“Mémoires d’un officier de marine négrier – Histoire des services à la mer et dans les ports”. co-écrit avec Albert-Michel Luc, Louis-Gilles Pérault

« …Leur chef parvint à les faire taire et décida que nous serions de suite, et sous bonne garde, conduits à la ville ; une partie d’entre eux s’empara donc de mon compagnon, qui était tombé à terre de faiblesse et de peur, et ils sortirent du fort ; comme ils passaient la barrière, un nègre de derrière, levant son fusil, l’ajusta ; le coup manqua, un autre voulut y suppléer par un pistolet qui rata aussi ; ses protecteurs, car il en avait dans les mulâtres surtout, menacèrent les nègres, et pendant qu’ils s’en allaient, ceux restant se querellèrent, firent avec leurs armes plusieurs gestes menaçants, prirent des tisons allumés… » 

C’est ainsi que Polony raconte l’arrestation qui faillit lui coûter la vie, au moment de l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue (actuelle Haïti) en 1791. 

Claude-Vincent Polony (1756-1828) est l’un des derniers officiers négriers français. Originaire de Rochefort (Charente-Maritime), orphelin de peu de fortune, il entre d’abord dans la marine de guerre et participe à la guerre d’indépendance américaine. 

La paix revenue, le jeune officier se tourne vers un commerce alors florissant : la traite négrière. 

Il effectue trois campagnes de traite entre le golfe de Guinée et Saint-Domingue. Il raconte alors les dangers de la navigation, les maladies et les décès, les longues tractations avec les courtiers, une révolte d’esclaves, sa rencontre avec une princesse capturée, les difficultés de la revente, ses escales périlleuses à Saint-Domingue, en Guyane ou aux Antilles… 

De nouveau dans la marine militaire durant les guerres de la Révolution et de l’Empire, il mène activement la guerre de course, parcourt les côtes d’Amérique et des Caraïbes, approche de nombreux personnages célèbres (Billaud-Varenne, Carrier, Collot d’Herbois, Philippe-Egalité…), participe au camp de Boulogne décidé par Bonaparte pour envahir l’Angleterre… C’est même lui, ironie de l’histoire, qui apporte en Guyane le décret d’abolition de l’esclavage. 

Écrit dans un style alerte, souvent émouvant, parfois sentimental, les mémoires de Claude-Vincent Polony constituent un témoignage rare et passionnant sur la traite négrière et sur la vie d’un officier de marine à la fin du XVIIIsiècle. 

Conservé aux Archives départementales de la Charente-Maritime, ce manuscrit n’avait jamais été publié.

http://www.gesteditions.com/

Montez à bord du navire de Claude-Vincent Polony et naviguez à travers sa mémoire dans les eaux trouble du commerce d’esclave de la fin du 18ème siècle. L’ouvrage “Mémoires d’un officier de marine négrier” co-écrit avec Albert-Michel Luc, Louis-Gilles Pérault nous en parle et retrace, depuis La Rochelle en passant par les Caraïbes, le parcours de ce navigateur via les témoignages qu’il à laissé derrière lui. – Pour écouter le document sonore sur le site de :

https://rcf.fr/culture/livres/memoires-d-un-officier-de-marine-negrier