L’« Île-prison » : insularité, enfermement et pouvoir dans Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas (1844) (Christophe Lastécouères)

00.montecristoDans l’imaginaire français et occidental, l’île est une figure d’enfermement. Pour bon nombre de contemporains ayant vécu entre la fin du xixe siècle et la première moitié du siècle suivant, l’île qui symbolise le mieux cette dimension répressive est l’île du Diable, en Guyane, parce que le capitaine Dreyfus y a été enfermé et que cet enfermement a été perçu par une partie de la société comme le signe de la barbarie. Pour la plupart des Européens qui ont vécu au XIXe siècle, l’association naturelle entre l’insularité et l’enfermement a emprunté une autre voie : elle a été entièrement construite à partir d’une œuvre de fiction, Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas. Le succès de cette construction provient de la manière dont Dumas a élaboré son matériau romanesque en puisant dans le réservoir de l’histoire de la prison politique. Le château d’If est en effet l’une des plus vieilles prisons d’État de France1. Par ailleurs, le contexte de la parution de l’œuvre, publiée initialement sous forme de feuilleton entre 1844 et 1846, est marqué par le violent débat qui anime les élites autour de la question de l’isolement cellulaire des prisonniers politiques et de son application, entre 1840 et 1844, dans la forteresse du Mont-Saint-Michel. Les opposants à ce régime de détention sont alors convaincus qu’il conduit à fabriquer des « fous ». De fait, Edmond Dantès et l’abbé Faria sont incarcérés, au château d’If, dans une sorte de quartier des « fous ». Pourtant, Dumas s’est émancipé de la réalité historique. Dès la parution de l’œuvre, au mois d’août 1844, le pouvoir politique a renoncé à « encelluler » les prisonniers politiques. Le choix d’un mode de détention spécifique des « politiques » par rapport aux prisonniers de droit commun n’est pas récent : cette tradition libérale remonte à l’Ancien Régime et, sous l’Empire, être prisonnier d’État est même considéré par le pouvoir comme un véritable « titre ». À l’aune de cette réalité de la prison d’État, où la mise au secret est toujours une mesure ultime, on mesure la part de fiction qui entoure Edmond Dantès et l’abbé Faria, promis aux rigueurs du cachot pour l’éternité…

Lire la suite de cet article de Christophe Lastécouères sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...