Quelques photographies de la colonie pénitentiaire de Mettray ( Jean-Claude Vimont)

En 1975, Michel Foucault introduisait le dernier chapitre de Surveiller et punir par une évocation de la colonie pénitentiaire de Mettray : « J’aurais à fixer la date où s’achève la formation du système carcéral, je ne choisirais pas 1810 et le Code pénal, ni même 1844, avec la loi qui posait le principe de l’internement cellulaire ; je ne choisirais peut-être pas 1838 où furent publiés pourtant les livres de Charles Lucas, de Moreau-Christophe et de Faucher sur la réforme des prisons. Mais le 22 janvier 1840, date de l’ouverture officielle de Mettray. Ou peut-être mieux, ce jour, d’une gloire sans calendrier, où un enfant de Mettray agonisait en disant : « Quel dommage d’avoir à quitter si tôt la colonie« . (…) Pourquoi Mettray ? Parce que c’est la forme disciplinaire à l’état le plus intense, le modèle où se concentrent toutes les technologies coercitives du comportement. Il y a là « du cloître, de la prison, du collège, du régiment »… Depuis cette publication dont on a fréquemment oublié le sous titre « Naissance de la prison »  et qui s’achevait par la description d’une institution qui se prétendait alternative à l’enfermement des mineurs de justice, les historiens ont multiplié les études sur les colonies pénitentiaires privées et publiques, qu’elles portent ce nom ou celui de maisons d’éducation surveillée ou encore d’écoles de préservation. Concernant Mettray, nous disposons désormais du bel ouvrage collectif dirigé par Luc Forlivesi, Georges-François Pottier et Sophie Chassat, Eduquer et punir, La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray (1839-1937), publié aux Presses universitaires de Rennes en 2005. Aux environs de Tours, à moins de dix kilomètres, la colonie de Mettray n’a pas disparu, presque conservée « dans son jus », du point de vue architectural. Rappelons qu’elle fut l’oeuvre de l’architecte Abel Blouet, l’un des auteurs de l’important Atlas de plans de prisons cellulaires diffusé par le ministère de l’Intérieur en 1841 et du Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le système pénitentiaire, édité en 1843. Mais Philippe Saunier, dans le livre mentionné ci-dessus, rappelait que l’architecture de Mettray – les pavillons des « familles » de colons ordonnés autour d’une chapelle – résultait d’une « étonnante hybridation » entre plusieurs projets architecturaux : le carcéral, , l’hospitalier et la cité utopique. Le tout, entouré par la belle propriété  de Brétignères de Courteilles.  La société « La Paternelle » fondée en 1839, continue aujourd’hui de gérer l’exploitation agricole et administre un « Institut de Rééducation Médico-Professionnelle ». En 1939, l’établissement de Mettray fut fermé administrativement.  Il reprend vie en 1955 et devient le « Village des jeunes », qui accueille annuellement environ 130 adolescents, de seize à vingt ans.

  mettray1bisMettray 1mettray2mettray4mettray5 mettray6mettray9mettray10mettray15mettray14mettray7


Vous aimerez aussi...