« Tu aimes les bonbons, fillette ? » Un très long enfermement : Gabriel Socley, le pédophile assassin. 53 ans en prison et en hôpital psychiatrique par Jean-Claude Vimont

28 février 2014

En 2008, les éditions du Panthéon ont publié un précieux petit ouvrage L’affaire Socley. L’auteur Raymond Clément est un ouvrier d’imprimerie, passionné d’histoire criminelle. Il reprend une affaire qui, en son temps (vers 1935-1937), suscita une vive émotion et de nombreux articles de presse : l’enlèvement et l’assassinat d’une petite fille de 4 ans et neuf mois à Chaumont.  Le livre expose parfaitement l’enquête menée par les policiers et les magistrats. Il offre ensuite une description minutieuse des deux procès qui aboutirent, pour le premier, à une sentence de mort et, pour le second, à une peine de travaux forcés à perpétuité à l’encontre de Gabriel Socley. La recherche de Raymond Clément nous offre, par ailleurs, des précisions sur le parcours carcéral de cet individu, sur sa récidive en 1960 et sur son internement dans un hôpital psychiatrique de sécurité jusqu’à son décès en 1981. Entre temps, Gabriel Socley s’était évadé de cet établissement en 1971, semant encore une fois la terreur dans les familles. Le livre comporte également une lettre de Socley à son défenseur rédigée en 1960 qui offre un éclairage précieux sur les pulsions qui assaillaient le personnage. Pièce rare, dont l’auteur ne précise pas la provenance, qui incite à revenir sur les successives expertises psychiatriques de Socley et sur le choix de l’internement parmi des aliénés, après de longues détentions aux côtés des détenus de droit commun.

Gabriel Socley en 1935

Gabriel Socley en 1935

Premiers attouchements

Gabriel Socley naquit en octobre 1907 à Dijon dans une « famille riche et honorable », selon l’hebdomadaire Détective en 1960. Son père possédait plusieurs immeubles et était un archéologue de renom. Élève médiocre, il fut placé en apprentissage chez des électriciens, mais ne resta guère en place. Dans sa confession de 1960, il affirmait avoir été couvé par sa mère et ses deux sœurs, Il précisait : « Raison de plus s’il est harmonique (il doit pouvoir s’épanouir librement, ndr), sinon, on l’étouffe, alors il cherche une dérivation pour se canaliser. C’est exactement ce qui s’est produit pour moi. Lâché subitement à la rue à l’âge de dix-sept ans, ne connaissant rien de l’existence des femmes. Réservé avec les jeunes filles par manque de contact amical puisque ma mère n’a jamais voulu que j’apprenne à danser et à fréquenter alors le besoin normal de sexualité se révélant avec l’âge m’avait donné l’idée d’étudier le sexe féminin sur des petites filles et cette idée me procura une griserie bien compréhensible en l’occurrence. » En 1925, la police de Dijon reçut des plaintes de plusieurs parents. Dans le quartier du canal, un individu semait la terreur parmi les fillettes. Il suivait les enfants, leur proposait des bonbons et les entraînait dans des endroits sombres. À l’époque de ces faits, Gabriel Socley n’avait pas dix-huit ans, donc mineur de justice. Il portait une fausse moustache. Il fut arrêté en janvier 1926. Il fut accusé d’attentat à la pudeur sur des fillettes et déféré devant une cour d’assises le 17 juin 1926. Il fut défendu par un éminent avocat, proche de ses parents et maire de Dijon, Gaston Gérard. Il fut acquitté comme ayant agi sans discernement, en application de l’article 66 du Code pénal. Comme ses parents présentaient des garanties, il ne fut pas conduit dans une maison d’éducation surveillée mais fut rendu à sa famille. À ses yeux, en août 1960, son comportement d’alors – rechercher le contact de petites filles – était sans gravité, donc pardonnable. L’avocat général, quant à lui, avait déclaré : « cet homme est dangereux ».

 Le cambrioleur

 À la fin des années vingt, Gabriel Socley révéla un autre aspect de sa personnalité, celle d’un cambrioleur de petite envergure. La justice s’intéressa à ses méfaits et lorsqu’il comparut plus tard devant les cours d’assises, il était présenté comme un repris de justice.  En avril 1926, il fut condamné par un tribunal correctionnel à quinze jours de prison avec sursis, à la suite d’un vol. Le 13 octobre 1927, il comparut à nouveau devant le tribunal correctionnel pour le vol d’une bicyclette et pour une escroquerie : un an et un jour d’emprisonnement. Il fit appel et fut condamné à deux années d’emprisonnement. Peu après, il cambriola avec un complice une bijouterie et une pharmacie. Il vola du chloroforme. Au cours de l’enquête, les policiers découvrirent le plan d’une agression des passagers du train Paris-Vintimille. Il aurait endormi les passagers avant de les voler. Chez lui, il avait entreposé des armes et l’outillage d’un cambrioleur. Il comparut devant la cour d’assises de la Côte d’Or le 28 février 1928 et fut condamné à sept années de réclusion criminelle et dix années d’interdiction de séjour à Dijon. Il accomplit sa peine dans la maison centrale de Melun. Mal noté et souvent puni, il ne bénéficia pas d’une remise de peine. Il ne fut libéré que le 26 février 1935. N’ayant pas accompli ses obligations militaires, il fut dirigé vers un bataillon d’exclus à Collioure, comme c’était la règle pour les repris de justice. C’était un dépôt de détenus en partance pour les Bat’ d’Af’ du Maghreb. Il fut très vite réformé, car les médecins militaires constatèrent son mauvais état de santé, notamment sa tuberculose. Socley s’installa à Chaumont. Il ne semblait pas avoir renoncé aux vols à main armée, puisque des armes furent découvertes dans sa chambre, après son arrestation d’avril 1935. Il cherchait également à se procurer des postiches et des déguisements auprès de magasins parisiens.

Le rapt et l’assassinat de Nicole Marescot

Gabriel Socley en 1935. Détective. n°737. 12 août 1960

Gabriel Socley en 1935. Détective. n°737. 12 août 1960

Le 19 avril 1935, Nicole Marescot, fille d’un officier d’infanterie, était enlevée à Chaumont.  Très vite des témoins offrirent des descriptions de l’homme qui avait entraîné la petite fille. Gabriel Socley fut arrêté dès le lendemain et inculpé du rapt de Nicole Marescot le 21 avril. Il fut écroué dans la maison d’arrêt de Chaumont, malgré ses dénégations. Le corps de la petite fille n’a pas été retrouvé. Raymond Clément décrit parfaitement les aléas de la recherche du corps, le recours à des détectives, radiesthésistes, voyantes. Le corps ne fut découvert que le 18 octobre 1935. La tête avait été broyée, selon le célèbre docteur Paul, médecin légiste.

Une personnalité étrange

 Lors de son arrestation, les policiers découvrirent qu’il portait sous ses vêtements deux chemises de femme et une grosse épaisseur de coton. Quand ils perquisitionnèrent son domicile, ils découvrirent un révolver, des chargeurs, cent cartouches, un couteau à cran d’arrêt et dix kilos de pain. Également dans sa chambre, des ouvrages comme Les mémoires de Jo-la-Terreur de Georges Hainaux, La vie des forçats d’Eugène Dieudonné. Des témoins se manifestèrent et affirmèrent qu’à plusieurs reprises, trois ou cinq fois selon les sources, Socley aurait tenté d’attirer des petites filles en leur offrant des bonbons ou des sous. Gabriel Socley était tuberculeux et pour se soigner, croyait-il, il allait chaque jour à l’abattoir de la ville boire un verre de sang frais. La population commença d’évoquer un vampire !

Détective 1935

Détective 1935

Détective 1935

Détective 1935

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux assises

Gabriel Socley comparut devant la cour d’assises de Chaumont  le 30 septembre 1936. Socley continuait de clamer son innocence. Le 3 octobre, il fut condamné à la peine de mort. Il signa un pourvoi en cassation. La haute cour estima que le président de la cour d’assises avait omis de poser une question sur le lieu où avait été enlevée la petite fille. Le 17 décembre 1936, le procès fut cassé et Socley renvoyé devant les assises de Dijon. Le second procès eut lieu à partir du 17 février 1937. C’était la troisième fois que Socley comparaissait devant les assises de la Côte d’Or. Le 20 février 1937, il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité, car les jurés avaient assorti leurs réponses aux questions posées des circonstances atténuantes.

Le réclusionnaire

Dès juillet 1937, Gabriel Socley fut conduit dans la maison centrale de Fontevrault. Le gouvernement de Léon Blum avait supprimé les transports en Guyane des condamnés aux travaux forcés. Roger Clément a retrouvé un article du Petit Parisien du 10 juillet 1944 qui décrivait la tâche de quelques condamnés à perpétuité de l’abbaye, employés par la ville d’Angers au désamorçage des bombes non explosées. Dans le cadre de l'inventaire du patrimoine culturel de Fontevrault, des témoignages de Résistants et d'enfants de Résistants, mis en ligne sur le site YouTube, mentionnent Socley. Il avait été placé dans les "cages à poule" du dortoir cellulaire. Les autres détenus s'efforçaient de ne pas le fréquenter et il vivait en solitaire. Roger Clément cite également le témoignage d’un ancien condamné pour faits de collaboration qui séjourna avec Socley dans la maison centrale du Maine-et-Loire. Il confirme que Socley était tenu à l’écart par les autres prisonniers. Personnage étrange, très maigre, il était vêtu de bure avec un capuchon qui lui donnait l’allure d’un moine. Les autres détenus ne lui adressaient pas la parole. Les codes d'honneur de la pègre le plaçaient tout en bas d'une cascade de mépris. Employé au service général, il était balayeur. Sa peine fut commuée en 1952 en vingt années de travaux forcés à compter de cette date. Il fut conduit peu après à Château-Thierry, établissement spécialisé qui accueillait des détenus souffrant de troubles mentaux. Nous ignorons les raisons de ce transfert. Il ne semble pas avoir transité par le Centre national d'observation de Fresnes. Il ne fut libéré qu’en juin 1960, après vingt-cinq années d’incarcération. En 1956, il avait été proposé pour une libération conditionnelle dans le Jura. Le préfet avait refusé de l’accueillir. Il retourna chez sa mère et ses sœurs à Dijon.

L’incorrigible ?

Bas de page de la couverture de Détective. 12 août 1960

Bas de page de la couverture de Détective. 12 août 1960

Oisif, vivotant du pécule amassé pendant ses longues années de détention, il prétendait avoir été un agent de l’Intelligence service, parachuté en Russie et incarcéré là-bas. À sa sortie de prison, il aurait tenté d’entrainer une petite Martine à Châlons-sur-Marne, selon les divers articles de presse de l’époque. Le 27 juillet 1960, soit à peine un mois après sa libération, il suivit pendant près de deux kilomètres et accosta une petite Jacqueline. Un passant reconnut Socley, au moment où la petite fille essayait de se dégager. Socley prit la fuite.  Les parents ne portèrent pas plainte, mais le passant signala les faits à la police. Le Parisien Libéré du premier août 1960 titrait : « Alerte au sadique, la police recherche Gabriel Socley qui avait tué il y a vingt-cinq ans Nicole Marescot ». Les quotidiens des premiers jours d’août indiquaient qu’une chasse à l’homme avait été organisée à travers toute la France. Le 4 août 1960, il fut arrêté par la gendarmerie à Marlay-le-Grand, près de Sens, dans l’Yonne, alors qu’il arrivait chez un ancien compagnon de détention. Incarcéré à Dijon, une autre plainte évoqua une agression contre une fillette avant celle du 27 juillet.

Le 28 août 1960, Socley rédigea un mémoire à l’intention de son défenseur. Ce document de grande valeur, reproduit par Raymond Clément, offre un éclairage sur les motivations et justifications de ce pédophile qui ne percevait aucunement la gravité de ses actes. Il contestait les « violences et voies de faits » à l’encontre de Jacqueline, âgée de onze ans : « Ma proposition à cette fillette qui sera pubère dans un à trois ans, était aimable, je dis pleine de délicatesse, relation passagère considérée sur le plan présent dans un ordre d’idées surtout sentimental, comme l’ont prouvé mes paroles à son égard. J’ai été caressant dans mes paroles, mon attitude dénuée d’agressivité, je ne l’ai ni bousculée, ni obligée à maintenir la conversation, et on a l’audace de m’accuser de violences (cela, c’est un comble, et la farce est complète) pourquoi cette persistance étrange à maintenir ce rapport insolite lequel serait applicable à la majorité des hommes dans leur vie privée. » Il précisait plus loin la nature de sa relation avec Jacqueline : « Je disais que je suis un sentimental, et en même temps un homme d’action (ce qui est rare). Je suis sensible à la nature humaine, réceptif à la belle musique, à toutes les beautés terrestres, sensible à la fraîcheur féminine, amateur de sentiments fins et rares. Moi, faire du mal à des enfants, à des fillettes ? Allons donc, je les affectionne bien de trop ; moi qui aurais tant aimé créer un foyer. Avec les fillettes, je ne recherchais plus que l’affection, la douceur, satisfaire ma sensibilité cérébrale, comme a établi dans une certaine mesure mon comportement présent. Oui, je sais bien, on va me rétorquer que j’ai caressé par effleurage, les parties génitales externes disons d’une petite fille, rue Jules Ferry. La belle affaire que voilà ! J’ai précisé de mon propre aveu, spontanément, à la gendarmerie de Marlay-le-Grand, ainsi qu’à monsieur Pons, juge d’instruction à Dijon, le mobile de cet acte minime qui était une dernière fois nécessaire. »

Socley prétendait avoir voulu faire une ultime expérience : savoir s’il était encore excité par les fillettes, afin de cheminer vers un comportement adéquat avec des jeunes femmes plus âgées. Sa confession et la crudité de ses explications éclairent la personnalité de l’ancien condamné, nullement amendé après vingt-cinq années de détention : « Libéré de Château-Thierry, le 26 juin 1960, j’ai soif surtout de tendresse féminine, soif d’aimer surtout sentimentalement une jeune fille ou une jeune femme moi qui a été privé d’affection toute mon existence, je cherche à Dijon et je ne trouve pas. Ma tendresse, alors faute de mieux, a tendance à se reporter provisoirement sur des fillettes et cependant je sais que ce n’est pas ce que je souhaite. C’est un simple palliatif. Je décide alors consécutivement au dégoût sexuel que je commençais à ressentir en prison, de tenter une ultime expérience sur une fillette, pour voir si mes réactions sexuelles seraient les mêmes qu’au temps jadis. Donc je n’agis pas présentement sous l’influence directe du désir après quelques recherches, l’occasion se présente rue Jules Ferry. J’aperçois une petite qui joue seule dans l’escalier d’une maison, je n’ai aucunement l’intention d’introduire mon doigt, sachant depuis l’âge de dix-sept ans, que cela ne doit pas se faire sur une fille encore non formée.  Je lui donne un bonbon (en ayant toujours dans ma poche pour compenser le tabac puisque je ne suis plus fumeur), je lui demande si elle veut que je lui caresse le ventre. Petit silence. Je lui répète « dis-moi oui ou non », elle murmure « oui » (sinon je serai parti) alors sans aucun trouble, je lui caresse légèrement le sexe avec deux doigts pendant une minute au plus et je réalise sans grande surprise que cet attouchement superficiel ne me crée plus de griserie cérébrale ni de sensations sexuelles organiques comme par le passé. » Socley s’estimait donc guéri, puisque « le simple morceau de chair » caressé ne lui faisait plus d’effet. Il se sentait prêt à une relation avec une fille pubère de quatorze à vingt ans. Il reconnaissait que douze, treize, quatorze ans, c’était un peu jeune, mais il était en quête de fraîcheur, de candeur, de voix juvéniles. Il déplorait la rigidité du Code pénal français en ces matières. Il voulait s’adresser à une agence matrimoniale ou à un orphelinat. Il considérait ses attouchements comme des « bagatelles », des « actes bénins ».

Gabriel Socley en 1960. Détective du 12 août 1960

Gabriel Socley en 1960. Détective du 12 août 1960

Les expertises psychiatriques

Plusieurs médecins psychiatres étudièrent la personnalité de Socley. Nous ne disposons pas malheureusement de toutes leurs conclusions, ni des raisons de son transfert dans la prison-hôpital de Château-Thierry, spécialisée dans les soins aux détenus souffrant de troubles mentaux, durant les dernières années de sa détention. En 1960, un collège d’experts le jugea irresponsable de ses actes et, par voie de conséquence, il quitta l’univers carcéral pour un asile de sûreté.

 Du 28 septembre au 15 octobre, Gabriel Socley fut transféré dans l’hôpital psychiatrique de Bourg-en-Bresse. Le docteur Émile Adam ne remarqua pas d’anomalie mentale et estima qu’il était pleinement responsable au moment du crime. Lors du premier procès devant les assises en 1936, le psychiatres affirmèrent que Socley n’était pas un maniaque, un dégénéré ou un fou. Le docteur Adam précisa qu’il était un « pervers intelligent », un déséquilibré, mais sans troubles mentaux.

Raymond Clément mentionne une expertise qui aurait été effectuée par le docteur Dublineau peu avant sa libération de Château-Thierry : «Rapidité paranoïaque non exclusive d’un certain volant d’accessibilité. Pas d’éléments délirants ». L’auteur mentionne d’autres expertises réalisées en 1948, en 1954 et en 1956 : « importance prévalente de la rigidité », « il hésite entre une simulation habile et l’évolution lente du processus schizophrénique », « attitudes oppositionnelles en rapport avec des protestations d’innocence », « attitude à la fois rigide et malicieuse».

 En 1960, les experts commis pour étudier sa personnalité conclurent à son irresponsabilité pénale. Il fut interné à Sarreguemines.

Récidiviste des tentatives d’évasions et évasions

Le 26 mars 1971, Le Parisien libéré signalait qu’un fou dangereux s’était échappé d’un asile de Sarreguemines et qu’il menaçait ceux qui le recherchaient. Âgé de soixante-trois ans, il avait réussi à franchir de hauts murs et avait placé un mannequin dans son lit. Des lettres retrouvées dans sa chambre étaient lourdes de menaces. Il se disait en relation avec des organisations occultes et avoir l’état d’esprit d’un agent secret. Il revint chez sa sœur à Dijon puis se fit embaucher comme plongeur dans un hôtel à dix kilomètres de Nevers. Il fut reconnu par la fille du propriétaire. Le 27 mars 1971, Sud-Ouest indiquait que Gabriel Socley avait été repris. Il continua de séjourner à Sarreguemines où il mourut le 29 juin 1981.

Gabriel Socley avait déjà tenté de s’évader. En juin 1935, incarcéré dans la maison d’arrêt de Chaumont, il rédigea une lettre pour un ancien détenu de Melun. Celui-ci devait l’aider à s’évader. La lettre fut saisie sur celui qui devait la convoyer et Socley subit soixante jours au quartier disciplinaire. Son plan était assez précis : « Il serait donc nécessaire de vous munir principalement de deux scies à métaux, d’une barre à mine (levier en acier), d’une échelle à coulisse, d’avoir une auto à votre disposition, si possible, des armes, etc… » Peu avant sa première comparution aux assises, Gabriel Socley, persuadé qu’il serait condamné aux travaux forcés, échafauda un plan pour s’évader de la Guyane où jusqu’à cette date se purgeaient ces peines, plus précisément à Saint-Laurent-du-Maroni.  Il avait deux « plans », ces petites boites métalliques que les bagnards glissaient dans leur anus. Dans l’un, une scie métallique. Dans l’autre des cartes de la Guyane et des listes de détenus acheminés outre-mer.

Le livre de Raymond Clément permet de suivre précisément la destinée de Gabriel Socley. Il comporte des documents et témoignages méconnus. On aimerait mieux connaître les expertises psychiatriques de 1960 pour savoir pourquoi les médecins optèrent tardivement pour l’irresponsabilité pénale. Progrès de l’expertise, d’après Raymond Clément ? Gravité des aveux contenus dans le texte rédigé à l’intention de son défenseur ? Quelques récidivistes des agressions sexuelles furent sanctionnés de la relégation, encore en vigueur en 1960. Considérés comme des antisociaux, ils effectuaient un long parcours dans l’univers carcéral spécifique des relégués. Ce ne fut pas le choix des psychiatres de 1960. Espérons disposer un jour de ces expertises qui firent lui firent quitter l'univers carcéral pour un hôpital psychiatrique.

 

 

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Varia, ANR SCIENCEPEINE (2009-2013), GRHIS-Justice, Détenus, GRHIS-Justice, Publications, GRHIS-Justice, Sur le crime et le criminel

Les commentaires sont fermés.