Les rebelles aux prises avec les normes juridiques et les pratiques judiciaires (Jean-Claude Vimont)

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

C’était une évidence. Les chercheurs associés à l’aventure éditoriale de Criminocorpus se devaient d’être présents aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois en 2014 et d’offrir dans la revue du site un dossier sur ce thème. Michelle Perrot préside cette édition. Elle impulsa nos recherches, fut la directrice de thèse de beaucoup d’entre nous, et créa un champ historique qui ne cesse de s’enrichir. Elle est membre du comité scientifique de Criminocorpus.

Les rebelles sont omniprésents dans la revue, le blog, les expositions de Criminocorpus puisque la justice et ses coutumes, puis ses codes, a tenté de contenir et de châtier toutes les formes de rébellion, qu’elles soient individuelles ou collectives, pour préserver l’ordre politique, la société et les individus. Les gabelous voisinent avec Pierrot-le-Fou, les régicides avec la bande à Bonnot, les insurgés républicains avec les militants du FLN ou de l’OAS, les auteurs de crimes de droit commun comme ceux qui commirent des crimes « réputés » politiques. L’histoire de la justice, du Droit et du crime, c’est l’histoire de ces associés rivaux, les porteurs d’une norme et ceux qui s’en affranchissent. Mais c’est aussi l’histoire de ceux qui bousculent ou tentent de bouleverser les normes tout en espérant mieux contenir les dysfonctionnements de la société.

Lire la suite de la présentation par Jean-Claude Vimont du dossier Les rebelles face à la justice sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...