La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914) Résumé de thèse

11 juillet 2012

Laurent López, La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs  de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914)

thèse de doctorat, Université Paris IV-Sorbonne, 2012.

Cours de « portrait parlé » à la préfecture de police à Paris. A. Bertillon, « Identification. Anthropométrie judiciaire », Le Monde et la Science, 32, v. 1910, p. 1024. Source : Criminocorpus, URL : http://www.criminocorpus.cnrs.fr/bertillon/classic/vphox3.html. Cette image fixe sur laquelle posent des policiers « en bourgeois » et des élèves officiers de la gendarmerie en uniforme – réunis au sein de la préfecture de police, ce qui est en soi significatif, pour apprendre une technique d’anthropométrie judiciaire – illustre, d’une part, dans une même unité de temps et de lieu, l’entente prévalant généralement entre militaires et policiers à la Belle Époque et, d’autre part, les évolutions transformant alors les pratiques du métier de police.

Au début des années 1990, la thèse pionnière de Jean-Marc Berlière constituait le premier travail historique d’ampleur sur l’institution policière, en particulier la préfecture de police parisienne. Une vingtaine d’années plus tard, le même historien dijonnais signait avec René Lévy une somme renouvelée de la police, mêlant avec bonheur histoire et sociologie. Signe de cette abondance éditoriale désormais, à quelques semaines près, voire quelques jours, cette soutenance coïncidait avec la parution de plusieurs ouvrages consacrés à l’étude des forces de l’ordre, d’ailleurs plus à celle des policiers et des gendarmes qu’à celle de la police ou la gendarmerie, ce qui est en soi très significatif des changements de perspectives opérés depuis les années 1970. Quelques livres collectifs emblématiques de ce dynamisme international de la recherche ont précédé et, ou, préparé ces travaux récents. Ainsi, les actes publiés sous la direction collégiale de Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa et Vincent Milliot, actes du colloque « Être policier : les métiers de police(s) en Europe, XVIIIe-XXe siècles », organisé à Caen en mars 2007 ; cette rencontre illustra la fécondité des échanges entre sciences humaines et entre chercheurs de nationalités différentes en œuvrant à la réunion de ce qui était épars jusqu’alors. Deux ans auparavant, en mai 2005, un colloque organisé par Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa et Jean-Noël Luc traquait les acteurs, les imaginaires et les pratiques de l’enquête judiciaire au XIXe siècle. En un sens, en 2011, le colloque sur le vol et les voleurs, codirigé par Frédéric Chauvaud et Arnaud-Dominique Houte, diversifia autant qu’il les développa quelques-unes de ces premières préoccupations inquisitoriales.

Plusieurs revues, en outre, ouvraient leurs colonnes à l’histoire des forces de l’ordre ou à des thèmes périphériques. Citons, d’abord, Société & Représentations qui, en 2003, s’intéressait à la figure polymorphe du gendarme, sous la direction de Jean-Noël Luc. La même année, la Revue d’Histoire moderne et contemporaine étudiait la notion d’ « espace policier ». Au printemps 2004, la revue Genèses consacrait un dossier au thème de l’identification. Près de dix ans après un numéro des Cahiers de la Sécurité intérieure intitulé Ordre public et Histoire. La naissance d’une mémoire – numéro dirigé par Clive Emsley, René Lévy et Herbert Reinke –, Pierre Piazza dirigeait un numéro des Cahiers de la Sécurité portant sur l’identification, ses techniques et ses pratiques – en 2011, l’ouvrage sur le bertillonnage, dirigé par le même politiste, ou l’exposition « Fichés » aux Archives nationales, prolongeaient ce numéro publié en 2005. En 2008, les transformations du maintien de l’ordre étaient présentées par la revue Déviance et Société dans un numéro spécial. Citons également la revue Histoire & Mesure, dont Claire Lemercier était alors la rédactrice en chef, qui offrit, de façon inédite, à ses lecteurs un regard sur les forces de l’ordre par le prisme de leurs statistiques. La revue Crime, Histoire & Sociétés ou la revue en ligne Criminocorpus, animée par Marc Renneville, participent, quant à elles, de façon plus régulière à la divulgation des recherches sur les polices ou les gendarmeries.

Soulignée par le renouvellement historiographique, la multiplicité des polices incite à éviter deux impasses. D’une part, la confusion entre la mission (la police) et la principale institution civile de l’époque contemporaine (la Police nationale et, auparavant la Sûreté générale, devenue nationale en 1934), qui conduirait à sous-estimer et même à oublier les forces militaires chargées de fonctions policières. D’autre part, l’observation privilégiée des villes, qui laisserait dans l’ombre les acteurs et les modalités de la surveillance d’un immense territoire où réside, pendant longtemps, la grosse majorité de la population. Longtemps négligée par la recherche académique, l’histoire de la gendarmerie connaît un grand essor depuis une dizaine d’années. Elle peut maintenant s’appuyer sur de solides clés de voûte avec l’édition, en 2002, des actes d’un colloque (Gendarmerie, État et société XIXe siècle, Presses de la Sorbonne), la « summa gendarmica » que constitue le guide de recherche publié en 2005 et, enfin, la parution, en 2010, d’un autre travail collectif (Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle, PUPS). Prochaine étape : le colloque international Les gendarmeries dans le monde, de la Révolution à nos jours, prévu pour mai 2013. Cet ensemble représente une œuvre collective impulsée par Jean-Noël Luc depuis 2000, année d’ouverture à l’université Paris-Sorbonne du séminaire consacré à l’histoire de la gendarmerie en particulier et de la force publique en général. Depuis cette date, 135 travaux universitaires ont été soutenus dans ce chantier : 11 doctorats avec celui-ci (et 12 avec la soutenance, le 29 juin 2012, de la thèse d’Aziz Saït, Les prévôtés, de « la drôle de guerre »  à « l'étrange défaite » (1939-1940). Personnels, missions, représentations), ainsi que 123 mémoires de maîtrise, DEA et master.

Il ne faudrait pas oublier le CESDIP (Centre d’études sociologiques sur le Droit et les institutions pénales), dirigé par Fabien Jobard, et le Centre d’histoire du Droit et de la Justice (CHDJ), animé par Xavier Rousseaux, autres lieux de recherches très fécondes sur les déviances et la régulation de la société. Ces laboratoires, le premier intégré à l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines et le second à l’Université de Louvain-la-Neuve, rassemblent sociologues, politistes, juristes et historiens. Leur production, abondante et plurielle, souligne la richesse d’une démarche transdisciplinaire.

Ces éclosions éditoriales successives réduisaient progressivement les béances historiographiques à la taille d’interstices, en particulier grâce au triple achèvement, en 2006, de leurs très importantes thèses respectives par Quentin Deluermoz (Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris, 1854-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012) – dressant le portait des gardiens de la paix parisiens – et par Aurélien Lignereux (La France rébellionnaire. Les  résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, PUR, 2008) et Arnaud-Dominique Houte (Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010) – retraçant l’histoire sociale des gendarmes. Histoire des policiers et histoire des gendarmes sont des révélateurs réciproques indispensables. Les recherches spécialisées, centrées sur un objet, sont nécessaires. Elles laissent néanmoins un angle mort plus ou moins aveugle qu’une histoire plus générale des interactions au niveau individuel et à l’échelle institutionnelle peut essayer d’investir. Ces thèses de tout premier plan, insistons dessus, n’épuisaient pas la question des rapports entre les deux forces de l’ordre ; elles lui donnaient même un surcroît d’intérêt en soulignant que bien des aspects de l’histoire de chacune de ces forces de l’ordre ne pouvaient être compris que par la connaissance de leurs interactions.

Afin d’approfondir cet aspect, le 26 juin 2012, nous soutenions notre thèse intitulée La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), devant un jury composé de Jean-Noël Luc (professeur d’Histoire, Paris IV-Sorbonne, directeur), Jean-Marc Berlière (professeur émérite d’Histoire, Université de Bourgogne, co-directeur), Frédéric Chauvaud (professeur d’Histoire, Université de Poitiers, président du jury), Olivier Forcade (professeur d’Histoire, Paris IV-Sorbonne), René Lévy (directeur de recherches, CESDIP-CNRS / UMR 8183, rapporteur) et Xavier Rousseaux (professeur d’Histoire du Droit, Université de Louvain-la-Neuve, rapporteur).

Présentation du sujet et problématique générale

D’après ses artisans et ses partisans, le rattachement de la gendarmerie nationale au ministère de l’Intérieur par la loi du 3 août 2009 devait mettre un terme à la délicate question des relations entre policiers et gendarmes, le plus souvent dépeinte et tranchée par l’expression de « guerre des polices ». La dualité étant assimilée à la rivalité, la coexistence à la concurrence et la division à la désunion, la législation ambitionnait de pacifier les rapports entre forces de l’ordre en postulant que l’unité institutionnelle produit nécessairement l’harmonie opérationnelle, que l’efficacité sur le terrain naît de la volonté des cabinets ministériels. Cette date semblait donc désormais exclure l’étude des rapports entre policiers et gendarmes du domaine de l’observation sociologique pour la circonscrire au domaine des archives historiques…

Depuis 1791, en effet, la force publique française se caractérise par sa dualité structurelle entre commissaires de police, d’une part, et gendarmes, d’autre part. Aux premiers les autorités administrative et judiciaire, aux seconds les effectifs et les armes permettant de les mettre en œuvre. Or, les représentations courantes et dominantes associent cette dualité au dualisme. L’expression « guerre des polices » sert ainsi à décrire ce qui serait la nature irréductible des relations entre les policiers et les gendarmes. Il est vrai que la lecture de la majeure partie des sources imprimées de la Troisième République conforte cette image. Les travaux historiques sur les forces de l’ordre, qui connaissent un essor important depuis une vingtaine d’années, tendent eux-mêmes à confirmer cette vision lorsque le sujet est peu ou prou effleuré. Néanmoins, ces recherches sont respectivement centrées, pour les unes, sur la ou les polices et, pour les autres, sur la gendarmerie ou la garde républicaine. En se focalisant sur les archives laissées par les policiers ou celles écrites par les gendarmes, les historiens de ces deux champs historiographiques n’ont-ils pas surestimé des conflits qui laissent plus de traces dans les comptes rendus qu’une collaboration apaisée, répondant à la routine des règlements et des directives officielles ? Pourquoi les régimes politiques successifs, qui monarchique, qui républicain, qui impérial auraient-ils conservé pendant plus de deux siècles  une force publique minée par ses rivalités et ses disfonctionnements ? Pour quelles raisons, la Troisième République, qui s’installe avec le projet de réformer des forces de l’ordre honnies héritées du Second Empire, a-t-elle conservé et plus encore développé une organisation qui serait foncièrement mauvaise ? La question aiguise la curiosité si l’on constate l’amplification et la diversification croissante des liaisons entre les policiers et les gendarmes durant la Troisième République, ce que révèlent les coopérations en matière de maintien de l’ordre ou l’entente prévalant lors d’affaires criminelles ordinaires ou retentissantes. La diffusion dans les rangs de la gendarmerie de techniques d’anthropométrie criminelle nées à la préfecture de police avec Alphonse Bertillon indique, de plus, la porosité des militaires à un langage judiciaire importé. De toute évidence, la nature et les modalités des rapports entre forces de l’ordre qui civiles, qui militaires s’avéraient moins simples à saisir et à comprendre que ne le laissait penser le stéréotype d’une rivalité irréductible et omniprésente, ce que suggère l’expression outrancière de « guerre des polices ». De même, ces observations initiales signalaient une discordance entre les représentations et les pratiques, discordance dont il convenait de cerner l’ampleur.

Mais la recherche explorant les relations entre les policiers et les gendarmes se heurte immédiatement à une difficulté majeure : il existe des archives, abondantes, permettant de retracer l’histoire des polices ; il subsiste des sources, nombreuses, quant à l’histoire de la gendarmerie et de la garde républicaine. Pourtant, les premières prospections, et même celles ensuite plus avancées, ne laissaient pas apparaître de cotes intitulées « Relations entre gendarmes et policiers » (et inversement). À vouloir combler un trou noir historiographique, on risquait de rapidement se trouver dans une impasse archivistique…

Des policiers municipaux lillois et des gendarmes à cheval sans leur monture se sont saisis d’un manifestant socialiste à Lille, le 1er juillet 1914 (?). Source : BNF, site Gallica, URL : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb404962121. Cette image fixe rend visible l’association de policiers en tenue et en civil à des gendarmes, à Lille, dans un contexte de maintien de l’ordre. Les hommes coiffés de canotiers ou de « melons » sont des inspecteurs « en bourgeois ». Le casque des gendarmes indique leur appartenance à la gendarmerie à cheval.

Champs de l’étude et sources

Le choix de la période adoptée s’est porté sur la Troisième République d’avant la Première Guerre mondiale car les principaux caractères de la force publique contemporaine émergent alors avec, par exemple, l’essor du souci d’une harmonisation des rapports entre forces de l’ordre, l’attention à une efficacité accrue de la police judiciaire et à un maintien de l’ordre qui soit mieux organisé tout en étant moins violent.

Afin de trouver des traces de liens entre ces forces de l’ordre, il fallait donc multiplier les occasions de les appréhender par une perspective géographique large, une focale ouverte à tous les gendarmes et tous les policiers, un œil attentif aux divers registres du déploiement de la force publique. Cela signifie que l’étude a porté sur tout le territoire métropolitain national, y compris Paris, dans des espaces urbains, comme des territoires ruraux ainsi que des zones hybrides que sont les banlieues, dont l’image d’un milieu spécifiquement criminogène se détache alors. De fait, une telle échelle amenait à s’intéresser aux gendarmes des départements comme aux militaires de la garde républicaine, d’une part, aux policiers des municipalités (préfecture de police comprise) comme à ceux de la Sûreté générale (police spéciale des chemins de fer et brigades mobiles), aux commissaires comme aux agents, aux officiers comme aux simples gendarmes, à la police judiciaire comme au maintien de l’ordre.

Plusieurs types de dépôt d’archives ont été sillonnés. Si les Archives nationales se sont avérées très décevantes sur le sujet, en revanche le Centre des Archives contemporaines a révélé de nombreux documents inédits (cent vingt articles environ), qui ont complété dans une grande mesure les documents trouvés dans les dépôts départementaux, dont dix-huit services ont été investis ; certains de manière approfondie comme les Archives départementales de la Côte-d’Or, celles de la Gironde ou celles de la Charente, des Côtes-d’Armor ou du Jura, par exemple. Grâce à ces documents, l’histoire des forces de l’ordre de la République put être interrogée à nouveaux frais, notamment les conditions de la création des brigades mobiles de police judiciaire ou celles du travail de la police spéciale des chemins de fer, principalement chargée de missions à caractère administratif et/ou politique. À cela s’ajoutent les archives conservées par la préfecture de police parisienne ainsi que les registres du Service historique de la Défense – département gendarmerie, dont plusieurs centaines ont été exhaustivement consultés.

La démarche menée a été de chercher dans les archives policières des mentions aux gendarmes et dans les sources militaires l’évocation des policiers. Néanmoins, cela ne suffit pas car les comptes rendus des uns et ceux des autres valent parfois surtout par ce qu’ils ne disent pas, quand il est possible toutefois de déceler et d’interpréter ces silences significatifs. Le projet fut de couvrir la majeure partie du territoire métropolitain national en envisageant des espaces aux caractéristiques géographiques, sociales et administratives très différentes pour voir de quelles façons ces contraintes informent l’exercice de la force publique et, partant, les liens entre les forces de l’ordre.

De plus, la majeure partie des sources imprimées relatives aux forces de l’ordre ou émanant de policiers et de gendarmes ont été consultées. Les mémoires de policiers, les manuels de militaires comme les presses corporatives des uns et des autres ont été compulsés. Il faut ajouter à cela des sources imprimées plus générales touchant au domaine de la réflexion pénale et de la criminologie (Revue pénitentiaire, Archives de l’Anthropologie criminelle), sans compter la presse d’information bien entendu.

Plan et démonstration

Il aura fallu plusieurs années de recherche pour voir qu’une problématique s’imposait irrésistiblement : comment passe-t-on d’un ensemble de forces de l’ordre aux liens distendus,  présentant l’aspect d’un relatif désordre de la force publique, à un appareil de forces de l’ordre formant système, au moins un embryon, dont les liaisons institutionnelles se sont étoffées et dont les échanges entre leurs agents respectifs deviennent sensibles tout en se multipliant et s’intensifiant sur la période ?

Trois parties déclinent l’étude des représentations et des pratiques traversant les relations entre policiers et gendarmes. Le premier temps s’attache d’abord à dépeindre le  tableau des forces de polices dont hérite la « République des républicains » à la fin de la décennie 1870. À travers le prisme des relations entre militaires et civils, la première partie suit d’abord l’installation de la Troisième République. À ce titre, il n’est pas sûr que la transition démocratique dans ces institutions s’opère au tournant des années 1870 et 1880 ; elle fut l’objet d’un processus à double détente plus long de républicanisation et d’épuration qui dura au moins jusqu’au début du XXe siècle. Sans prétendre mener une démarche de sociohistoire, une histoire empreinte de sociologie s’interroge sur les motivations qui poussent un homme à devenir policier plutôt que gendarme, et inversement. Les cas sont rares qui permettent d’expliciter ces choix de carrière, pourtant ils instruisent sur les préjugés, les aversions qui décident parfois d’une profession et peuvent ensuite influencer son exercice, comme les représentations mutuelles entre les deux forces de l’ordre. De nombreux gendarmes endossent un uniforme de policier, voire deviennent commissaires pour les plus capables ; il n’est pas inutile de préciser les modalités administratives du passage de l’une à l’autre profession puisque leur mutation dénote que progressivement les policiers, en tout cas les commissaires, cherchent à exclure les gendarmes du recrutement de nouveaux collègues. Cela est particulièrement évident dans la composition des brigades mobiles. De ce point découle une interrogation corollaire : l’ancien gendarme fait-il nécessairement un bon policier ? Autrement dit, faut-il posséder les mêmes qualités professionnelles pour exercer deux métiers qui accomplissent, grosso modo, des tâches similaires ?

La deuxième partie traite plus en détails des relations entre gendarmes et policiers en matière de maintien de l'ordre. Un constat s’impose, la gendarmerie nationale demeure sur toute la période – et au moins jusqu’en 1944, date de création des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) – la force prépondérante d’exercice de ce registre de la police. C’est d’ailleurs le vœu officiellement formulé en décrets par Pierre Waldeck-Rousseau en 1884. Depuis l’époque révolutionnaire, la législation et la réglementation imposent la nécessaire collaboration des commissaires de police et des gendarmes puisque la force armée des seconds a besoin de l’autorité légale des premiers pour se manifester. Cette association est particulièrement visible dans l’espace parisien puisque la garde républicaine est directement soumise au préfet de police depuis 1848. Paradoxalement, la croissance continue des effectifs policiers durant la période étudiée, et au-delà, ne compromet pas le rôle essentiel de cette troupe dans le dispositif de la capitale mais, étonnamment, multiplie, à la fin des années 1900 et au début de la décennie 1910, les réquisitions à son égard par le préfet Lépine, qui use de ses prérogatives sans compter. Cette routinisation de l’emploi des gendarmes induit des conséquences sur le fonctionnement et l’organisation d’un service directement informé par la préfecture de police. On observe, conséquence de cette multiplication des associations des gardes aux gardiens de la paix, une sensibilisation des premiers aux avantages professionnels des seconds, par exemple. Une contamination mutuelle des cultures entre policiers et gendarmes est ainsi à l’œuvre.

En se portant au-delà des anciennes fortifications, le regard embrasse le panorama policier d’une banlieue en pleine expansion. Du point de vue des structures policières, des évolutions fondamentales se nouent alors puisque l’équilibre des forces entre gendarmes et sergents de ville s’inverse au bénéfice des seconds, ce qui, par ailleurs, ne diminue pas la nécessité de l’appel aux gendarmes. Ces villes, encore marquées par l’empreinte rurale et agricole, constituent des observatoires privilégiés de l’étude des rapports entre policiers et gendarmes en raison, notamment, de la proximité géographique existant souvent entre casernes et commissariats. Les banlieues sont alors des espaces hybrides qui se transforment. La question de l’adaptation des forces au territoire qu’elles ont pour fonction d’ordonner se pose désormais avec acuité.

Après le cas de Paris débordant sur celui de sa banlieue, deux autres niveaux spatiaux sont envisagés sur l’échelle géographique conférant ses spécificités locales aux modes de collaboration entre policiers et gendarmes en matière de maintien de l'ordre. Celui des villes préfectorales de province avec l’étude de cités comme Dijon, Toulouse, Nice ou Lyon – cette ville ayant un statut particulier depuis 1851 avec l’étatisation de sa police municipale. Enfin, le cadre rural. Au regard de l’exercice du maintien de l'ordre, en dépit d’un corpus réglementaire identique pour tout le territoire, ces exemples souligneront qu’il n’existe pas une province homogène opposable à Paris. Mais, en matière de maintien de l’ordre, les relations entre policiers et gendarmes ne peuvent être analysées sans l’intervention d’une tierce figure, celle du préfet dans les départements, celle du préfet de police à Paris.

La dernière partie inscrit les relations entre gendarmes et policiers – qu’elles touchent aux pratiques ou aux représentations – dans le domaine de la police judiciaire et de ses mutations. Dans un souci de clarté, au risque de présenter un enchaînement mécanique dépourvu de fluidité, le choix a été fait de ne pas envisager de concert les relations des gendarmes et des policiers en matière de maintien de l'ordre et celles touchant à la police judiciaire. Les évolutions chronologiques de ces deux activités diffèrent et leurs problématiques ne se superposent pas ; elles peuvent même s’avérer divergentes. Pour ces raisons également, l’étude de l’espace parisien est disjointe de celle de la province. De même, il existe un déséquilibre archivistique entre le début et la fin de la période étudiée qui obligeait nécessairement à un plan d’abord thématique.

Au seuil des années 1880, les représentations mutuelles entre gendarmes et policiers ne sont, a priori, pas favorables à des relations sereines et à une collaboration pacifique pour faire face à l’ « armée du crime ». Alors que certains officiers de la gendarmerie accolent à tous les policiers l’image infâmante de la surveillance politique, réciproquement, des policiers méprisent le travail judiciaire des gendarmes et moquent leurs aptitudes en la matière. Le divorce entre les deux forces de l’ordre semble consommé et toute réconciliation impossible. Et pourtant, on assiste au cours des trois décennies suivantes à ce qu’on pourrait décrire comme des courbes en ciseaux des représentations et des pratiques, si l’on dire. En effet, au fur et à mesure que recule parmi les gendarmes la dépréciation du policier comme « mouchard » progresse concomitamment la valeur attachée à l’exercice de la police judiciaire. La création des brigades mobiles en 1907-1908 n’est évidemment pas pour rien dans cette inversion. Peut-être faut-il ressentir dans cette convergence un des effets de la républicanisation du corps des officiers, évoquée dans la première partie, qui les rapproche ainsi de la sensibilité des commissaires de police. Plus sûrement, doit-on lire dans cette mutation des représentations un des résultats de l’essai de nouvelles techniques d’anthropométrie judiciaire dans la gendarmerie, directement importées de la préfecture de police. L’apprentissage d’une technique identique – le signalement descriptif – par des policiers et des gendarmes, sa diffusion – au moins sa tentative – et son emploi – même limité – favorisent une confluence des cultures professionnelles et une disqualification des préjugés mutuels. Préparé par cette innovation et le dispositif qui en découle, ce rapprochement des représentations et des pratiques connaît une accélération avec la création des brigades mobiles de police judiciaire. Avec l’investissement, même relatif, des campagnes par les inspecteurs et commissaires de la Sûreté générale, de nouvelles relations se forment, des modalités inédites d’action apparaissent, qui se caractérisent moins par les conflits redoutés que par l’entente et des formes originales de coopération, en particulier pour la surveillance et le contrôle des nomades. Une nouvelle fois, les quelques désaccords relevés mettront d’abord en relief la collaboration d’ensemble dominant et ce en dépit de l’émergence de la statistique policière qui tend à mettre en concurrence gendarmes et policiers par la comparaison de leurs « chiffres » répressifs respectifs. Comme pour l’étude des rapports entre gendarmes et policiers en matière de maintien de l’ordre qui introduisait une troisième figure, celle du préfet, l’analyse des liens entre les forces de l’ordre en ce qui regarde la police judiciaire implique d’étudier leurs liaisons conjointes ou séparées avec la figure du magistrat, qu’il soit du Parquet ou du Siège.

L’affaire Bonnot, en 1911-1912, mérite une attention spéciale. Elle fut l’occasion, probablement unique, de mêler peu ou prou les diverses forces policières dont disposait la République avant la Première Guerre. Elle constitue, donc, une sorte de précipité des relations entre polices et gendarmeries, dont l’exceptionnalité met à jour tout ce qui est dilué dans la banalité du quotidien. Pour les forces de l’ordre, la chronologie de l’affaire ne s’arrête néanmoins pas avec la mort ou l’incarcération des principaux membres de la terrible bande. Comme des répliques telluriques, les ondes de l’affaire favorisent une restructuration des services policiers à laquelle font écho les critiques de gendarmes contre l’immobilisme de leur institution. La modernité policière, représentée par la recherche des malfaiteurs, est désormais une revendication de nombreux militaires. Le regard sur les transformations policières renvoie le reflet des clivages internes divisant avec acuité les gendarmeries en 1913-1914.

Conclusions

L’expression « guerres des polices » sert de grille de lecture obligée des rapports entre policiers et gendarmes lorsque le moindre disfonctionnement se fait jour. Or, pour parler précisément de « guerre » entre les premiers et les seconds, il faudrait que ces épisodes malheureux soient plus nombreux que ceux de leur intelligence. Les archives soulignent précisément la rareté de ces frictions alors que la coopération prédomine largement. à la veille de la Première Guerre mondiale, les brigades mobiles constituent même aux yeux de gendarmes français comme de certains de leurs alter ego étrangers l’étalon d’une modernité à imiter pour réformer l’arme et lui assurer une efficacité répressive accrue. Réciproquement, la martialité de la gendarmerie et sa discipline constituent au sein des polices municipales de grandes villes (Paris, Lyon, Bordeaux, par exemple) un modèle à copier.

La « guerre des polices » n’a donc pas eu lieu entre policiers et gendarmes durant la Troisième République. Rapidement, cette conclusion s’est imposée par-delà l’écume de sources imprimées ponctuelles, traduisant d’abord des représentations sur les relations entre policiers et gendarmes avant que de refléter la réalité de leurs liens, infiniment divers et complexes, quand ils ne sont pas insaisissables. Ce travail ne s’est pas voulu une histoire comparée des deux institutions et des pratiques de leurs agents mais plutôt une histoire en lien, une histoire-charnière en soumettant parfois celle-ci à l’influence déterminante d’une troisième figure, celle du préfet ou celle du magistrat. Précisément, cette approche dialectique souligne la densification et diversification des relations entre les forces de l’ordre, avec des transferts mutuels de culture professionnelle. Désormais, les forces de l’ordre forment système dans un espace national en voie d’uniformisation comme le soulignent plusieurs révélateurs. En effet, l’évolution majeure de la période 1870-1914 est marquée par le rapprochement mutuel des gendarmes et des policiers. Si dans les années 1880, le mouvement frémit des policiers vers la gendarmerie, en revanche, à partir des années 1890, la tendance est nettement inversée. Une nouvelle étape de ce glissement surgit avec l’apparition des brigades mobiles, dont l’installation dans le paysage policier français est grandement favorisée par les décrets de 1911. Récapitulons les éléments moins ostensibles ayant favorisé cette multiplication et cette densification des rapports entre gendarmes et policiers.

Des facteurs internes à chaque force de l’ordre ont tout d’abord joué. Si cet élément est difficile à saisir, impossible à quantifier, hasardeux à évaluer, il faut néanmoins souligner l’importance des personnalités en place pour que l’entente prévale dans les relations entre policiers et gendarmes. Les représentations relatives à la police traversant la gendarmerie évoluent de la franche répulsion à la discrète admiration, ce qui a probablement progressivement adouci les préventions mutuelles. Réciproquement, au sein de la préfecture de police, la policiarisation de la garde républicaine et de la gendarmerie suburbaine doit en grande partie à l’attention du préfet Lépine pour l’arme, liée à son intérêt bien compris de protecteur de la capitale et à son admiration pour l’armée. Concomitamment, une militarisation relative du corps des gardiens de la paix s’observe. Rappelons qu’en province, des polices municipales, comme celle de Toulouse, tournent leur attention vers l’organisation militaire de la gendarmerie pour mettre en place une police à cheval ; à Bordeaux, les uniformes des gardiens de la paix ont pour modèle ceux de la garde républicaine. À une relative policiarisation de la gendarmerie correspond une certaine gendarmisation de la police. La volonté d’homogénéisation du fonctionnement des commissariats, le rejet officiel de la police politique, l’essor d’effectifs permettant désormais aux grandes villes d’assumer de façon de plus en plus autonome des tâches de maintien de l'ordre amènent les polices à acquérir certains des caractères de la gendarmerie. À Paris, par exemple, les gardiens de la paix manifestent leur sollicitude pour des gardes républicains qui seraient victimes de la trop forte sévérité hiérarchique.

Des contraintes externes ont, ensuite, favorisé la convergence des policiers et des gendarmes. Le contexte criminel, avec des crises sécuritaires successives, a imposé une coopération plus étroite des forces de l’ordre ; celle-ci est, en outre, stimulée par le sentiment de périls communs à combattre. La crise anarchiste, l’impératif nomade, en partie issu des crimes commis par Joseph Vacher, puis l’affaire de la bande à Bonnot resserrent l’entente au niveau national et à l’échelle locale sous la triple pression politique, médiatique et judiciaire. L’émergence d’un langage judiciaire commun avec l’enseignement du signalement descriptif à des policiers et des gendarmes, dont la préfecture de police fut le terreau, répond à cette injonction sociale sécuritaire. Ainsi, entre 1870 et la Première Guerre mondiale, le tropisme « naturel » des gendarmes – du moins certains le vivent-ils comme tel – vers la martialité régresse-t-il au profit d’un intérêt de plus en plus marqué pour le métier de policier. Quelques officiers se penchent sur les nouvelles techniques anthropométriques d’identification importées de la préfecture de police, alors que de plus en plus de sous-officiers quittent la gendarmerie pour embrasser une carrière d’agent de police ou de commissaire. Enfin se constitue et s’unifie un territoire policier national grâce aux liaisons télégraphiques et au développement des communications téléphoniques. La diffusion progressive du Bulletin hebdomadaire de police criminelle, à partir de 1907, à tous les commissariats et toutes les brigades de la gendarmerie symbolise cette intégration de l’espace policier national dans une logique décloisonnée.

Laurent LÓPEZ


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Colloques, séminaires

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche