À Amiens, LIBRECHANGE, journal de la maison d’arrêt (étude de cinq numéros de 1987 à 1989)

Cette étude précise de Jérémy Lorin, étudiant en master de l’Université de Rouen, présente la presse d’une maison d’arrêt lors d’une échéance électorale majeure. La liberté de ton doit être soulignée ainsi que les nombreux efforts pour améliorer le quotidien carcéral. Source particulièrement riche, Librechange permet d’appréhender le quotidien carcéral, mais aussi les doléances et espoirs des détenus. (J-C V)

Cinq journaux trimestriels couvrant une période courte de deux ans (1987-1989) composent mon corpus de source :

- Numéro 1- octobre 1987
- Numéro 2- janvier 1988
- Numéro 3- avril 1988
- Numéro 5- octobre 1988
- Numéro 7- avril 1989

JPEG - 71.3 ko
Couverture du n°1 de Librechange, octobre 1987
Œuvre de Phil

En octobre 1987, avec l’accord de la direction de l’établissement, le premier numéro trimestriel, Librechange, est publié par les détenus de la maison d’arrêt d’Amiens. Non sans difficultés : « après bien des piétinements nous sortons un numéro qui porte une âme », selon Christian, adjoint du rédacteur en chef au quartier homme dans le comité de rédaction du journal. La publication de Librechange s’inscrit dans un phénomène culturel répandu dans les établissements pénitentiaires à la fin du XXe siècle, principalement après 1981.

C’est dans un premier temps, le service social de la prison, sous la direction de Philippe Peroux, qui prend en charge la publication du journal. Puis, dans un second temps, le projet culturel est élaboré dans le cadre de l’association : ‘‘Culture, théâtre et prison » de l’établissement. L’association s’occupe également des activités sportives de la prison. L’office culturel d’Amiens s’occupe de l’impression. À partir du n°7, le relais est pris par l’entreprise MPT Rivery.

JPEG - 42.5 ko
L’atelier d’écriture de la prison Numéro 2 de Librechange, janvier1988

Il est exceptionnel de lire des informations sur le mode de fonctionnement et sur la diffusion interne et externe des journaux de détention. Il y a néanmoins un nombre constant de participants à la rédaction et à la fabrication. À leurs côtés, des détenus qui ne participent pas à l’atelier d’écriture offrent des poèmes qui expriment parfois des doléances. Comme la maison d’arrêt est mixte, la parité hommes et femmes est plus ou moins nette, même si l’on note une participation masculine plus importante. Ceci témoigne des difficultés d’organisation du journal, ainsi que des carences d’accès à l’atelier d’écriture dans le quartier femmes. La maison d’arrêt et e correction d’Amiens est réservée aux détenus sanctionnés de courtes peines ou en détention préventive, dans l’attente d’une comparution devant le tribunal correctionnel ou devant la cour d’assises. Par voie de conséquence, le comité de rédaction n’est guère stable et varie tous les deux numéros, ce qui explique généralement les changements de ton du journal, et les choix variés des sujets traités.

« Roland n’est pas content, son poème érotique a été soumis à la censure ». Les articles sont visés par la censure de la direction de l’établissement et du coordinateur de l’atelier d’écriture, Philippe Peroux, responsable de l’association de la prison. L’établissement pénitentiaire contrôle le contenu du journal avant chaque parution, comme en témoigne l’article du numéro 7, ‘‘Smaïn visite la smala », où un tampon « censuré » précise son retrait du journal. Un courrier publié dans le numéro 3, stipule la transmission des journaux au bureau de la réinsertion de l’Administration pénitentiaire. Une appréciation de ce service sur un exemplaire précise que « le journal Librechange ne suscite pas de remarque particulières ». Titre du journal et titres d’articles font souvent référence à la liberté et à l’évasion, mais les contrôles sont bien présents. Toutefois la presse de derrière les murs reste activement encouragée par l’Administration pénitentiaire dès les années 80, avec la contribution active des associations sportives et culturelles des prisons.

En effet, cette presse carcérale s’intègre dans le mouvement initié auparavant par les réformes des années 70 et par la volonté d’ « ouverture » culturelle des prisons sur la société, initiée après 1981 par Robert Badinter, alors Garde des Sceaux. La volonté d’ « ouvrir » les prisons s’exprime par la possibilité donnée à des personnes extérieures à la prison de s’abonner, de participer à la vie du journal. Elles peuvent s’adresser au service social : « Ta revue ! Participe ! ».

La réalisation du journal a permis une première ‘‘ouverture de la prison » vers la société car elle a bénéficié d’intervenants extérieurs au système pénitentiaire. Des musiciens et des journalistes franchissent les hauts murs.

JPEG - 37.2 ko
Concert de Rock à la maison d’arrêt d’Amiens Numéro 7 de Librechange, avril 1989

Les ateliers d’écriture et de confection des journaux apportent une aide essentielle à la réinsertion des détenus. Comme le résument deux rédacteurs, la revue est « un moyen d’expression, d’exister, se faire connaître, rendre nos valeurs, se donner un potentiel de travail et création, et être utile à nos compagnons » ; « une sensation de sortir de la prison et s’évader ».

Il convient donc d’insister sur le lien entre la politique culturelle ‘‘d’ouverture » du milieu pénitentiaire au début des années 80 et la mesure de la réinsertion des condamnés des maisons d’arrêts. Les publications de détenus fournissent des conseils juridiques et des services pour mieux vivre en détention. Par ce biais, ils nous offrent des informations sur certains aspects de la vie quotidienne. Les explications du système judiciaire offrent des renseignements utiles pour l’aide à la réinsertion des détenus. En effet, Librechange ne se contente pas d’informer sur la situation intérieure, mais aussi sur les débats autour des réformes pénales qui concernent le quotidien carcéral et l’avenir des prisonniers.

JPEG - 57.8 ko
« Le courrier du mitard » Numéro 5 de Librechange, octobre 1988

Outre l’aspect très utilitaire du journal, cette presse carcérale offre des distractions aux prisonniers, quelques chroniques touristiques et musicales, des dossiers, quelques poèmes, où l’évasion et la liberté dominent. Les articles concernant les débats et réflexions sur la société sont également très présents pour rappeler que ces prisonniers font toujours partie intégrante de celle-ci. Enfin le ton humoristique des détenus est l’un des traits intéressant de Librechange.

Cet article n’a pas la prétention d’analyser tous les aspects de cette publication de la maison d’arrêt d’Amiens, mais d’identifier quelques caractéristiques majeures. Il est donc important de saisir les traits essentiels de cette presse de derrière les murs, mais aussi les actions éducatives, culturelles, qui sont à l’œuvre dans les ateliers d’écriture et de confection de ces journaux, ainsi que les effets de l’engagement dans l’écriture sur la réinsertion. Un second texte enrichira l’article par des témoignages pour comprendre le fonctionnement interne de l’atelier d’écriture, l’ampleur de la diffusion interne et externe du journal. Il serait en outre utile pour comprendre la singularité des initiatives des ateliers d’écriture, de confronter la publication de la maison d’arrêt d’Amiens, Librechange, avec d’autres journaux de journaux de détenus, A Contre courant de Liancourt, Quand ? publié à Caen, etc.

Entre débat et réflexion : L’espoir d’une réforme pénitentiaire

À l’approche de l’élection présidentielle de 1988, Librechange se fait l’écho des projets de réforme de l’Administration pénitentiaire. Le journal explique et expose les débats sur les grandes lois carcérales aux détenus. Un ton plus ou moins militant des rédacteurs souligne les disfonctionnements du système pénitentiaire. Au sein du comité de rédaction, une grande loi suscite beaucoup d’espoir, « Oui, l’heure des réformes tarde à sonner ! ». Le ton est presque militant. La rubrique du ‘‘billet d’humeur de Christian » décrit les problèmes et difficultés de la surpopulation carcérale. « Les grands moulins de réformes pénales ressemblent à ceux de Don Quichotte ! », le chroniqueur souligne l’absence de réaction du gouvernement alors que la population carcérale est proche d’atteindre 60000 détenus. « Soixante mille, laissés pour compte, […]. Soixante mille, composés d’alcoolos, d’escrocs, de braqueurs, de pointeurs et de cocus. Soixante mille paranos, masos, mythos ». Christian note le désintérêt des gouvernements pour les prisonniers « que l’on ne considère plus comme des hommes ».

Au milieu des années 80, le surpeuplement des maisons d’arrêt provoque de nouvelles mutineries. Au début de l’année 1985, la France dispose de 32 500 places pour 42 937 détenus. La vétusté des locaux aggrave les conditions de détention. La surpopulation carcérale engendre des manifestations d’agressivité, parfois aux violences verbales et physiques. Face à cette situation, le gouvernement augmente les capacités d’incarcération par de nouvelles constructions. Dans un dossier ‘‘prison et justice » d’octobre 1987, l’atelier Librechange consacre un article à cette mesure initiée par le Garde des Sceaux Albin Chalandon en 1986. Le ministre propose d’édifier quinze mille nouvelles places et d’en confier la gestion au privé. « Vous avez dit privé ? », le comité de rédaction explique les traits essentiels du « projet de loi sur la construction des prisons dites sous tutelle ». Après un débat houleux, le budget de la justice permet la construction de 15 000 places nouvelles, les appels d’offre sont lancés auprès des entreprises privées. Entrés sur le marché pénitentiaire, les prestataires privés construisent les murs et offrent des services (cantines) ou activités (travail et formation professionnelle), qu’ils louent ensuite à l’administration pénitentiaire. La colère est perceptible et aiguise le débat, le journal dénonce une solution qui n’a pas apporté de véritable remède.

JPEG - 64.5 ko
Les difficultés carcérales de Richard Numéro 2 de Librechange, janvier 1988

Dans le même dossier « prison et justice », le journal présente les grands traits de la réforme de l’instruction, loi du 30 décembre 1987. « Chalandon propose une mouture dans un texte de loi qui renforcera le pouvoir des chambres d’accusation, diminuera celui de l’instructeur, sans pour autant garantir totalement que les prévenus ne seront pas incarcérés hâtivement. » Des précisions sont demandées là l’occasion de l’interview d’un juge d’instruction, Mr Stolz. L’entretien se déroule dans le quartier homme. Le juge explique aux détenus les nouvelles procédures de la mise en détention provisoire. Dans le numéro 3, le journal reproduit un texte concernant ‘‘la réforme de l’instruction ». Les aspects techniques de la loi sont alors décrits : « la collégialité au stade de placement en détention provisoire, le placement en détention provisoire relève d’une chambre composée de plusieurs magistrats, la détention provisoire des mineurs de 13 ans ou moins a été supprimée, en matière criminelle, ainsi que celle des mineurs de 13 à 16 ans en matière correctionnelle, les pouvoirs de la chambre d’accusation sont renforcés ». Les articles consacrés aux juges sont assez militants. Ainsi en est-il de la conclusion de l’article de Christian :« en attendant une profonde réforme, le juge est seul, devant ses responsabilités, comme nous…mais lui, à la liberté ! »

Le journal présente plusieurs revendications concernant le fonctionnement de la justice. En effet, ce n’est pas la justice en elle-même qui est remise en cause par les détenus mais bien son fonctionnement. La rubrique d’un détenu explique même « sa nécessité dans toutes sociétés civilisées ». Le comité de rédaction use d’un ton militant pour dénoncer plusieurs aspects de la politique pénitentiaire et judiciaire : la non uniformité des incarcérations, la bureaucratie judiciaire, la détention préventive, les pouvoirs du juge d’instruction, le travail des détenus.

L’espoir d’une libération anticipée réside dans l’octroi de la grâce présidentielle du 14 juillet. Dans le numéro 5, Librechange reproduit un article du Courrier Picard : « 3091 détenus graciés ». Le comité de rédaction souligne la polémique autour de l’attribution d’une amnistie par le président de la République. Notamment l’exclusion des terroristes des mesures de grâces collectives.

En attendant une profonde réforme pénitentiaire, les détenus se projettent en 2001, dans ‘‘une fiction surréaliste carcérale », où « la justice est rendue équitablement, avec des peines moins sévères infligées par les magistrats ».

Informations et services aux détenus

« J’ai peur […], je fais les cent pas dans cet univers perdu […], je ne veux plus, non jamais revivre ce cauchemar qui ne me quitte même pas la nuit ». Ce sont les mots d’un détenu dans le numéro 2 de Librechange, qui résume clairement « ce choc carcéral ». L’entrée dans un monde inconnu et la perte de repères.

L’objectif majeur du journal est de faire connaitre le fonctionnement de la maison d’arrêt. C’est avant tout aider l’intégration des arrivants et faciliter la circulation de l’information au sein de la prison. Le trimestriel présente les principaux rouages de l’administration pénitentiaire. A travers des dossiers d’une dizaine de pages, le journal décrit les réformes pénitentiaires, le rôle des acteurs judiciaires, les procédures judiciaires, les missions d’insertion sociale et professionnelle. La parole est donnée au juge de l’application des peines lors d’une interview à la maison d’arrêt pour expliquer aux détenus leur projet d’exécution des peines. « C’est essayer, aussi souvent que possible, de donner une utilité à la peine prononcée par le tribunal ».

Mais ce journal est avant tout un appui dans la vie quotidienne du détenu. Il explique comment « cantiner » afin d’améliorer le confort du détenu. Toutefois, le comité de rédaction dénonce ce type de services qui renforce la ségrégation entre les détenus.

Le journal informe aussi les détenus sur les travaux effectués dans la prison : « Nous sommes heureux de faire connaître à tous nos compagnons, qu’enfin, après plusieurs années d’attente, les travaux de transformations de locaux du sous-sol de l’une des ailes de cette maison d’arrêt, destinés à offrir aux détenus une nouvelle salle de sport. » Ou bien encore, la réfection des abris des cours de promenade.

Le journal rappelle aux détenus qu’ « Il est remis à chaque arrivant en prison une notice d’information Sida ». Des articles sont consacrés au problème du sida, et à « l’hygiène que le détenu doit s’imposer pour le bien de tous mais également d’entretenir un endroit de passage pour les futurs arrivants ».

D’autre part, le journal renseigne sur les différentes formations et les cours (préformation, alphabétisation, études primaires, informatique), encouragés par le Juge d’application des peines. Deux associations se partagent les activités culturelles de la maison d’arrêt d’Amiens. « Une structure existe à l’intérieur de notre enceinte afin de faire croître les activités culturelles, l’A.S.D.A.S.S. : l’Association de Soutien et de Développement de l’Action Socio-culturelle et Sportive de la maison d’arrêt d’Amiens ». Gérée par un instituteur et un moniteur de sport, l’association est à l’initiative de divers ateliers : club d’échecs, de photo-vidéo, d’informatique, de baby-foot, de cinéma, ou encore l’organisation de cours de guitare. Les tournois sportifs sont très prisés par les détenus. Une page sportive est consacrée aux résultats (échec, badminton, football) et à l’organisation de tournois dans l’établissement. Cette association gère également un réseau « télévision » permettant aux détenus d’accéder à la location de postes de télévision.

La deuxième association est l’association « culture et théâtre », dirigée par Philippe Peroux, comédien et directeur de la publication du trimestriel. Il anime les activités « théâtre » et « journal ». Librechange informe les détenus des concerts qui ont lieu dans la maison d’arrêt, concerts de rock, comme « Les Têtes raides », qui jouent bénévolement et offrent une interview à la fin du concert aux rédacteurs du journal.

Pour distraire les prisonniers, quelques chroniques présentent des destinations touristiques, un reportage sur les Harley Davidson, le Paris-Dakar, un récit sur les prisons espagnoles. Ou encore le « courrier du mitard », un pèle mêle d’informations humoristiques qui nous révèle, par exemple, que « Madonna a fait don d’une petite culotte à la maison d’arrêt pour fêter l’occasion. Elle a toutefois refusé de chanter à cause d’une acoustique défectueuse ». Le comité de rédaction multiplie les traits d’humour tout au long de la conception du journal. Les jeux, les devinettes et les mots fléchés divertissent les lecteurs. Quelques poèmes, où les thèmes de la femme, l’amour, le rêve, le temps, la liberté, contribuent à ces « évasions littéraires ».

La complexité du monde judiciaire

La publication tous les trois mois d’un nouveau numéro offre une actualité judiciaire et pénitentiaire aux lecteurs. Conscients de la faiblesse d’information réelle, les détenus-journalistes présentent les modalités complexes d’un monde judiciaire. Le journal multiplie les interviews du juge d’application des peines et du juge d’instruction d’Amiens. C’est peut-être essentiel pour bien des détenus ?

Les statistiques pénitentiaires sont présentées à plusieurs reprises. Le journal prodigue un véritable lexique judiciaire pour aider les détenus à abréger leur peine de prison. Des articles sont consacrés aux procédures de libération conditionnelle, aux permissions de sortie, aux remises de peine supplémentaires et à la semi-liberté.

JPEG - 67.5 ko
Lettre du Juge de l’application des peines
JPEG - 69.7 ko
Lettre du JAP d’Amiens Numéro 3 de Librechange, avril 1988

Librechange consacre deux articles au thème de « la récidive ». Dans ces articles, le détenu-journaliste présente les deux types de délinquants qui déterminent le profil récidiviste : « Délinquants d’aliment et délinquants dits professionnels ». Le thème de la récidive revient à plusieurs reprises dans le journal. Dans un courrier adressé à l’atelier d’écriture, le juge d’application des peines, Mr. Adam, présente une association l’« APRES » : « Association pour la Prévention de la Récidive par l’Evolution de la Sanction. » Les objectifs et le financement de l’association sont définis. Selon le juge, la récidive peut s’éviter et « les moyens d’y parvenir existent. Ce sont pour les peines inférieures à un an, la semi-liberté ou le placement à l’extérieur de détenus ». Le juge informe les détenus que des organismes existent pour les aider à se réinsérer dans la société.

Ce sont principalement les interviews et les lettres du juge de l’application des peines et du juge d’instruction qui permettent aux lecteurs de comprendre les rouages judiciaires. Le 18 novembre 1987, dans la rubrique « Question(s) à notre domicile » les membres-détenus de Librechange interviewent R. Adam, juge d’application des peines. L’entretien à l’intérieur des murs de la prison a pour objectif de comprendre l’action du magistrat, et de répondre aux interrogations des détenus. C’est d’une part, la conditionnelle qui suscite le plus de questionnement, tant par sur les modalités de sa demande, que de celles de son attribution. C’est l’espoir d’une libération anticipée, comme en témoigne un membre du journal. « De plus cette libération anticipée sera une chance pour moi de repartir sur les bases que je souhaite : retrouver du travail et m’adapter au système. Ce que je vis actuellement doit être une expérience dont il faut tirer un maximum d’enseignement. Moi j’ai tiré les miens. »

Quelques chiffres sont publiés par le journal pour indiquer le nombre de bénéficiaires. Le JAP explique la démarche à suivre pour constituer un dossier avec des garanties afin d’obtenir une ‘‘libération conditionnelle ». Le juge rappelle qu’un certificat de travail est un gage sérieux, mais pas une obligation, et que tout dossier ‘‘rejeté » peut être réexaminé si de nouvelles garanties sont présentées. Le JAP fait cesser les bruits de prison autour de la « conditionnelle médicale ». D’autre part, Mr. Adam indique que des permissions de sorties à hauteur de 48h sont possibles après un examen de dossier. Les chantiers extérieurs, mêmes si très compliqués à mettre en place, sont encouragés par le magistrat. Dans le numéro 3, une lettre du JAP est consacrée au nouveau système des remises de peine supplémentaires. Le juge explique que la demande peut être effective lorsque le détenu fournit des « efforts de réadaptation sociale » : l’obtention d’un examen, un travail, l’indemnisation des victimes. Après un an de détention minimum, le prisonnier peut écrire au greffe de la maison d’arrêt en indiquant les motifs de sa demande. Le juge incite les condamnés à « des efforts prolongés et sérieux de réadaptation sociale, à la construction d’un projet de vie pour l’après-prison ».

JPEG - 71.4 ko
Numéro 1 de Librechange, octobre 1987

L’interview du juge d’instruction Mr Stoltz dans le numéro 3, d’avril 1988, ajoute des précisons. Le juge décrit le principe de son travail au sein de la justice. Il justifie l’utilisation de détention provisoire et ‘‘casse » certains mythes de la prison, comme ceux concernant les dénonciations anonymes. Le journal offre, une sorte de fiche-type des différentes pièces qui doivent figurer dans le dossier, ainsi que la marche à suivre. En revanche, la mesure de semi-liberté est considérée par les détenus comme une véritable souffrance : « La semi-liberté, c’est le droit, et même l’obligation, de tout voir de la vie sans pouvoir y toucher ! » Même si les interventions des juges animent le journal, leur image auprès de la population carcérale n’est guère positive. Seuls les avocats échappent aux portraits négatifs des détenus.

JPEG - 69.7 ko
Bande dessinée présentant l’ « APRES » Numéro 3 de Librechange, avril 1988

Aider les détenus primaires et débattre sur le quotidien carcéral

Dans la maison d’arrêt, le journal vient en aide aux détenus primaires, désarçonnés par la complexité des procédures. De plus, le comité de rédaction se confère la mission de préparer « l’après-prison ». Les témoignages des membres de la rédaction soulignent les aspects contradictoires rencontrés lors de leur retour en société. « La joie de retrouver sa liberté, avoir payé sa dette et retrouver sa famille ». C’est aussi une source d’angoisses et d’interrogations. Une détenue du quartier femme soulève le problème du logement et du travail dès la sortie de prison. Pour une autre détenue, récidiviste, la réinsertion des ‘‘camés » dans la société est une entreprise délicate, voire parfois impossible ». Le journal souligne le manque de structure d’accompagnement pour les anciens toxicos.

Le premier numéro de Librechange évoque la présence de visiteurs de prison au sein de la maison d’arrêt. Les visiteurs de prison peuvent effectuer « diverses démarches auprès d’éventuels employeurs ainsi que de faciliter les contacts avec les dirigeants d’établissements refuges permettant l’hébergement de ceux qui le souhaitent en vue d’une libération conditionnelle. Ils épaulent également les assistantes sociales selon leurs possibilités, rendre visite aux proches, […], ils sont comme une bouée qui évitent parfois le grand saut. »

La rédaction consacre un article à l’enseignement en prison. Alors que « 70% des prisonniers ont tout juste le niveau primaire et 11% sont illettrés, le GENEPI, Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées est en charge des initiatives pédagogiques ». Toutefois, l’auteur de l’article critique fortement le manque d’animateurs. Le comité de rédaction rappelle que l’obtention d’un diplôme ne doit pas être synonyme de réduction de peine, mais doit s’effectuer avec une réelle conviction.

Entre réinsertion et « esclavage », le travail en prison entraine des débats au sein de la rédaction. Encouragé par l’administration pénitentiaire et le JAP, la vision des prisonniers est bien différente. « Travail en prison, un sacré bizness, des activités peu formatrices pour à peine un tiers des détenus, des rémunérations dérisoires et une absence totale de contrat de travail. » Le numéro 7 d’avril 1988 consacre un dossier complet de 5 pages au travail pénitentiaire. Le comité de rédaction publie un rapport du conseil économique et social (CES) expliquant la loi et les droits relatifs au travail du prisonnier. L’article présente les différentes occupations possibles, et rappelle que le travail est une base solide pour les réductions de peine. En revanche, le ton se veut militant. Le trimestriel dénonce le manque d’ateliers, des rémunérations faibles, un nombre de places limité, l’attribution des places selon les infractions, enfin l’absence de statut. « Le désœuvrement en prison est un problème qui vide de son sens tout principe de réinsertion ». Un programme du conseil économique et social de six propositions, pour améliorer les possibilités de travail, est reproduit par la rédaction du journal.

JPEG - 60.4 ko
Activité « Théâtre » Numéro 3 de Librechange, avril 1988

Pour les membres de Librechange, la Culture doit être mise au premier plan dans la réinsertion d’un détenu. Prolongeant l’initiative du ministre Robert Badinter et de son successeur Albin Chalandon, les détenus revendiquent ce besoin « d’ouverture culturelle des prisons ». L’administration pénitentiaire laisse la gestion du domaine culturel aux associations socio-culturelles. « Prison et culture ! Déjà je vois des petits sourires se dessiner au coin de quelques lèvres. » Dans le numéro 3, l’atelier d’écriture consacre un dossier à ‘‘culture et prison », pour rompre avec l’idée préconçue du « taulard idiot ». « Créer une activité culturelle en milieu carcéral est un travail de longue haleine. […] Nous revendiquons le droit de nous exprimer, de penser et de nous nourrir d’autres choses que de denrées alimentaires ». Le comité insiste sur la fréquence de participation à l’atelier d’écriture, celle-ci pouvant être plus ou moins active. La contribution ponctuelle au journal s’exprime sous différentes formes : des dessins, des poèmes. Le journal évoque la possibilité de participer à des cours de théâtre et de guitare. Les chroniqueurs rédigent des résumés et critiques de livres pour inciter les détenus à lire. Le journal indique que la bibliothèque est ouverte à tous. Pour divertir, l’association fait venir au sein de la maison d’arrêt des groupes de rock. En effet, dans les numéros 5 et 7, le journal consacre la majeure partie de ses chroniques à la musique rock avec à la clé des interviews filmées pour développer un atelier vidéo. Des articles sont dédiés à des groupes en vogue (Mano Negra).

Même si l’administration pénitentiaire fait des efforts pour mettre en place des outils de réinsertion, les moyens restent dérisoires et les carences budgétaires, de personnels, d’infrastructures maintiennent les détenus dans la désillusion. En attentant une profonde réforme, Librechange tente de se faire la voix de tous les détenus pour améliorer le quotidien carcéral par des doléances et revendications.

JPEG - 65.9 ko
« Le billet d’humeur de Christian » Numéro 3 de Librechange, avril 1988

Les difficultés carcérales : Doléances et revendications

Cette presse carcérale reste contrainte, censurée, et donc très prudente sur ces questions. Le directeur de la maison d’arrêt tolère l’expression des détenus. Toutefois, aucun article ne concerne le personnel pénitentiaire. De la simple demande pour avoir un instrument de musique dans sa cellule à la nourriture de la prison, les revendications sont multiples. Pour une question de sécurité, la possession d’une guitare dans la cellule est refusée. Le journal interpelle l’administration sur les draps de la prison. En effet, la rédaction s’insurge contre les draps de la prison ‘‘imprimés ». Les ‘‘imprimés » révélant que le détenus ne reçoivent aucune visites. Conscient de cette étiquette, la maison d’arrêt changera les draps après la publication de l’article. La qualité de la nourriture est aussi prise à partie. En effet, alors que l’atelier veut faire un reportage sur les cantines de la prison, l’admisnistration refuse la demande. Dans le numéro 5, les détenus réclament un service plus régulier de frites. Le comité de rédaction dénonce la diminution de la fourniture du sucre et des produits ménagers dans les cellules.

D’autre part, une demande de soins dentaires afflue de toute la prison. Les détenus se plaignent de l’absence de dentiste depuis six mois. Les détenus souhaitent également que l’administration crée des toilettes dans la cour de promenade.

Pour pallier les problèmes, le directeur ne reste pas passif. « Nous devons louer l’initiative de cette nouvelle Direction, qui organise, environ chaque mois, des réunions de détenus pour ouvrir un dialogue sur certains aspects du fonctionnement de la prison qui nous concerne tous. » Cette presse carcérale nous permet donc de connaitre les difficultés de la vie carcérale.

JPEG - 66.4 ko
Librechange, n°5, octobre 1988

L’absence de femme et le sexe font couler beaucoup d’encre. De multiples poèmes et dessins sont consacrés aux femmes par le quartier homme. En effet, la séparation des couples est difficile à vivre pour les incarcérés. Une chronique décrit « les mariages de l’ombre » comme une justice sans cœur. Le mariage en prison selon un détenu est un « pari insensé perdu d’avance. » Pour lui, « la compassion, tendresse et affection » sont incompatibles avec la prison. Une demande de parloir ouvert est revendiquée par les prisonniers comme un signe d’ « humanité ».

JPEG - 70 ko
formulaire d’abonnement
Librechange, n°3, avril 1988

Librechange s’efforce de retranscrire les débats et les espoirs de la maison d’arrêt d’Amiens, dans une période, où le monde carcéral est à un tournant. Le journal se fait l’écho des avancées en matière de libération conditionnelle et de détention provisoire. Le ton est militant et les espoirs de réforme se fondent entre les murs de la prison. Le trimestriel remplit doublement les objectifs visés par l’administration pénitentiaire, informer et aider la réinsertion des détenus. En revanche, les quelques informations réunies sont insuffisantes pour comprendre l’élaboration et la confection même de ces journaux. Une recherche supplémentaire auprès de l’administration pénitentiaire et d’anciens détenus devra être menée.

Jérémy Lorin