Le succès du crime sur scène avec Robert Macaire : modernité théâtrale et protestation sociale au XIXe siècle

Robert Macaire naît sur la scène parisienne pendant la période agitée de la seconde Restauration, où se succèdent entre 1815 et 1848 trois souverains : Louis XVIII, Charles X et Louis Philippe. L’année 1830, charnière de la période, est celle de l’événement décisif des « Trois Glorieuses » : les 27, 28 et 29 juillet, le peuple parisien se soulève, la Monarchie de Juillet est instaurée et Louis Philippe n’est plus « roi de France », mais « roi des Français ». Ces années sont également animées par des événements politiques, sociaux et esthétiques houleux et parfois sombres. La France est le théâtre de la mort de Napoléon, de la bataille d’Hernani, de la grande réforme du Code pénal et de l’épidémie de choléra. La mort est présente dans les esprits des Français, et le fait divers sanglant connaît une audience très large. Or Robert Macaire, le « malfrat en haillon » né en 1823, est une figure de criminel particulièrement intéressante par sa force d’inscription dans l’actualité politique française. Il ouvre la voie à une troupe de dangereux assassins-héros qui envahissent les scènes parisiennes.

Le mélodrame L’Auberge des Adrets, où le brigand apparaît pour la première fois, est écrit en collaboration par Benjamin Antier, Armand Lacoste et Paulyanthe Chapponier et traverse plusieurs régimes politiques, depuis sa création et lors de ses nombreuses reprises. Le succès fulgurant du personnage interprété par Frédérick Lemaître déclenche un « cycle » analysé par Marie-Ève Thérenty…

Lire la suite de cet article de Noémi Carrique sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...