Dans la maison d’arrêt de Brest, le PASSE MURAILLE

Nous présentons cette étude précieuse du journal de la détention de Brest, une maison d’arrêt et de correction avec un quartier homme et un quartier femmes, le Passe Muraille, pendant les années 2004-2008. Gwenaëlle Dutheil, étudiante en master de l’Université de Rouen, a disséqué les exemplaires à sa disposition pour identifier les thèmes dominants de cette expression de détenus, à une époque où ils peuvent participer aux objectifs de réinsertion souhaités par l’administration pénitentiaire. Cette première version ne dispose pas d’illustrations pour une raison technique que nous nous efforçons de résoudre. (J-C V)

Les établissements pénitentiaires punissent, mais s’efforcent également de faciliter la réinsertion des détenus. Au sein de cette seconde mission, les activités culturelles occupent une place notable. Cette préoccupation ne date pas d’hier. Dans le protocole d’accord de 1990 entre le ministère de la Culture et de la communication et le ministère de la Justice, on précise que « les interventions sont le détour nécessaire qui permet à ces publics, souvent en échec scolaire et en difficulté sociale et professionnelle, de se restituer dans la perspective d’un itinéraire d’insertion ». Cet extrait définit, selon le rapport annuel d’activité des administrations pénitentiaires en 2000, « avec justesse la place du développement culturel » dans ces projets.

Mon but est de m’intéresser à l’un de ces projets culturels, la réalisation d’un journal interne d’une prison, confectionné par des détenus encadrés par des bénévoles extérieurs à la prison. Le journal étudié est Le Passe Muraille qui est réalisé à la Maison d’Arrêt de Brest aussi appelée L’Hermitage.

Les collections de journaux obtenues ne sont pas complètes, puisque elles ne concernent que les exemplaires numérotés 1, 11, 13, 14, 15, 19, 20, et 21, de mars 2004 à juillet 2008. Ceci rend donc une étude sur le suivi des journaux difficile à réaliser.

L’étude de ce journal pose certaines questions avant même de l’avoir étudié, comme par exemple, quel est son rôle au sein de la Maison d’Arrêt ? Quelle est la particularité de celui-ci ? En quoi ce projet de rédiger un journal dans la Maison d’arrêt de Brest s’inscrit-il dans les politiques des administrations pénitentiaires de cette époque ?

Structuration du journal et du comité de rédaction

Le titre est assez évocateur, Le Passe Muraille. Ce titre évoque quelque-chose permettant de s’évader, peut-être avec une volonté de faire passer l’information à travers « les murs », pour avoir la possibilité dans le futur de communiquer avec l’extérieur, ce qui semble être quelque chose de difficilement réalisable. Ce titre fait aussi directement référence à la nouvelle de Marcel Aymé qui porte le même nom, dans lequel un homme possède la capacité de passer à travers les murs, ce qui renforce ici, l’idée de ce journal comme étant un moyen de s’échapper du quotidien carcéral.

La structuration du journal ne varie guère. Une première page comporte l’éditorial, grâce auquel le comité de rédaction lance « la couleur » de l’exemplaire. Suit une interview (mais pas dans tous les numéros) d’une personne en relation avec la maison d’arrêt. Une partie de libre expression est composée de poèmes et d’écrits des détenus du comité de rédaction ou d’autres prisonniers. Chacun peut poster son article, s’il le souhaite, il suffit de le déposer dans une boite aux lettres à la bibliothèque de la maison d’arrêt. Cet article sera ensuite relu et corrigé, si nécessaire, avec l’auteur avant d’être publié. Ces écrits sont l’occasion de faire passer des messages, voir parfois de dénoncer certaines choses liées à la condition de détenu. Une partie information sur la maison d’arrêt permet aux lecteurs d’être informés de ce qui se passe dans la maison d’arrêt. Une partie jeux et conseils pratiques adaptés à la vie du prisonnier suit généralement. Enfin, des articles culturels permettent à celui qui l’écrit de faire partager sa propre culture, qu’elle soit religieuse, géographique…

Au fil du temps, les journaux changent comme l’équipe. On voit apparaître de nouvelles rubriques quand d’autres disparaissent ou sont moins présentes. Par exemple, une rubrique apparaît aux alentours du numéro 19 (février 2008), celle-ci est nommée « Fiction Improbable ». Un détenu essaie, pendant plusieurs numéros, de raconter, tel un roman composé de plusieurs parties, la visite d’Artie Shaw au sein de la Maison d’Arrêt, et de décrire ce qui s’y passe.

Au début de sa publication, cette presse se veut comme une béquille pour soutenir moralement les détenus, un peu comme une échappatoire. Par la suite, avec les changements d’équipe, l’esprit va lui aussi changer. Une volonté de faire passer des doléances et des prises de position va apparaître, ainsi qu’un engagement très fort pour militer pour la réinsertion des détenus. L’objectif est de tout mettre en oeuvre pour que celle-ci soit simplifiée le plus possible. Il est nécessaire pour comprendre comment fonctionne le journal, de rappeler que le lieu où il est confectionné est une Maison d’Arrêt. C’est un établissement recevant des prévenus et des condamnés dont la durée de peine restant à purger est inférieur à un an, ou des condamnés en attente d’une affectation dans un établissement pour peine, centre de détention, ou maison centrale. Les détenus qui s’occupent de la rédaction ne peuvent être présents plus d’un an au comité de rédaction, puisque en théorie, ils ne sont pas présents plus longtemps dans la maison d’arrêt. L’évolution de la composition du journal et le renouvellement permanent des équipes du comité de rédaction peut être expliqué par cela. Bien que le fil conducteur reste le même, selon les équipes de rédaction, les envies changent.

L’équipe de rédaction est dirigée par deux directeurs de publication qui restent toujours les mêmes sur la période étudiée : Monsieur Moumaneix (un intervenant extérieur de la Ligue de l’Enseignement) et Monsieur le Directeur de la Maison d’Arrêt de Brest. La présence du Directeur de la Maison d’Arrêt montre que les détenus ne sont pas complétement libres dans leurs publications, d’autant plus que pour chaque édition, vient s’ajouter un comité de relecture organisé par le service pénitentiaire d’insertion et de probation, et un accompagnement de projet par La Ligue de l’Enseignement FOL 29. Le service pénitentiaire d’insertion et de probation est une structure départementale dépendant de l’administration pénitentiaire. Ce service est chargé du suivi de l’insertion, et de la probation des personnes condamnées, incarcérées, ou non. Il est mis en place par l’autorité judiciaire sous la forme de suivi individuel, de préparation à la sortie, d’enseignement, de travail, de propositions de soins, de contribution aux activités sportives, de lutte contre la toxicomanie, etc… La Ligue de l’Enseignement FOL 29 se définit elle même, comme étant un « mouvement d’éducation populaire ». Elle rassemble un grand nombre d’associations de bénévoles qui oeuvrent pour les mêmes objectifs d’éducation. Une dernière contrainte apparaît pour la publication du journal. Pour que ce dernier puisse être édité, il est nécessaire d’avoir au moins cinq personnes dans le comité de rédaction, celle-ci apparaît dans le numéro 14, ou il est précisé que le prochain numéro ne pourra être réalisé, faute de détenus dans le Comité.

La vie quotidienne

Plusieurs rubriques font allusion à la vie quotidienne des détenus au sein de la Maison d’Arrêt de Brest. Celles-ci sont réalisées dans le but de permettre aux détenus d’améliorer le quotidien, « pages de jeux, blagues, le coin des poètes, sont là pour vous distraire, ou pour vous faire rêver. » Dans « Infos pratiques », il y a des informations permettant de rythmer le quotidien. Par exemple, il est mentionné dans plusieurs parutions que les détenus peuvent faire appel à une association pour se sentir moins seuls, telle que Le courrier de Bovet. C’est l’Association Nationale de Correspondance avec les détenus qui organise des échanges réguliers et durables de lettres entre les détenus et des personnes prêtes à correspondre avec eux. Cette association compte, en 2000, près d’un millier d’adhérents et environ 1300 détenus sont concernés par l’échange épistolaire. La page des jeux propose « des jeux de déduction logique », des mots croisés, du sudoku, ou encore pour le numéro 21 une nouvelle rubrique « consoles et vous ». Il est bon de remarquer que cette rubrique motive à trouver des occupations cérébrales constructives pour ne pas rester à ne rien faire.

Quelques écrits des différentes parutions ont pour but, de la part de certains rédacteurs, de faire partager leur culture ou leurs expériences. Par exemple, un article du numéro 11 est consacré « au mois du Ramadan », ou dans le numéro 15 un autre a pour sujet « Cap sur Brest », ce qui permet au lecteur de découvrir la région dans laquelle il se situe, et est incarcéré. Ces écrits donnent l’opportunité d’un partage de connaissances entre les détenus, mais ils peuvent aussi déclencher une vocation à découvrir de nouvelles choses, et mettre le temps passé en prison à contribution pour des découvertes culturelles. D’autres écrits apparaissent fréquemment dans les différentes publications, et leur but est de donner des conseils sur la santé et l’hygiène. Ceci prolonge les actions menées par l’Etat pour l’éducation à la santé et l’hygiène dans la plupart des établissements pénitentiaires français à cette époque. En effet, cela permet de « limiter les risques sanitaires liés à la promiscuité et la précarité ainsi que de favoriser une implication personnelle en matière d’hygiène », sans oublier une prévention de tous les risques en rapport avec la santé. C’est exactement ce qui est présent dans les différentes éditions, dans lesquelles apparaissent des articles prodigant des conseils diététiques et culinaires, sur la santé… La question de la prévention, n’est pas la seule qui y est abordée, il est aussi question de se prendre en main physiquement, et notamment de ne pas négliger son apparence physique, par exemple un article est nommé « je m’occupe de mes dents ». Cette volonté peut parfaitement s’inscrire dans une réinsertion future, car la prise en main de l’apparence physique pourra aider pour un entretien d’embauche.

Parmi toutes ces rubriques en rapport avec la vie quotidienne, certaines concernent les informations nécessaires pour permettre aux détenus qui les lisent de connaître les procédures à suivre pour certaines activités de la Maison d’Arrêt. Il est par exemple question de « la correspondance en prison », de « cantiner des cadeaux » pour Noël,… Beaucoup de ces activités ont pour but de donner la possibilité aux détenus de continuer à être des acteurs de leur vie à l’extérieur, ce qui peut être primordial dans la vie de famille, ou pour garder une certaine sociabilité avec l’extérieur. Or cette implication dans le société qui leur est offerte, pourra les aider dans leur future réinsertion.

Les informations relatives à la prison

Dès le premier éditorial du journal, il est spécifié que « le but principal est de sortir de leur isolement et de faire avancer des idées, de communiquer, sans haine positivement ». Un deuxième but apparaît, c’est celui « d’informer, particulièrement les nouveaux arrivants souvent un peu perdus dans ce monde inhumain ».

Plusieurs exemplaires contiennent des interviews réalisées avec des personnes qui travaillent pour la Maison d’Arrêt. Lors de ces interviews, les détenus en profitent pour faire partager aux lecteurs leurs craintes et leurs doutes quant à la situation qu’ils vivent dans la Maison d’Arrêt. Les interviews sont surtout présentes dans les premières éditions. Dès le premier exemplaire, « Monsieur le Directeur » est interviewé. Il est questionné sur de nombreux problèmes propres aux détenus, comme la réinsertion, les aménagements de peines, le travail, l’hygiène des parties communes, le sport en extérieur, la promiscuité et « l’entassement » dans les cellules,… Cette interview est l’occasion pour les détenus du comité de rédaction de faire part de leurs inquiétudes face à tous ces sujets au directeur ainsi qu’aux lecteurs qui vont lire le journal. En outre, le directeur donne aussi son soutien au journal en « l’approuvant complétement », et en lui souhaitant « bonne chance ».

D’autres interviews sont également reproduites. Le responsable de l’éducation pénitentiaire est interviewé. Le comité de rédaction aborde le sujet de l’éducation en milieu carcéral, de même que les problèmes liés à ce type d’éducation, l’importance de la maintenir, et les apports qu’elle procure notamment dans le domaine de la réinsertion. Une autre entrevue a lieu avec un moniteur de sport.

Dans les rubriques, les activités socioculturelles proposées dans la Maison d’Arrêt sont présentées. Ces activités peuvent être ponctuelles, hebdomadaires ou exceptionnelles. Les activités hebdomadaires sont réparties en différents ateliers comme l’atelier musical, l’atelier dessin, l’atelier informatique. Ces ateliers ont des heures et des jours prévus qui sont communiqués dans le journal. On incite les détenus à la ponctualité. Tous les ateliers proposés ne sont pas uniquement destinés au quartier des hommes, puisque « un atelier cartonnage » est aussi proposé au quartier des femmes, ce qui laisse entendre que le journal est rédigé par les hommes, mais qu’il doit être lu par les différents quartiers. Les activités ponctuelles, telles que des ateliers d’expression, de calligraphie, des formations d’aide aux premiers secours, ou encore un atelier « parentel » (groupe de parole pour tous les pères) peuvent permettre aux détenus de faciliter leur réinsertion. Le journal permet donc la circulation de l’information.

Des activités exceptionnelles sont proposées dans le journal. Elles sont mises à la disposition des détenus, et sont souvent une possibilité pour eux de faire un lien avec l’extérieur. Par exemple, dans le numéro de Novembre 2006, on propose aux détenus de participer à un événement pour le Téléthon de cette même année. Avec cet article, le journal les encourage à s’impliquer dans une activité extérieure, et donc de prendre part à la vie dans la société, ceci permettant de lever un peu ce sentiment d’exclusion qui est très présent dans le journal. La majorité des activités proposées sont toutes en rapport avec une future réinsertion qu’elle soit sociale ou professionnelle.

Une dernière rubrique intitulée « Info Arrivant » est présente dans chaque numéro du journal, elle permet au nouvel arrivant de la Maison d’Arrêt de connaître le fonctionnement de celle-ci, et de lui donner le nom des associations qui interviennent en son sein qui pourraient l’aider en cas de besoin. Par sa régularité et sa continuité, cette rubrique renforce la stabilité du journal.

Réinsertion et lutte contre la récidive

La réinsertion et la lutte contre la récidive sont deux thèmes très présents voir même omniprésents, dans toutes les parutions. Cependant, certains articles sont plus marqués que d’autres, et parlent à proprement dit de ces sujets en les évoquant tels quels. D’autres vont en revanche les sous-entendre sans vraiment les évoquer explicitement. Les journaux incitent à ne pas se laisser-aller durant la période de la peine. Cette idée est très clairement évoquée dans l’édito du numéro 13. L’auteur explique que les détenus « deviennent des machines assistées ». Il est ensuite dit que ce sentiment s’apparente à la souffrance, et que c’est précisément cette souffrance qui les humanise, qui leur permet de ne pas devenir une machine. Ce sentiment permet aussi un lien avec l’extérieur grâce à l’amour que les détenus portent à leurs proches. Cet article veut donner de l’espoir aux détenus. Un poème évoque la souffrance provoquée par le sentiment de se sentir diffèrent. Ce poème est intitulé « Réinsertion ». L’auteur donne l’impression de se sentir en marge lorsqu’il écrit « là, sur le bord du chemin ». Il donne aussi l’impression d’être perdu d’avance, il écrit qu’il est « égaré », et « imbibé de la défaite ». Il donne cependant aux lecteurs l’envie d’y croire et de se donner les moyens d’en sortir puisqu’il termine le poème par cette phrase : « La promesse d’un matin sans victoire ne sera que déboires car toutes pensées d’un espoir jamais ne sera illusoire ». L’idée de ne pas se laisser aller est encore évoquée lors de la vingtième parution, puisqu’il est mentionné « qu’apprendre à vivre ici, c’est souvent le parcours du combattant ». Il « faut rester acteur de sa vie, se dire qu’un jour … on verra le bout du tunnel ». Dans le même journal un article nommé « La Souffrance des Hommes », incite à la réinsertion par la reprise en main de sa vie. C’est un écrit positif qui dit que, malgré la souffrance, il ne faut pas se laisser aller mais reprendre sa vie en main, plutôt que de la subir, se battre pour ne pas souffrir. Tous ces paragraphes encouragent les lecteurs à ne pas sombrer.

D’autres rubriques servent à faire prendre connaissance aux lecteurs des moyens qui permettent la réinsertion. Dans le n°13, une interview apparaît, c’est celui du responsable de l’éducation pénitentiaire. Dans ce domaine, la notion de réinsertion est très présente puisqu’elle passe par la scolarisation des mineurs, et la lutte contre l’illettrisme, sans oublier que ceci permet, au moins aux participants « les plus marginaux », de reprendre un rythme de vie, ce qui laisse présager de bons résultats pour les plus assidus.

De nombreuses incitations à participer aux activités de ce genre sont très présentes tout au long des numéros. Par exemple dans l’édito du n°14, il est donné aux lecteurs de bonnes raisons de vouloir participer à la rédaction « pour s’occuper », ou encore « toucher des RPS ». (remise de peine de sûreté). Ici l’intérêt du journal est de susciter chez le lecteur une envie de s’investir dans autre chose que la délinquance et, peut-être, de l’en détourner. L’article du n°15, « Accès aux Services », donne une grande importance aux services à la disposition des détenus, comme l’accès aux soins, aux travailleurs sociaux, au travail, et aux activités socioculturelles. Même si cet article sert avant tout à faire passer des doléances auprès de l’administration pénitentiaire par de nombreux constats, il démontre bien la nécessité de ces prestations pour une future réinsertion. Celles-ci permettent à tous de garder une bonne santé, des liens avec le monde extérieur par le travail et la famille, ainsi qu’un apport culturel permettant une autre vision du monde.

Outre le fait de ne pas se laisser aller, et l’importance de certains actes pour lutter contre la récidive et pour la réinsertion, le journal véhicule aussi l’idée que réorganiser sa vie est capital. Une tribune apparaît dans le n°14, intitulée « Meilleure Opinion », incite les lecteurs à effectuer un retour sur eux-mêmes. S’ils gardent le même état d’esprit, et s’ils ne profitent pas du temps passé en prison pour le mettre à profit, et faire de leur vie quelque-chose d’autre, cela ne sert à rien, car ils recommenceront et retourneront en prison. Dans l’éditorial du n°15, il est d’ailleurs ajouté que « la détention est une privation de liberté. Elle ne doit être rien d’autre ». On retrouve toujours cette idée que le temps passé en prison ne doit pas être du temps de perdu, mais qu’il faut le mettre à profit, ceci limitant les possibilités de récidive car en sortant on voit les choses d’une autre façon. De même, « Une Fable Philosophique » intitulée « les gros Galets ou savoir gérer son temps », apparaît dans le n°19. La question qui est posée est : « Quels sont les gros galets dans ma vie ? ». Une autre façon de réorganiser sa vie apparaît dans un article du journal n°15 intitulé « geste citoyen ». Cet article essaye de sensibiliser les détenus au respect des règles de vie en collectivité. On demande aux détenus de respecter l’environnement dans lequel ils vivent et donc de se respecter eux-mêmes, car ces règles de vie seront aussi utiles en société quand ils sortiront. Les deux premières pages du n°21 sont consacrées à un article nommé « La réinsertion en voie de disparition ? ». La première partie de cet article donne au lecteur toutes les informations pour réussir sa réinsertion dans les meilleures conditions. Cette partie donne l’impression d’une possibilité de réussite à condition de bien s’y prendre. La deuxième partie dénonce la politique en place à cette époque qui milite contre les aménagements de peines sous prétexte « d’une générosité potentielle ». Il constate aussi que la société elle-même pense que quelqu’un qui ne purge pas sa peine entière est quelqu’un qui n’est pas puni et donc qui va récidiver. L’intérêt de cet article est qu’il y a réellement un travail de fond bien plus poussé que précédemment. Pour achever l’article les auteurs citent une phrase de Robert Badinter dite sur France 2, le jeudi 20 mars 2008, qui résume bien leur opinion puisqu’ils disent la partager : « Il y a deux types de justice : celle qui élimine hors société et celle qui réinsère. Je ne crois qu’en la seconde, et c’est à notre portée. ».

Doléances et Revendications

Le Passe Muraille n’est pas uniquement un outil d’information au coeur de la Maison d’Arrêt, il est aussi un moyen de faire passer des doléances et des revendications. En effet, tout le monde peut y écrire, les personnes extérieures au Comité de rédaction qui souhaitent participer au journal peuvent s’exprimer plus ou moins librement sur le sujet de leur choix. Souvent les détenus profitent de cet espace pour dénoncer leur situation en détention, ou encore tout autre sujet qu’ils souhaitent dénoncer.

A de nombreuses reprises le Comité de rédaction invite les autres détenus à participer, il décrit le journal comme n’étant pas uniquement un outil d’information, mais aussi un moyen pour « communiquer ». « Le but principal est de sortir de notre isolement et de faire avancer des idées, de communiquer, sans haine, positivement ». Par exemple, dans un article nommé « Ombre et Lumière « ,il est mentionné que « toute quête est un combat, la plume nous tiendra lieu d’épée », « prenons la plume ». Ces citations manifestent certainement une volonté de dénoncer et de s’exprimer par l’intermédiaire de cette presse.

Trois types de doléances ou revendications peuvent être cernées. Des doléances d’ordre politique sont présentes, par exemple, dans un article titré « Misérable Géôles », le Comité de rédaction dénonce les politiques en vigueur à cette époque (2005), qui est une période de débats politiques sur la récidive. Il dénonce la volonté du gouvernement de vouloir « une autre vague du tout sécuritaire », en la qualifiant d’ « insécurité et répression accompagnées de mesures adéquates ». L’idée est de s’interroger pour savoir s’il ne serait pas plus utile de revoir le problème de la délinquance ailleurs, d’y chercher les racines aux origines plutôt que de seulement essayer de l’endiguer.

Un autre article va même plus loin, en offrant de « faire de la politique ». L’auteur nous fait part de son envie de participer à la politique en France afin « d’inventer une nouvelle politique », et par la même occasion « une nouvelle France » à l’image de celle de « nos voisins de l’Europe ». Malgré tout, une question peut se poser. A trop vouloir donner son opinion, le Comité de Rédaction peut-il s’en trouver censuré ? C’est l’interrogation qui se pose à la page 3 du n°15, puisque l’on découvre une page recouverte d’un carré blanc. Le titre reste pourtant déchiffrable : « Campagne pour le respect du Numerus Clausus en prison ». Il sera intéressant, de savoir si ce carré est réellement une censure imposée au comité de rédaction, trop engagé dans ses opinions.

Des dénonciations des conditions de vie en milieu carcéral en France apparaissent. Dans un écrit intitulé « J’ai les nerfs », l’auteur dénonce son sentiment d’être rejeté par la société, à cause de ce qu’il a fait. Il reconnaît ses erreurs qui l’ont poussé en prison. Pourtant il véhicule la volonté de changer les choses pour lui permettre par la suite de se réinsérer plus facilement dans la société, sans être rejeté par celle-ci. Ce sentiment de rejet est présent dans d’autres parties du Passe Muraille, où l’on dénonce par exemple un manque d’information dans la Maison d’Arrêt, alors que ces informations pourraient permettre aux détenus de mieux se défendre, et reprendre plus rapidement leurs vies en main ensuite. Par conséquent, une solidarité est proposée entre eux, pour palier ce manque, et affronter le problème ensemble. Du reste l’auteur de cet écrit accuse l’Administration pénitentiaire elle-même, qui est un organe de l’Etat, de ne pas jouer son rôle de faire passer l’information, ce qui a pour conséquence de leurs enlever la possibilité « d’être acteur de leur retour bénéfique ».

D’autres thèmes sont également rapportés, tel que la pauvreté en prison, le regard péjoratif de la société à cet égard, et surtout le problème de surpopulation carcérale. Une publication, nommée « Cohabitation pas facile », relate ce qu’est la vie en cellule lorsqu’il y deux ou trois personnes qui y vivent en même temps.

Un grand nombre de doléances et de revendications sont livrées sur le fonctionnement de la Maison d’Arrêt elle même. Une première doléance concerne l’accès aux soins. Le journal dénonce un difficile accès aux soins pour les résidents à cause de la surpopulation carcérale. Ce problème est présent dans de nombreux articles comme par exemple celui du n°19 « Accès aux soins », tout comme un poème publié dans le ,°11 intitulé « J’ai mal aux dents ». L’accès aux services est une deuxième difficulté qui revient fréquemment dans le Passe Muraille, c’est d’ailleurs le nom donné à un article du n°15. Dans un autre article l’auteur va jusque demander clairement : « Pourquoi pas un secrétariat ? », pour faciliter les démarches.

Toutefois, toutes les revendications du journal ne sont pas négatives, par exemple, le Comité de la Rédaction salue le geste de la Direction pour la gratuité de la télé en décembre 2008. Et dans le premier numéro il y a un écrit touchant nommé « Dans la brume, un geste d’amour ». Cet écrit évoque l’émotion et le bouleversement d’un détenu. Car, suite au décès d’une détenue dans la prison, les résidents ont réalisé une collecte destinée à soutenir sa famille. La fille de cette détenue a envoyé un message de remerciement.

La Gazette des Gazelles

Depuis février 2008 un supplément est inséré au coeur du journal, tel un journal dans le journal. Ce supplément se présente sous forme d’une double page, et est consacré au quartier des femmes. C’est une nouveauté, car le journal était précédemment écrit par des hommes, et ceux-ci sont séparés des femmes dans la Maison d’Arrêt. Ce supplément peut être vu comme une liaison entre ces deux quartiers qui sont séparés. La composition de cette « Gazette » reprend plus ou moins les mêmes thèmes que ce qui avait été fait auparavant par les hommes. Un article est consacré à faire découvrir au lecteur le pays d’origine de l’une des rédactrices. Un deuxième encourage « une formation à l’horticulture dans le quartier des femmes », avec pour but de favoriser la réinsertion, encore un thème qui est extrêmement présent dans les écrits des hommes. Un espace de libre expression est réservé, ainsi qu’une rubrique culturelle permettant de s’ouvrir l’esprit sur le monde littéraire. Enfin, pour se distraire, une rubrique horoscope avec des messages positifs qui encouragent à se bouger et se prendre en main tout comme le font les hommes. Il est important de remarquer que cette « Gazette » est absente des deux numéros suivants. Les recherches effectuées ici, ne permettent pas d’aller plus loin car les journaux disponibles ne sont pas plus éloignés dans le temps. Mais peut-être que des recherches futures pourront permettre de répondre à cette question.

Ce journal fait donc office d’outil d’information, d’expression, et de communication, au sein de la Maison d’Arrêt de Brest. Les propos restent assez nuancés. Cet outil permet aux détenus qui le lisent de leur redonner l’envie de construire quelque-chose de positif, de développer un projet pour leur future sortie. Sans négliger l’importance, pour ceux qui y participent, de pouvoir prendre la parole dans un milieu où il n’est pas toujours facile de le faire. Il parait clair que ce journal est en adéquation avec les volontés gouvernementales en matière de projets socioculturels de cette époque. Comme nous l’avons vu précédemment l’un des objectifs majeurs était de « restituer la perspective d’un itinéraire d’insertion » aux personnes y participaient.

Gwénaëlle Dutheil