“L’assassin habite dans le 47 ” alias Jean-Michel Armand nous revient avec deux nouvelles affaires criminelles

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire, nous revient avec les “abstracts des deux dernières affaires enregistrées pour Radio Bulle 93.6. dans l’émission http://radiobulleagen.weebly.com/l-assassin-habite-le-47.html

Attention ! les horaires de diffusion ont changé.
 
Dorénavant, elles sont diffusées chaque jeudi à 12 heures et rediffusion le même jour à 17 h et 21 H et toujours évidemment en podcast sur Radio Bulle 93.6
 
Merci Jean-Michel pour l’enregistrement de ces deux émissions
 

Après avoir commis d’innombrables « petits meurtres » sur le prestigieux site de l’E.N.A.P., Jean-Michel Armand s’invite sur le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … pour nous présenter les émissions réalisées dans « l’Assassin habite dans le 47 » sur RADIO BULLE 93.6

Bonum vinum laetificat cor hominis ? …à voir !

Comment ne pas être compatissant à l’égard d’un homme, bon et honnête travailleur doublé d’un camarade jovial et serviable après qu’il eût cloué définitivement le bec à sa femme à coups de « 12 » Le traiter lui, de « salopard, ordure » et pis encore de… « voleur ! ». Cette virago qui buvait jusqu’à dix litres de vin par jour et qui avait le vin généralement mauvais n’a-t-elle pas cherché à pousser son mari à bout ?

C’est ce qu’on dû penser les jurés de la cour d’assises du Lot et Garonne qui le 31 mai 1956 vont condamner Henri Roudeau – 44 ans- paisible cantonnier à la mairie de Marmande à.…deux années d’emprisonnement assorties du sursis.

On n’insulte pas son mari de « voleur » quand il n’y a aucune raison de le faire. Il y a quand même des limites à ce que peut supporter un honnête homme !

Trois morts sans ordonnance !

On se souvient certainement de l’excellent film de Jacques Rouffio « Sept morts sur ordonnance » (1975), hélas trop rarement rediffusé. Mais qui a en mémoire que cette horrible histoire inspirée d’un fait divers criminel réel trouve ses racines à Agen ? Plus précisément à la clinique du docteur Esquirol qui n’hésite pas, en 1950, à confier au docteur Gilbert Bosquet, la responsabilité administrative et médicale de son établissement. Remercié sèchement moins d’un an après pour des raisons dont seuls quelques « vieux » agenais peuvent se souvenir, l’habile chirurgien trouve rapidement à employer ses talents dans un prestigieux établissement de Reims. C’est dans cette ville que le 24 mars 1952, il massacrera ses deux enfants et son épouse puis se donnera la mort.

Dix sept ans plus tard, dans cette même ville de Reims, un autre médecin massacrera lui aussi sa famille. Derrière ces deux tragédies, se profile – dit-on – le clan du docteur Bouvier, patriarche autoritaire et atrabilaire, ancien maire de la ville durant l’occupation. C’est un tous cas la thèse du scénariste du film, l’écrivain Georges Conchon qui avait réalisé préalablement une enquête minutieuse dans cette ville de province aux secrets pourtant bien gardés.

Agen livrera-t-elle un jour les raisons du départ très précipité du docteur Bosquets ?


Vous aimerez aussi...