Michel Foucault, le GIP, l’histoire et l’action

Thèse d’Audrey Kiefer soutenue en philosophie sous la direction de Monsieur François Delaporte en novembre 2006 à l’Université de Picardie Jules Verne d’Amiens (80) – Mention « Très honorable et félicitations du jury.

Composition du jury :
René Schérer, Professeur émérite de Philosophie, Université de Paris 8,
Alain Brossat, Professeur de Philosophie, Université de Paris 8,
Patrice Pinell, Professeur de Sociologie, IRESCO, Paris,
Olivier Forcade, Professeur d’Histoire Contemporaine, Université de Picardie, Amiens,
François Delaporte, Professeur de Philosophie, Université de Picardie, Amiens.

RÉSUMÉ :

Le premier texte de Michel Foucault sur la prison est un texte militant : il s’agit du Manifeste annonçant, le 8 février 1971, la création d’un Groupe d’Information sur les Prisons. L’objectif de ce collectif est de donner la parole aux prisonniers de droit commun. En 1975, Foucault publie Surveiller et punir. Naissance de la prison. L’objectif de ce livre est de construire une “généalogie de l’actuel complexe scientifico-judiciaire”. À sa lecture, nous sommes surpris de voir une telle prégnance de l’actualité : il est impossible d’oublier l’expérience du GIP. Quelles relations peut-on établir entre ces deux investigations ? Quels liens cette histoire de la prison et l’actualité des problèmes liés au système carcéral entretiennent-elles ?

Dans cette thèse, nous montrons que ce diagnostic porté sur les prisons et leur histoire relève d’une résistance “par logique”. Il exprime également un acte de courage qui, face au pouvoir de normalisation et d’individualisation “descendante”, devient un art de l’ “inservitude volontaire”. Autrement dit : les actions de Foucault au sein du GIP, comme ses recherches historico-philosophiques sur la pénalité, participent de cet êthos selon lequel “contredire est un devoir”.

Cette thèse peut être consultée en ligne sur le blog de l’auteure :

Détentions et rétentions carcérales


Vous aimerez aussi...