit :

« L’atelier d’arts graphiques de Caen est unique tant dans son lieu d’implantation que dans le recrutement de ses personnels. Il a une autre particularité qui réside dans la rémunération de ses personnels. Structure unique en France l’atelier d’arts graphiques de Caen est implanté au centre de détention et n’emploie que des détenus. Créé sous l’impulsion de quelques professionnels des arts graphiques et de l’imprimerie avec l’aide d’un sous-directeur de l’établissement cet atelier a pour fonction d’aider les détenus qui y sont employés à renouer avec le monde du travail et ses exigences. Les employés sont soumis, tant sur le plan des règles de sécurité que sur les principes de rémunération aux règles régissant le travail dans les enceintes carcérales. Pas de contrat de travail, pas de référence au SMIG ou autre SMIC, pas de cotisations aux ASSEDIC ; mais des cotisations à la caisse de retraite, maladie aux taux en vigueur pour le travail pénitentiaire et une rémunération qui est fonction du travail effectué. Dans le cas spécifique d’ARTEC, les salaires sont uniquement calculés sur « le reste » du chiffre d’affaires. Le « reste » représente le solde après paiement des matières premières, des charges patronales, de la TVA, de la part revenant pour fonctionnement à l’ARTEC, du remboursement des investissements et dans le cas présent d’un remboursement mensuel d’une dette contractée durant les précédentes années par l’équipe du moment. Ce reste est divisé en parts égales entre les six employés cela bien sûr pour les mois ou il y a un solde positif. Pour les huit premiers mois de 1994 le salaire moyen par employé est de 973 F. net. Le rôle principal de l’ARTEC étant la formation et la remise en condition de travail de ses employés, la partie salaire, bien que non négligeable, est accessoire compte tenu du nombre d’employés et des heures effectuées pour la mise en œuvre des diverses productions. Détenus et considérés comme majeurs, les employés de l’ARTEC sont soumis aux règles de rémunération des prisons. Les six employés de l’ARTEC sont présents à l’atelier en moyenne 39 heures par semaines. Il va de soi que les impératifs de production (délai de livraison, mise en œuvre, spécificité du lieu d’implantation) lorsqu’un client fait appel à cette structure peuvent modifier les temps de présence. Ce temps de présence est décomposé en deux parts pratiquement égales, 50% du temps est consacré à l’auto formation et 50% du temps à la production. La production n’étant en fait que la forme appliquée de ce qui a été recherché durant le temps d’auto formation. Outre son rôle de formation et de production, l’ARTEC mène grâce à ses administrateurs, tous bénévoles, une mission socialisante et valorisante auprès de la population carcérale et plus particulièrement auprès des détenus employés par celle-ci. L’ARTEC c’est le lieu de formation, le lieu de production qui est venu dans la prison. D’où un caractère très particulier et unique en France dans le fonctionnement qui est soumis à toutes les règles inhérentes au milieu carcéral. »

JPEG - 66.4 ko
Publicité pour l’ARTEC
JPEG - 168.2 ko
Publicité pour l’ARTEC

Le redressement fut indéniable comme en témoigne le rapport d’activité du président de l’association André Marie, un ancien imprimeur, du 24 janvier 1997 qui revenait sur la période 1993-1996 et qui vantait le rôle de Patrick Henry. Il rappelait qu’il avait rapidement assimilé les techniques et les différentes étapes de fabrication d’un imprimé et qu’il avait assumé la gestion de l’ensemble des activités de l’atelier : de l’accueil des fournisseurs et des clients aux bilans annuels, le suivi des commandes et leur exécution. Acteur essentiel des formations, il avait cumulé des charges. Le président vantait ses grandes capacités de travail, son désintéressement, sa rigueur, son aide au redressement financier de l’association et son rôle dans l’adaptation aux nouveaux outils introduits pour renouveler les vieilles machines des débuts. Les mémoires de Patrick Henry abordent des tensions internes avec un détenu de l’ancienne équipe, Joël, qui dirigeait l’atelier, un « putsch » qui en 1993 lui aurait donné le pouvoir, la démission cette même année de la présidente de l’association. Ces informations ne sont pas confirmées par les archives, et demandent à être lues avec prudence. Les mémoires citent des exemples de commandes importantes, l’équilibre budgétaire retrouvé de l’association et des salaires égaux entre les membres de l’équipe, salaires non négligeables certains mois. Les refus successifs du ministère de la Justice d’octroyer une libération conditionnelle à Patrick Henry le conduisirent à s’éloigner de l’ARTEC pour fonder une autre association.

Former et produire

Nous avons une description de l’atelier en 1992 grâce au récit de Patrick Henry :

« L’ARTEC ne manquait pas de place : elle occupait presque un demi-étage du bâtiment culturel. On entrait d’abord dans une vaste salle, de trente mètres carrés environ, baptisée salle de finition : une longue table trônait au centre, et autour se trouvaient un massicot, une vieille agrafeuse, des placards avec un stock de papier hors d’âge ; pas d’assembleuse, tout se faisait à la main autour de la table. Puis on passait dans une pièce de mêmes dimensions, la salle d’offset. Elle comprenait une machine offset, une armoire, les pots d’encre, un évier pour laver les rouleaux, des buffets avec les plaques ; c’était la salle de fabrication. Après, sur la droite, se trouvait une pièce plus petite, toute en longueur, avec un ban de reproduction, un évier pour développer les plaques, un châssis pour les insoler et une développeuse : le laboratoire. Puis on suivait un couloir avec deux tables lumineuses pour le montage, avant d’arriver, tout au bout, dans un bureau où se trouvaient la photocomposeuse et l’ordinateur. L’ensemble représentait une surface de quatre-vingts mètres carrés environ. « 

En 1996, les administrateurs d’ARTEC décidèrent d’étendre la polyvalence de tous les opérateurs, de tous les former à la saisie et à la PAO, de nommer un secrétaire chargé des relations avec les clients et les fournisseurs, chargé également d’élaborer les devis. Il fut décidé également de former et de nommer un comptable. Désormais, pour chaque projet, il y aurait un responsable : « chaque commande est prise sous la responsabilité d’un opérateur quant à sa bonne réalisation en termes de coûts, de délais, de qualité ».

L’Artec faisait des appels à candidature dans le centre de détention lorsqu’un poste se libérait. C’est elle qui décidait de l’admission après avoir recueilli les avis des membres de l’atelier. En 1995, apparurent des critères de sélection : avoir au maximum 40 ans, avoir un reliquat de peine supérieur à trois ans et inférieur à 7 ans, avoir un niveau d’instruction égal ou supérieur à la Troisième. Une lettre était fournie aux embauchés pour une période d’essai de trois mois qui leur précisait les spécificités de la structure. Les partuclarités de la formation « tutorale » et « polyvalente » étaient rappelées :

« La formation s’effectue par des travaux pratiques sur des produits, de qualité professionnelle, commercialisés dans la région caennaise. C’est le défi que vous propose l’Artec par un apprentissage tutoral et polyvalent des métiers de l’industrie graphique. Tutoral : chaque postulant est associé à un ancien, le tuteur. Celui-ci l’initie progressivement aux travaux pour lesquels il a acquis une compétence certaine. Polyvalente : Un atelier d’art graphique comporte un certain nombre de postes de travail interdépendants : saisie et PAO, phogravure et montage de typons, impression offset, finition, comptabilité et gestion. Vous devez en fonction de vos goûts et de vos aptitudes vous former dans ces différentes sections. Cependant pour la finition, qui comporte la mise en œuvre de plusieurs techniques : façonnage, assemblage, pliage, agrafage, emballage, vous serez, comme tout ou partie du personnel, prié de quitter votre poste habituel de travail pour aider le titulaire de ce poste, parfois débordé. »

JPEG - 69.8 ko
Publicité pour l’ARTEC

La lettre précisait que l’horaire hebdomadaire était de 36 heures, modulables. L’expression utilisée pour aborder les rémunérations était « intéressement » : « Le travail de l’équipe est évalué financièrement et entre dans la facturation. Cette évaluation tient compte des sujétions particulières à notre méthode de formation : rendement moyen comparé à un travail de professionnels confirmés, gâche plus importante des consommables. Cela représente une somme réservée à l’enseemble du personnel. Elle apparaît dans un document comptable, qui rend compte de la situation financière du mois écoulé. C’est l’intéressement. Cette somme est répartie de façon égale entre toutes les personnes de l’atelier. Pourquoi ? Quelle que soit l’étape de réalisation d’un imprimé, chacune conditionne la réussite ou la malfaçon de l’ensemble.(…) La responsabilité de chacun étant également engagée, il est logique que quelle que soit la spécificité de l’emploi du moment, sa rétribution est égale aux autres. » Pendant les périodes d’essais, les stagiaires ne touchaient qu’une demie part.

Le rapport d’activité du quatrième trimestre de 1997 offre un exemple des procédures de recrutement : « Michel et Mathieu, libérés, nous ont quitté. Un appel à candidature effectué en septembre a reçu 21 réponses sur lesquelles 13 candidats se sont présentés à la réunion générale de présentation de l’association et aux entretiens individuels à l’issue desquels nous avons engagé Eric et Louis, qui à la suite de leur période d’essai très favorable ont été embauchés définitivement en janvier. »

Ceci explique probablement que l’effectif de détenus salariés demeura assez stable : 8 en juillet 1989, 6 en septembre 1991, 5 en 1992, 7 en janvier 1993, 5 en mai 1993, 6 en janvier 1994, 6 en 2005.

les critères de recrutement ne varièrent guère. En 2005, un document distribué aux personnalités venues pour l’anniversaire des vingt ans de l’Artec rappelait qu’en moyenne les opérateurs étaient au nombre de six, volontaires, choisis après un entretien avec les responsables de l’association. Ils signaient un contrat de travail et étaient embauchés définitivement après une période d’essai de trois mois. Les critères de sélection étaient précisés : « temps d’incarcération à venir, environ trois ans ; un temps plus court ne donnerait pas le temps à une formation efficace ; plus long, il vaut mieux laisser la place pour l’instant. Aptitudes intellectuelles et physiques à l’apprentissage des métiers proposés. capacité à intégrer une équipe dans un esprit positif. Motivations personnelles, adhésion aux objectifs de l’association. Situation personnelle physique ou morale à laquelle le travail dans notre structure peut être particulièrement profitable pour la personne. »

La réinsertion

Les administrateurs d’ARTEC s’efforçaient d’aider les détenus libérables et qui avaient donné satisfaction dans l’atelier. Les contacts avec les milieux professionnels de l’mprimerie autorisaient des propositions d’embauche qui pesaient dans l’octroi des libérations conditionnelles. Des lettres de recommandation étaient parfois adressées par le président de l’association au comité consultatif des libérations conditionnelles de la Chancellerie. En 1996, le président André Marie appuyait la demande de Harry : « Lors de son incarcération Monsieur Harry était mineur. Les dix années qu’il a déjà passées en détention n’ont pas été complètement perdues puisqu’il a su acquérir ou développer des connaissances scolaires et professionnelles, ainsi que le montre son C. V. Depuis trois ans il est en formation dans l’atelier de production de notre association. Personnellement, j’apprécie son dynamisme et son intelligence pratique qui se manifestent, entre autres, par une curiosité toujours en éveil et une conscience professionnelle remarquée. Sa sociabilité et son humour contribuent aussi à l’excellent état d’esprit qui règne à l’atelier. Il donne ainsi des gages sérieux pour sa réinsertion, aussi je reste à votre disposition pour toute information complémentaire. » Harry avait été incarcéré sans formation scolaire initiale, à l’âge de dix-huit ans. Après huit années de détention à caen, il intégra une imprimerie caennaise. Après deux années l’entreprise ferma. Il fut aidé par l’association pour retrouver un travail et un logement. En 2005 il avait depuis cinq années un emploi stable dans une autre imprimerie.

Un document de 1995 mentionnait le passage par Artec d’une trentaine de détenus depuis 1985 et signalait leurs emplois depuis leur libération : deux chefs d’entreprises de publicité dans la région parisienne, un chef d’entreprise d’imprimerie à Elbeuf, libéré en 1993 et dont les débuts étaient prometteurs, un responsable du personnel d’une pâtisserie industrielle après avoir été responsable de production dans une grande imprimerie, un responsable informatique d’une entreprise de la région parisienne après avoir été pigiste au journal L’Équipe, deux conducteurs offset dans des entreprises. En juillet 1995, le président d’Artec indiquait qu’à sa connaissance, depuis dix années que fonctionnait l’atelier aucun des anciens n’avait « rechuté ». Il signalait toutefois : « C’est avec peine que nous avons appris la récidive et le suicide de Jean-Bernard, moins de quatre mois après sa libération. » Il ajoutait : « Sommes-nous armés pour  » traiter  » tous les cas ? Certes non. Échec de la médecine spécialisée ? Échec des structures de la justice ? Peut-être… réfléchissons à tout cela avec modestie. Ce sursaut trop tardif qu’il a eu, nous n’y sommes certainement pas étrangers. Gardons espoir dans l’Homme. » Quelques mois plus tard, le président se réjouissait de l’embauche par une entreprise caennaise, d’un détenu libéré qui n’avait jamais travaillé avant sa formation dans l’atelier, mineur condamné à une longue peine entré à Artec en 1993 et libéré en 1996. En 2005, les réinsertions de certains détenus témoignaient de la réussite globale de l’atelier : intégrations à des ateliers de conception graphique, responsable des achats dans une entreprise, maintenance de réseaux informatiques pour un détenu qui n’avait qu’un CAP de boulanger avant ses vingt années de détention, responsable d’une chaîne d’impression numérique… Certains détenus avaient intégré le séjour à l’Artec dans leur projet d’exécution de peine (PEP) et souvent il bénéficiaient d’un aménagement de peine dès leur première demande.

JPEG - 66.8 ko
témoignage d’un ancien détenu lors des 20 ans de l’Artec
JPEG - 65.3 ko
Témoignage d’un ancien détenu lors des 20 ans de l’Artec
JPEG - 69 ko
Témoignage d’un ancien détenu à l’occasion des vingt ans de l’Artec

La crise de 1998 dans l’atelier

À la fin de l’année 1996, l’équipe de l’atelier fut perturbée par le refus de la Chancellerie d’octroyer une libération conditionnelle à Patrick Henry. Malgré les appuis et recommandations de l’Artec, le ministère de la Justice avait une nouvelle fois refusé d’interrompre la peine de ce détenu qui avait fait la une des médias au milieu des années soixante-dix. Dans ses mémoires, il affirme avoir décidé de s’éloigner de l’atelier et de concevoir en cellule des logiciels pédagogiques. Réinsérer quelqu’un dont le crime restait dans les mémoires pouvait rencontrer des obstacles chez les personnels de certaines entreprises. Un échange de correspondance avec un gros imprimeur de la région en 1995 témoigne de ses hésitations. Ses employés refusaient d’accueillir ce détenu. L’imprimeur affirmait que les trois embauches qu’il avait effectuées à partir de la structure ARTEC avaient été des échecs. Deux anciens détenus arrivaient en retard au travail et en état d’ébriété. Un ex-détenu le menaçait… Cet imprimeur changea d’avis ultérieurement.

Plusieurs témoignages d’administrateurs de l’Artec ainsi que les archives de l’association offrent une autre version du départ de Patrick Henry qui eut lieu en 1998. Le rapport d’activité pour le second semestre 1998 mentionne un « grave conflit » qui éclata au mois d’octobre. Depuis plusieurs mois les relations étaient difficiles entre une partie de l’équipe des opérateurs et les administrateurs de l’Artec. L’attitude de Patrick Henry était en cause. Son rôle éminent dans le redressement de l’entreprise l’avait conduit à jouer un rôle prépondérant au sein de l’équipe et à privilégier l’efficacité dans la production au détriment de la polyvalence et de la formation des différents opérateurs. Jean-Baptiste Delaby, président de l’Artec, lui demanda de quitter l’atelier. Le rapport d’activité du second semestre de 1998 est explicite :  » (…) ce qui a conduit la décision du conseil d’administration que j’ai assumée n’a pas été la recherche de sanctionner le mérite de l’une ou l’autre des parties – ce qui aurait conduit à une tout autre décision – mais la référence aux objectifs essentiels de notre association qui est la formation professionnelle, sociale et humaine en vue de la réinsertion, dans un cadre ou le savoir et l’expérience acquise se transmettent sans réticence : Qui en avait le plus besoin ? À qui devait-elle s’adresser en priorité ?  » En 2005, lors des vingt ans de l’Artec, son président évoquait les deux ou trois échecs de la réinsertion d’opérateurs. Il précisait : « le plus notoire étant celui de Parick H. à qui nous avions dû demander, plusieurs années avant sa libération conditionnelle, de quitter l’atelier pour son « associabilité » et l’impossibilité de créer une équipe positive autour de lui. ». Patrick Henry quitta l’atelier, suivi de deux de ses amis opérateurs. Des départs en chantier extérieur, une autre démission conduisirent à un renouvellement important de l’équipe.

Qualité des productions et formations diplomantes

À partir de 1998, des investissements importants et réguliers ont renouvelé le matériel de l’imprimerie et permis des fabrications de qualité. Le chiffre d’affaires grossit d’années en années (601 082 frs en 1996 ; 459 655 frs en 1997 ; 790 834 frs en 1998 ; 672 865 frs en 1999 ; 680 000 frs en 2000 ; 1 020 826 frs en 2001 ; 91 008 frs en 2004) et l’équilibre est atteint en 2001, avec une marge légèrement positive. Des subventions ministérielles permettent l’acquisition en 1998 d’une flasheuse et d’une développeuse, d’un ordinateur Mac et d’une imprimante laser A3. L’année suivante, c’est l’acquisition d’une assembleuse, plieuse, agrafeuse. En 2001, l’imprimerie est pourvue d’un photocopieur couleur et d’un appareil photo numérique. Les fonds régionaux du FEDER permettent des investissements lourds : par exemple, en 2001, un équipement de reliure dos carré collé. La vieille presse offset GTO qui avait rendu de grands services depuis le début des années quatre-vingt fut vendue en 2007 et remplacée une presse Hamada d’occasion.

JPEG - 66.9 ko
Publicité pour l’ARTEC de 1999

À la fin de l’année 1999, l’équipe de l’atelier a été totalement renouvelée. Le président de l’Artec Jean-Baptiste Delaby se félicite des compétences variées et complémentaires et du bon esprit de coopération. Il souhaite une plus grande polyvalence malgré les réticences de ceux qui se spécialisent sur un poste. Le rapport d’activité du second semestre 2001 témoigne d’un bel équilibre entre les productions, les formations et la stabilité de l’équipe. Jean-baptiste Delaby écrit : « Ce semestre l’activité est restée aussi soutenue qu’au premier, avec encore des clients nouveaux. Notre qualité de prestation actuelle est certainement notre meilleur outil de promotion. Les clients satisfaits font notre meilleure publicité. Cette qualité se retrouve dans la présentation générale de l’atelier, clarté, rangement, propreté, l’accueil, la disponibilité, le niveau de proposition créatif dans la composition des documents, la qualité dans l’impression, le respect des engagements dans les délais de livraison. Cette situation favorable est le résultat des formations et expériences acquises, ainsi que l’esprit d’équipe solidaire que nous connaissons aujourd’hui. Soyons tous vigilants pour la maintenir et toujours l’améliorer. »

Des formateurs professionnels interviennent pour préparer les équipiers au BEP ‘Industries graphiques – impression ». Ils sont dès 1999 initiés aux logiciels de PAO. Une formation à la comptabilité est également organisée. En 1999, un nouveau directeur prend ses fonctions à Caen, Jean-Louis Daumas. Des entrevues régulières ont lieu entre la direction et les administrateurs et équipiers de l’Artec. L’atelier est agrandi par la mise à disposition d’une partie d’un ancien local vidéo. En 2000, un opérateur obtient une commutation de peine, commentée ainsi par le président de l’Artec : « Ses efforts de formation, son travail sur lui-même avec l’aide de toute l’équipe ont été certainement des facteurs déterminants dans cette décision. C’est un encouragement à l’action pour tous. »Les subventions du Conseil général et de la mission locale « contrat ville prévention de la délinquance » financent les formations. L’imprimerie obtient l’agrément de « centre de formation » en 2005. Les réussites successives à l’examen du BEP ont certainement contribué à cette reconnaissance de la mission première de l’association. Un opérateur obtient le Baccalauréat professionnel des industries graphiques en 2007.

Une difficulté surgit en 2002. L’administration pénitentiaire restreint l’accès des clients à l’atelier qui se trouve dans le bâtiment culturel au sein de la détention. Les relations professionnelles et sociales sont restreintes et nuisent à la formation humaine et professionnelle des équipiers. Fin 2002 et début 2003, le président de l’Artec attribue aux difficultés d’accueil des clients extérieurs un fléchissement de l’activité.

Sur la zone d’activités

C’est en 2008 que fut décidé en collaboration avec l’administration pénitentiaire un plan d’investissements pour moderniser les équipements et le déménagement de l’atelier de la détention vers la zone d’activité du centre pénitentiaire. Il était urgent de remédier à une baisse de l’activité constatée durant les cinq années précédentes. En 2008, à la suite du départ de quatre équipiers, seules deux embauches avaient été effectuées. Le souci était de pouvoir mieux ouvrir l’atelier à la clientèle extérieure et de faire cesser les suspicions dont l’atelier était fréquemment l’objet. Les nouveaux outils de communication (clés USB, fax, internet, CDRom) allaient pouvoir être plus facilement utilisés. Des partenariats avec une école de management caennaise devaient favoriser l’action commerciale et la prospection de nouveaux clients. Il fut également décidé d’effectuer des travaux de mise en page pour l’imprimerie Corlet de Condé sur Noireau.

JPEG - 68.7 ko
Le déménagement de 2009

L’année 2009 est un tournant car un redressement est constaté avec un chiffre d’affaires de 39 000 euros. Un gros investissement est réalisé : l’acquisition d’une presse offset quatre couleurs Ryobi, financée à 50 % par le Conseil régional. Des aides du Conseil général, de la Caisse d’Epargne, de la ville de caen, du ministère de la Justice, un mécénat de la société Argos ont aidé cette importante mutation de l’association. Deux presses offset sont données par la CAF. Le déménagement dans la zone d’activité a lieu le 26 novembre 2009. Une encadrante est embauchée pour l’atelier. Du point de vue des formations, c’est l’occasion également d’un premier bilan : en neuf ans, 30 opérateurs ont obtenu un BEP. La rotation des personnels oblige à des actions de formation qui coûtent et pèsent sur la productivité, mais c’est la raison d’être de l’association, comme le souligne son président dans le rapport d’activité de 2010. Cette même année, un opérateur PAO obtient par validation des acquis de l’expérience (VAE) une licence Edition avec la mention très bien et les félicitations du jury à l’unanimité.

En 2010, le chiffre d’affaires est de 60500 euros, soit une hausse de 50 % par rapport à l’année précédente. L’atelier s’oriente dans la voie du développement durable et obtient la marque « Imprim’vert ».

JPEG - 69.5 ko
Les 20 ans de l’Artec

À l’occasion de la cérémonie organisée pour les 20 ans de l’Artec, son président soulignait que l’animation de l’association n’avait pas été « un long fleuve tranquille ». Jean-Baptiste Delaby rappelait la philosophie de l’entreprise : « Nous n’avons pas choisi, en effet, la méthode la plus facile en voulant responsabiliser au maximum les détenus opérateurs quant à la gestion de l’entreprise sans qu’il y ait de hiérarchie entre eux ce qui suppose écoute, tolérance, solidarité, esprit d’équipe. Ce qui peut être vu comme une gageure dans la vie ordinaire est vécu ici comme un vrai challenge compte tenu du contexte carcéral et de la personnalité des intéressés. Cette responsabilisation nous paraît essentielle comme formation professionnelle en vue de la réinsertion. » En 2005, après vingt ans de fonctionnement de l’atelier, près d’une centaine d’opérateurs y avaient été formés. Jean-baptise Delaby insistait sur la dimension personnelle de la participation à l’atelier, retrouvant les accents qu’avait François Tortosa dans les textes qu’il publia dans Drôle d’Immeuble : « Ils ont compris également qu’une réinsertion passait aussi et surtout par le développement de relations sociales de qualité : écoute et acceptation de l’autre, exercie et partage de responsabilités et encore plus par la connaissance de soi, reconnaissance de ses erreurs et de ses insuffisances et découvertes de ses talents. Il n’est pas de personne qui n’ait pas de talents, le parcours de ceux-ci, aussi bien dès leur départ dans la vie que dans leur parcours judiciaire et carcéral n’a été que rarement propice à les leur faire découvrir et développer. Notre ambition est de les y aider. Au travers de leurs réussites, que ce soit les examens ou la qualité des prestations offertes aux clients, il veulent nourrir leur besoin de reconnaissance personnelle, être vus pour des hommes. « 

Deux directeurs du centre de détention avaient joué un rôle éminent dans l’essor de l’entreprise, M. Letanoux et M. Daumas. L’Artec fut souvent visitée par des personnalités car il participait de la réputation de l’établissement. Les effectifs de détenus opérateurs ne furent jamais très nombreux par rapport a l’effectif du centre pénitentiaire de Caen. Mais au fil des ans, trente BEP furent passés avec succès, et les réinsertions sociales furent nombreuses. la notion de responsabilité qui fut mise en avant tout au long de cette aventure économique et culturelle doit être soulignée, car elle a permis à d’anciens « longues peines » d’occuper des postes d’encadrement dans des entreprises ou à d’autres, comme François Tortosa, d’exposer ses toiles au musée Singer-Polignac ou plus récemment dans différents espaces de l’Université de Rouen.

Jean-Claude VIMONT


[1] Nous avons préservé l’anonymat des détenus à l’exception de ceux qui figurent nommément dans les articles de la revue Drôle d’Immeuble, signant des articles ou présents dans l’ours de la revue. Patrick Henry, dans ses mémoires a consacré de longues pages à son expérience à l’ARTEC et nous le citons également

[2] les dernières phrases de l’article de Jean Paul S. décrivent la dernière étape de la prison : « En 1974, la centrale devint centre de détention. À quelques exceptions près, on continue d’y cheminer normalement pour accomplir sa peine : 1/ Accueil-Arrivée ; paillage ; quartier A (60 places) 2) Quartier B (270 places) ; ateliers et service général 3) Quartier C (fin de peine généralement)(pavillon de 60 places). Fermez le ban ». La date de création du centre de détention semble erronée puisque les centres de détention ne furent mis en place qu’à partir des textes officiels de 1975

[3] Patrick Henry, Avez-vous à le regretter ?, Paris, Calmann-Lévy, 2002.