Au centre de détention de Caen, « Quand ? » (étude de 6 numéros, de mai 2000 à octobre 2001)

Lorsque la société fait un succès au témoignage d’un médecin de la prison de la Santé, lorsque deux commissions d’enquête parlementaires s’émeuvent des conditions déplorables d’incarcération dans les prisons françaises et offrent des pistes pour une réforme de grande ampleur, la perception de ces débats par les détenus incarcérés pour de longues peines dans un centre de détention mérite attention. Les articles qu’ils publient à cette époque dans le fanzine de la prison de Caen, Quand ?, témoignent de leur attention au sort de tous les prisonniers et laissent entrevoir leurs espoirs. L’étude précise de Thibaut Chandelier, étudiant en master de l’Université de Rouen, cerne les attentes, les déceptions, les revendications et contestations qui s’expriment dans ce journal à une époque où la parole des détenus fut plus libre qu’en d’autres périodes. (J-C V)

Les sources utilisées pour effectuer cette étude se composent de six exemplaires du journal Quand ?, publication bimensuelle dirigée par deux détenus, Serge Ben Houssine et René Blachier. Nous étudierons les numéros 8 (mai/juin 2000) à 15 (septembre/octobre 2001). Deux lacunes surviennent toutefois avec l’absence des numéros 10 et 11 (novembre/décembre 2000 et janvier/février 2001).

Il prend la forme d’un journal de vingt-quatre pages de format 21×29,7 cm. L’association ARTEC anime le projet de journal après que celui-ci ait été proposé au directeur du centre de détention. Elle avait repris et institutionnalisé l’expérience d’ancien détenus du centre de détention de Caen qui imprimaient le journal Drôle d’Immeuble de 1982 à 1986 avec l’appui du Ministère de la justice et du Garde des Sceaux de l’époque Robert Badinter . Cette imprimerie à vocation formative et à orientation écologique apporte les moyens techniques et l’encadrement humain pour mener à bien la formation, l’impression et la publication ainsi qu’un atelier d’impression pour les entreprises ou les particuliers. La couverture comporte une entête constituée d’une image dessinée de centre ville sur laquelle est imprimé le nom Quand ?, sous-titré « Journal de détenus du centre de détention de Caen ». Les auteurs du journal inscrivent en dessous ce qui apparaît comme une annonce programmatique de la publication : « Journal d’expression… ».Sur cette première page figure également un article généralement en lien avec l’actualité : réforme pénitentiaire, erreurs judiciaires, critique du monde politique, actualité internationale… La seconde page est constituée d’annonces publicitaires pour des services aux détenus, une enseigne de supermarché et des mentions légales du journal. La page n°3 est consacrée au sommaire et à l’éditorial signé par le référent du journal, dans un premier temps Pierre Rappolt, instituteur, puis à partir du numéro 14 ( juillet/août 2001) Mathilde Besnard, chargée de la culture et de la formation au Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation ( SPIP ). Les lecteurs, détenus ou citoyens libres, peuvent s’exprimer dans la page n°4 consacrée au courrier des lecteurs. La dernière page contient des publicités tant pour des éléments extérieurs ( Zénith de Caen, Caisse d’Épargne ) qu’internes à la prison ( Communication Information Sport 7 qui est l’atelier vidéo du centre de détention ).

Le contenu du journal se compose d’articles écrits par les détenus, de reproductions d’articles de la presse nationale et d’interviews d’acteurs du monde carcéral ( surveillant, médecin, magistrat, associations…). La diversité des thématiques abordées n’empêche cependant pas la récurrence de certaines rubriques : sport, voyage, santé, science sont présents dans la quasi totalité des numéros mais les thématiques liées au carcéral tiennent le haut du pavé. On note également des poèmes de détenus, ce qui témoigne d’une certaine cohérence dans la ligne du journal qui se veut un lieu d’expression pour tous les détenus et non pas seulement pour les membres de la rédaction. Enfin une large place est accordée au milieu associatif ( alcooliques anonymes « AA », Genepi,…) en lien avec la formation des détenus ce qui confirme que par là même la réinsertion est au centre des préoccupations du journal qui y fait écho, étant lui aussi intrinsèquement une initiative qui va dans ce sens. Plus qu’un simple récit en vase clos de la vie en centre de détention, le journal est résolument tourné vers l’extérieur : l’extérieur de ceux qui n’ont jamais connu la prison, l’extérieur de ceux qui en sont sortis et enfin celui des détenus qui y demeurent. On peut donc étudier Quand ? à travers l’articulation de l’actualité du « dehors » avec celle de la et des prisons. On peut s’interroger sur les éventuelles attentes du lectorat. Enfin on peut tenter de cerner l’image que Quand ? renvoie de l’institution carcérale et de son évolution.

A un premier degré de lecture, on note que la majeure partie des articles sont liés au monde carcéral. On y trouve les comptes rendus des activités internes au centre de détention de Caen. Il peut s’agir des clubs ( maquettes, ping pong, restauration de meubles encadrée par un professionnel, le club vidéo Communication Information Sport 7, musique avec la réalisation d’un CD et un concert pour la fête de la musique, tournoi de tennis ) mais également des résultats d’examens passés par les détenus (FCP, BEP, CAP menuiserie…). De nombreuses associations qui mènent des activités liées à la réinsertion sont chroniquées dans le journal : les AA qui existent au centre depuis 1975 sont présents dans chaque numéro. On y présente l’Estran, Revivre( qui lutte pour un recours plus fréquent au controle judiciaire par le controleur social pour éviter la détention provisoire et la surpopulation carcérale), le foyer Le Tremplin qui s’occupe des SDF. Les conditions d’accueil sont détaillées dans Quand ?.

Un article de Gérard Bourgeois intitulé « Pour tout les prévots qui se reconnaitront dans ces lignes »(Quand ? n°9) stigmatise les détenus de longue date qui accaparent les activités culturelles et professionnelles et excluent les derniers arrivés. Il en appelle à la solidarité entre les détenus et évoque le stress de la détention et le recours aux anxiolytiques pour y remédier. En cela, cet article donne une certaine image du malaise et des difficultés relationnelles au sein de la détention et tranche avec une image que l’on pourrait se faire de détenus soudés par la longueur de leur peine.

JPEG - 52.2 ko
Caricature publiée par Quand ?

On retrouve un propos similaire dans l’interview du chef de détention (supérieur hiérarchique du personnel en tenue) Mr Cordier. En effet celui-ci considère « qu’au niveau des détenus, il n’ y a plus de cohésion […]c’est chacun pour soi »(Quand ? n°15) Il admet une libéralisation plus grande du régime de détention depuis la présidence de Valérie Giscard d’Estaing et la création en 1975 des centres de détention orientés vers la réinsertion. Cet échange entre détenus et le chef des surveillants, couple « dont la condition est à la fois distincte et indissociable » [1] est intéressant car il tend à inclure au journal une autre perception de la prison que celle des détenus. Mr Cordier pense que cet état des choses est le reflet de la société. Ce personnage important de la détention est également responsable culturel et responsable des clubs. A ce titre, il déplore l’absence d’un poste à temps plein pour cette charge. Son interview donne lieu à des questions qui sont autant de revendications de la part des journalistes-détenus : le transfert du linge personnel lors des visites, des peines de substitution au quartier disciplinaire, un téléphone dans le bâtiment C, une rampe pour handicapés au bâtiment A, de l’eau chaude dans les étages du bâtiment A, des interrogations sur les achats du « chauffeur »( chargé de de se procurer des produits dont les détenus auraient besoin) et une réclamation des détenus à propos de l’entreprise Tools, fournisseur informatique contre qui un détenu a porté plainte. C’est surtout dans ce genre d’interview que transparaissent les souhaits et les inquiétudes des détenus vis à vis de la procédure pénale souvent mal connue. Ainsi, toujours dans l’interview évoquée précédemment, il est question du Projet d’Exécution de Peine (PEP), un plan d’éxécution de peine sensé préparer la réinsertion et encadré par le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP). Le surveillant chef énonce les écueils de cette aide à la réinsertion : le manque de volonté des détenus, « l’érosion familiale »qui les isole, l’absence de la psychologue durant un an. Cela renvoit à un difficile rapport entre détenus et services sociaux qui donne lieu à des réclamations de la part des détenus via les rédacteurs de Quand ?.

Le journal comprend plusieurs interviews de ce genre où un effort est fait pour présenter les différents acteurs de l’institution carcérale tout en présentant certaines critiques et revendications sur la prison, qu’elles soient inhérentes au centre de détention de Caen ou d’un point de vue plus large aux dysfonctionnements structurels du système de justice Sont interviewés : un médecin du Service Médico-Psychologique Régional (SMPR) le Dr. Cauchy (Quand ? n°8), le juge d’application des peines (JAP)(Quand ? n°12) et le directeur adjoint de centre de détention de Caen (Quand ? n°14). Beaucoup de questions au JAP ont pour but d’éclaircir les rouages administratifs qui décident des aménagements de peines (libérations conditionnelles, semi-liberté) mais aussi du suivi des détenus, ce qui semble poser problème car le JAP se voit demander s’il peut « intervenir dans les conflits entre le service social et les détenus », car des détenus sont mécontents de leur assisstante sociale et se désengagent de leur PEP. On retrouve la problématique des services sociaux dans la discussion avec le directeur adjoint, Mr. Vidogue, car là aussi le SPIP est mis en cause. Le directeur adjoint reçoit ensuite le même type de réclamations que le surveillant chef : qualité de la nourriture, plafond du bâtiment B endommagé, eau courante trop calcaire, besoin « d’un monte charge pour les gamelles et les draps », les préoccupations diététiques se retrouvant également dans l’interview du Dr. Cauchy qui doit en théorie contrôler l’équilibre des repas et qui avoue lui-même ne pas le faire. L’échange le plus important de cet entretien concerne le travail carcéral et la tonalité polémique des questions posées souligne le caractère sensible de ce sujet, le directeur adjoint étant le responsable du travail pénal. Les détenus parlent ainsi des »sociétés qui exploitent les détenus […] pour des salaires de misère » et demandent à Mr. Vidogue de remédier à la situation pour pouvoir se constituer un pécule en vue de la libération. A cela s’ajoute la crainte d’une raréfaction des entreprises employant des détenus ( ici le cas de l’entreprise Malherbes) mais aussi la volonté de voir affichés les taux de rémunération. Le directeur adjoint va clairement dans le sens des détenus en se déclarant pour ses affichages et en espérant une hausse des rémunérations parallèlement à la hausse des salaires du service général (emploi à l’entretien et au fonctionnement de la prison) et reconnait la situation bloquée du travail dans l’établissement. Par ailleurs, il est question d’accidents du travail avec le Dr. Cauchy : il est clair selon lui que le personnel médical exerçant en milieu carcéral n’a que peu de prise sur la sécurité et les conditions de travail des détenus. L’obligation de travail étant abolie depuis 1987, le travail des détenus semble cependant, au vu de l’amertume et de l’anxiété des questions posées, demeurer soit un idéal d’occupation si ce n’est en fait une chaîne au pied en vue de la réinsertion : il permet de se former, d’envisager une sortie plus facile, d’indemniser les parties civiles comme le rappelle le chef de détention, de rester productif et en un sens en phase avec les exigences de la société à l’extérieur, c’est en fait par un travail normatif que passe l’essentiel des efforts de réinsertion. A demi mots sont donc évoquées ici les conditions de travail précaires et la flexibilité extrême du détenu dont le travail est entièrement géré par l’administration pénitentiaire.

La question de la santé est récurrente dans tout les numéros. En plus des articles écrits par les rédacteurs sur des pathologies touchant des personnes entre 40 et 50 ans, sont également traités les problèmes sanitaires courants en prison tel la toxicomanie ou le sida et l’hépatite C ( Quand ? n°15). Un article daté du 11/09/2001 du Monde reproduit dans Quand ? brosse un tableau de la montée du taux de détenus touchés par ces deux maladies et de leur plus fort risque de contamination par rapport à la population en général [2] à travers un rapport de la « mission Santé-Justice ». Ce rapport témoigne des changements en cours et de la réflexion autour des rapports sexuels en prison (« mise en place des distributeurs automatiques et des lieux de libre accès aux préservatifs avec lubrifiant ») et de la toxicomanie ( « banalisation de la consommation de cannabis », refus de distribuer du matériel stérile contrairement à ce qui se fait dans d’autres pays européens, usage de plus en plus prononcé de médicaments psychotropes ).Les journalistes de Quand ? avaient déjà interrogé le Dr. Cauchy à propos du mode de transmission de l’hépatite C. Les autres pathologies décrites sont en lien avec la population carcérale du centre de détention où se purgent de longues peines, une population vieillissante ou appeler à vieillir : cataracte, névralgie faciale, maladies de Parkinson et de Strümpell Lorrain ; la durée moyenne d’une peine au CD de Caen étant de treize ans et sept mois ( hors réclusion criminelle à perpétuité) et la moyenne d’âge de 45 ans [3]. Un article d’un détenu du bâtiment B décrit les souffrances physiques et mentales d’un détenu longue peine qui font que son « corps se vieillit et ne réagit plus » (Quand ? n°15). Certaines pathologies sont plus liées aux conditions de vie en détention et de la fragilisation qu’elles induisent comme la lithiase biliaire, les calculs urinaires ou l’angine.De plus, le Dr. Cauchy caractérise le stress carcéral quand il dit : « on sait qu’ici, les gens ont l’estomac plus fragile que la moyenne ». Un autre aspect critique des conditions de détention est évoqué avec le médecin : c’est la présence de détenus handicapés ou présentant des troubles psychiatriques. Celui-ci pense en effet que certains détenus n’ont pas leur place au centre de détention. Il montre en effet comment la suspension de peine pour raison médicale n’est que trop peu applicable dans la loi : « Pour les grâces médicales, c’est vraiment le mourant qui a une chance de l’obtenir ». Pour illustrer ce propos par des cas particulièrement médiatiques, cela renvoie au sort des deux membres du groupe Action Directe, Nathalie Ménigon, souffrant d’hémiplégie, et Joelle Aubron souffrant d’un cancer, toutes deux étaient encore incarcérées au moment de la rédaction des numéros étudiés. L’impossible prise en charge de détenus handicapés dont certains sont hémiplégiques est symptomatique du manque de moyens légaux, matériels et humains de l’administration pénitentiaire pour ce qui est des soins en prison. Les rédacteurs racontent à ce propos comment, un détenu handicapé étant tombé de son lit, les surveillants « n’ont pas voulu le relever » et ont recouru à un autre détenu pour le faire. Cet évènement fait écho à la demande d’installation d’une rampe pour fauteuil roulant pour le bâtiment A (quartier des arrivants) et au récit d’un détenu atteint par la maladie de Strümpell Lorrain (Quand ? n°9). Ce dernier souffrant de la maladie dégénérative orpheline, il expose son mal-être carcéral : 125 puis 56 cachets quotidiens, manque d’écoute et de considération : »A chaque établissement pénitentiaire, il m’a fallu expliquer, prêter des revues pour faire connaître la maladie ». Cet article fait état de la « double peine » que constitue le handicap en prison. Là encore les grâces médicales semblent très longues à obtenir du fait de la difficulté de les placer dans des établissements appropriés ou les faire bénéficier du placement sous surveillance électronique comme il est suggéré lors de l’interview du JAP qui n’y est pas opposé. Enfin le Dr. Cauchy insiste sur le fait que « les maladies les plus importantes en prison sont les maladies psychiatriques » et reconnaît que la responsabilité de ces détenus est parfois « limite ». Il expose ici la difficile tâche du SMPR qui comme à Caen se trouve le plus souvent à la maison d’arrêt : il doit dépister ces troubles, les traiter dans les cellules et dans les unités de soins et également prévenir la toxicomanie. Or les troubles psychiatriques touchent de plus en plus de détenus, ce phénomène est doublement entretenu par la prison : manque de moyens pour les soins, enfermement et promiscuité qui stigmatisent et parfois suscitent des troubles psychiatriques allant de la simple dépression à la psychopathie. Dans l’interview du juge d’application des peines, on apprend que le responsable du SMPR ne participe plus à la commission d’application des peines car sa présence est remise en cause, ce qui tranche avec sa définition de la commission qu’il voit comme « un lieu fondamental de débat où s’expriment en toute liberté des points de vue complémentaires et divers » et alors que cette commission est amenée à être consultée pour des commutations de peine ou des »relèvements de période de sureté ». Dès lors on est en droit de s’interroger sur le degré réel de prise en compte de la maladie dans le suivi de la peine par l’administration. Ne serait-ce que par le décalage entre cette situation et les propos du JAP qui voit dans les longues peines l’occasion d’ « un véritable travail éducatif peut être entrepris ici. Le régime du centre de détention » étant « fondé sur la confiance qui conditionne la construction du régime d’individualisation de la peine ». A travers ces différents interviews, Quand ? expose certaines des incohérences du fonctionnement de l’institution carcérale tant au niveau du CD de Caen qu’à l’échelle nationale et législative.

Le journal s’intéresse tant au parcours d’individus dans les prisons françaises qu’à la situation dans des prisons étrangères. En effet, de nombreux articles rapportent l’actualité carcérale de divers pays : l’interview d’un directeur de prison lituanien permet de comparer rapidement la situation des détenus et surtout de présenter la Lituanie et son histoire (Quand ? n°13). On trouve d’autres articles sur des luttes de prisonniers ou des événements marquants comme à la prison Carandiru au Brésil où la pègre locale s’est emparée de l’établissement et la gère à la place de l’administration, téléguidant des hold-up depuis le centre pénitentiaire (Quand ? n°12) ou encore la grève de la fin des détenus d’extrême gauche en Turquie contre les prisons de type F qui séparent et isolent les militants (elle fait alors un 32ème mort) ( Quand ? n°15). On remarque également de nombreux récits d’incarcération dont un aux Etats-Unis. Les rédacteurs sont résolument contre la peine de mort ( ils rappellent à cette occasion l’anniversaire de l’abolition de la peine capitale en France et se félicitent des tests ADN innocentant un condamné à mort, ayant passé dix-huit ans dans les couloirs de la mort américains ( Quand ? n°15). L’article insiste sur les difficultés pour se réinsérer après une peine aussi longue et mentalement éprouvante.

JPEG - 70.3 ko
caricature publiée dans Quand ?

Il fait ainsi écho aux nombreux récits du même genre consacrés aux détenus français qui témoignent de la dureté de la reconstruction de soi après une longue peine. On peut citer le récit de Jacques Lerouge (Quand ? n°9). Ce condamné a mort dans les années soixante vit sa peine commuée en réclusion criminelle à perpétuité et fut incarcéré de 1968 à 1984. Il insiste sur la difficile réinsertion en liberté conditionnelle après la phase de semi-liberté. Il écrit : « Si vous vous êtes laissé bouffer par le système pénitentiaire et par les antidépresseurs, la sortie est impossible ». Plusieurs thèmes déjà évoqués réapparaissent : antidépresseurs, nourriture non équilibrée, éloignement familial durant la liberté conditionnelle, avoir à réapprendre une sexualité normale, séquelles physiques et psychologiques de l’ enfermement ; autant d’éléments qui nous ramènent à la situation des détenus lecteurs de Quand ? qui purgent pour la plus part de longues peines. J. Lerouge apporte des pistes de réflexion à partir de ce qui se fait à l’étranger, en Norvège où la peine maximale est de 15 ans ou au Canada.

Un autre cas est celui de Philippe Maurice, figure du grand banditisme ayant échappé de peu à la guillotine et qui a passé 23 ans en prison, qui a également soutenu un doctorat universitaire et qui raconte sa détention dans un livre. Il témoigne de la violence des surveillants à son égard ( il en avait auparavant blessé un, lors d’une tentative d’évasion) puisqu’il « réchappa des diverses et plus ou moins ingénieuses machinations ourdies par les matons pour lui appliquer la peine officiellement abrogée ». Les rédacteurs de l’article ont toutefois une pensée pour ses victimes, dans cette période d’inflation du poids des victimes dans la médiatisation et la procédure judiciaire. Cela semble apporter une caution journalistique au journal, du moins une objectivité suspecte, si l’on considère que l’article se concentre non pas sur les actes de délinquance de Philippe Maurice, mais sur les souffrances carcérales qu’il a subies et son parcours de réinsertion.

Un dernier exemple de réinsertion réussie est rapporté dans le journal : il s’agit du cas de Michel Soumalet ( Quand ? n°15). Après avoir participé aux guerres coloniales, il passe trente-quatre ans en prison pour des hold-up « sans effusion de sang » dont quelques années en Quartier de Haute Sécurité d’où il essaye de s’évader. Il est libéré à 57 ans et s’investit dans Pharmaciens Sans Frontière, fait de l’humanitaire au Rwanda et en Roumanie. Il est intéressant de noter qu’ici la réinsertion, voire l’ épanouissement, s’effectue via une structure solidaire et alternative, les entreprises classiques refusant d’employer un ancien braqueur, qui plus est de cet âge.

On trouve par ailleurs de nombreuses brèves concernant des erreurs judiciaires. La détention provisoire et ses effets sur l’individus sont critiqués par les rédacteurs à l’occasion de l’interview d’un jeune homme ayant passé dix mois en détention privisoire : rupture du tissu familial, des relations sociales, harcèlement policier après la sortie . « Après une peine de prison, selon le délit, on a constamment les flics sur le dos, ils ne vous lâchent jamais. On y pense tout le temps. C’est un moment douloureux qui génère la rage, car là-bas, nous sommes traités comme des chiens » (Quand ? n°12).

Les récits d’expériences carcérales, les interviews et les faits d’actualité du monde des prisons, s’ils ont pour but premier d’informer voire d’encourager les lecteurs, participent d’une critique et d’une réflexion plus large sur l’enfermement et la privation de liberté. Ils constituent en cela une réaction à une actualité « chaude » qui abonde dans le journal et influence grandement les prises de position de ses rédacteurs car les années 2000 et 2001 sont marquées par une prise de conscience de la vétusté des établissements et de conditions de détention désastreuses dans les prisons françaises. Ce thème récurrent de la réforme pénitentiaire a, entre autre, pour origine le livre de Véronique Vasseur, Médecin chef à la prison de la Santé et le tollé qu’il suscita dans la sphère politique [4]. Deux commissions parlementaires vont alors pénétrer dans les prisons françaises et y constater les graves insuffisances [5]. Un article du Nouvel Observateur sur Véronique Vasseur intitulé Les Prisons de la honte dresse un tableau sombre de la situation carcérale et tente de donner une explication à la subite prise de conscience de la société oscillant entre discours sécuritaires et refus de conditions de détention dégradantes. Face aux propositions des rapporteurs de l’enquête, comme la suspension de peine pour raison médicale, en fonction de l’âge du détenu, comme l’instauration d’un revenu minimum en vue de la réinsertion et pour éviter les traffics et la prostitution à l’intérieur des murs, permettre une plus grande diversité des aménagements de peine, le rapprochement familial et une plus grande transparence de l’administration pénitentiaire qui pourrait de plus être régulée par une instance indépendante, l’enthousiasme des rédacteurs de Quand ? est palpable : en témoigne leur « Enfin ! » d’août 20004.

Les articles présentant les actions d’association comme l’Association française de criminologie (AFC) qui regroupe magistrats, chercheurs, anciens détenus et étudiants ou l’Observatoire internationnal des prisons (OIP) s’inscrivent dans une démarche quasi militante en faveur d’une réforme profonde du système. Les rédacteurs s’attardent sur Thierry Lévy, avocat et alors tout récent président de l’OIP, en reprenant un article de Libération du 31 mai 2000 et signalent également dans un autre numéro la présence de l’organisation dans l’ouest de la France. Les réflexions de Serge Ben Houssine et René Blachier rejoignent celle de ces organisations quant à la nécessité d’une réforme : plus d’hygiène et en finir avec l’entassement des détenus faute de place, l’uniformisation des peines et donc une réelle égalité devant la loi, que les détenus bénéficient des mêmes droits que les citoyens comme le propose l’AFC ou encore repenser la pratique judiciaire des tribunaux correctionnels, des cours d’assise comme le souhaitent les deux rédacteurs de Quand ?, critiquant la toute puissance du juge d’instruction, le manque de discernement des jurys populaires ou encore le recours fréquent à la mise en détention préventive, source d’erreur judiciaires (Quand ? n°8).

Une interview de José Bové apporte un point de vue plus politisé sur cette question, Il témoigne du taux important de suicide et de l’incohérence de certaines condamnations : « Une nuit, pendant ma détention, un jeune gitan de 18 ans s’est suicidé. Il avait pris 6 mois fermes pour un vol alimentaire » (Quand ? n°8) et dénonce une « américanisation de la prison » : participation de plus en plus forte de grands groupes privés dans la gestion notamment alimentaire des établissements, peines additionnées plutôt que confondues, exacerbation des clivages sociaux parmi les détenus…

Le suicide est une source d’angoisse pour les détenus purgeant de longues peines comme le soulignent les rédacteurs du journal : « On se suicide dans les prisons françaises six fois plus qu’on ne le fait à l’extérieur » et s’ils tentent de rapprocher le nombre croissant de suicides avec l’abolition de la peine de mort pour étayer leur critique des conditions de détention en montrant comment la prison peut être tout aussi redoutable que le châtiment suprême. Ne pouvons-nous pas comparer également les vagues de suicides des années 2000 avec celles qui précédèrent les mutineries de 1972, symboles de la fin d’un régime carcéral usé et en totale contradiction avec ses objectifs affichés. Tout un patrimoine intellectuel et militant resurgit dans les pages de Quand ?. Les journalistes vont (re)découvrir l’action du Groupe d’Information sur les Prisons et Surveiller et Punir de son cofondateur Michel Foucault (Quand ? n°8) pour repenser leur quotidien. Ils revisitent toute une partie de l’histoire pénale qui est marquée par la volonté de réformer la prison mais aussi par les échecs de ces projet dans la réalité carcérale Ils évoquent les Lumières, la réforme menée par Paul Amor en 1945, le GIP, et encore l’OIP. Le journal Quand ? s’inscrirait dans la lignée de ces luttes comme en témoigne un article dont la conclusion sonne comme une profession de foi « C’est le travail du GIP qu’il faut continuer, avec éclat et ténacité, comme le fait depuis des années l’Observatoire International des Prisons. Je crois que, dans notre journal, nous y sommes prêts. Cette cause est la nôtre. » Cet aspect montre bien que le journal est indéniablement le fruit de l’investissement personnel de détenus impliqués et possédant une certaine culture politique. Ce que confirme le recours à des articles de presse tirés de grands quotidiens( Le Monde, Libération ) ou d’hebdomadaires ( Le Nouvel Observateur, Marianne ) qui, en plus de constituer un support matériel facilitant leur tâche, permettent d’objectiver un contenu critique qui n’aurait peut être pas été aussi facilement accepté par l’Administration pénitentiaire s’il ne provenait que de la seule plume des détenus.

On peut d’ailleurs relever un pessimisme ambiant que ce soit chez le personnel ( M.Vidogue ou le surveillant chef), chez les détenus eux-mêmes ou dans les réactions des journalistes en 2001 comme le montre l’article de Soline Rey intitulé « Prisons, l’occasion manquée » (Quand ? n°15, reprise d’un article de La Vie de juillet 2001) qui illustre la déception face au projet de loi de réforme des prisons de Marylise Lebranchu, alors Garde des sceaux.

Le reste du journal est généralement consacré à un contenu culturel lié à des thèmes scientifiques dont la rigueur est parfois douteuse( un détenu, toujours le même, tente de démontrer que le XXIème siècle débute en 2000 et non 2001, disserte sur l’origine de l’homme et l’âge de la Terre) et des articles géographiques ou d’histoire sur des destinations de voyage et des particularités historiques et culturelles : Grèce, Marrakech, Asie, Charlemagne, Jeanne d’Arc… Les articles de voyages sont particulièrement prisés comme en témoignent les courriers de lecteurs. La religion demeure présente dans le centre de détention et cela transparaît avec des articles sur le jubilé des prisons 2001 célébré par l’évêque de Bayeux, sur la prière chrétienne, sur la visite d’une prison anglaise, le danger des sectes, le Bouddhisme, l’Islam. L’actualité internationale est parfois traitée : massacres à Bornéo, Talibans en Afghanistan, droits de l’homme en Arabie Saoudite et en Chine.

Enfin l’expression personnelle des détenus, mais aussi des lecteurs extérieurs, est rendue possible grâce à une page consacrée à leurs poèmes et à leurs textes. Il peut s’agir de textes portant sur un sujet étranger à l’incarcération, mais aussi de considérations nées de la souffrance des « très longues peines » et du « temps qui passe » (Quand ? n°12).

Le contenu de Quand ? se caractérise donc par une polarisation autour du monde carcéral que ce soit celui du centre de détention de Caen ou plus généralement des systêmes judiciaires et carcéraux français et étrangers, là où on aurait pu s’attendre à un journal traitant de thèmes éloigant les détenus de leur condition. Le journal témoigne également d’une ouverture sinon d’une volonté d’ouverture vers l’extérieur : informer sur l’état des prisons, des expériences traumatisantes vécues, mais aussi des parcours de détenus ayant réussi leur réinsertion. En cela il est une expérience originale, car des détenus parlent de la prison tout en y demeurant.

Quelle est leur liberté de parole ? quels sont les non-dits cachés dérrière les critiques diversement dissimulées et le ton polémique de certains articles sur certains sujets ? en quoi cette expression de détenus est-elle représentative de la population carcérale ?

Thibaut Chandelier


[1] Robert Badinter, La prison républicaine, Paris, éd.Fayard, 1992

[2] Risque 3 à 4 fois plus élevés pour le VIH, 4 à 5 fois plus élevé pour les hépatites virales.

[3] Dauver, B. ; Belveyre, E. ; Durand, C. ;Hardouin, F ; Brochet, S, « Éléments statistiques descriptifs concernant une population de 400 détenus au centre pénitentiaire de Caen », in Forensic n°10, avril mai juin 2002, pages 47- 53.

[4] Véronique Vasseur, Médecin chef à la prison de la Santé, éd. Le Cherche Midi, 2000

[5] Floch, Jacques ( rapporteur), Rapport fait au nom de la commission d’enquête sur la situation dans les prisons françaises, présidence de l’Assemblée Nationale, juin 20003