236 – Portrait du jour : Jess Kaan, auteur originaire du Nord de la France, à la conscience sociale aigüe

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 236 ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit Jess Kaan  auteur de fantastique polar et thriller

Jess Kaan, né le 11 mai 1974, est un auteur originaire du Nord de la France, à la conscience sociale aigüe.

Après avoir écrit dans les genres de l’Imaginaire, essentiellement du fantastique sous forme de nouvelles, il s’est tourné dès 2013 vers le policier, le policier historique puis le thriller.

Ses intrigues reflètent avant tout son goût de l’éclectisme et son souci constant de l’authenticité. Si le Nord-Pas-de-Calais reste son décor de prédilection, il ne se définit pas comme auteur régional pour autant…

Bienvenue Jess Kaan sur  le blog des “aficionados du crime” . Ph P

__________________________________________________________________________________________________________________________________________

INTERVIEW JESS KAAN pour le Carnet criminocorpus :

“Bonjour Jess, peux-tu te présenter brièvement ? De ta naissance à aujourd’hui…

Disons que je me définis comme un auteur désireux de rester en prise avec mon époque, sans me ruer sur les hashtags populaires du moment… Je suis plus campagne que mégalopole, ancré à mon terroir du Nord / Pas de Calais, amoureux de la variété des gens, de la biodiversité et de la simplicité des vies. De toute façon, on ne part pas de l’autre côté avec une valise pleine de billets et les cimetières sont remplis de gens indispensables.

Dans quels styles écris-tu ?

J’ai commencé par écrire des nouvelles de fantastique horreur au début des années 2000, puis en 2013 j’ai opéré un basculement vers le policier thriller, même si mon avant dernier livre est une enquête avec un fond fantastique. Je me suis aussi essayé à la SF sans science (comprenne qui pourra), à l’heroic fantasy humoristique et même au policier historique.

Quel(s) style(s) a (ont) ta préférence ?

En fait, chaque style est un challenge et je considère que l’auteur doit essayer de les relever en fonction de sa maturité, de son humeur, de ses engagements… Je n’ai pas la pression du « un livre par an », donc j’essaie de varier les expériences… littéraires !!!

Dans quels styles n’as-tu jamais écrit mais que tu aimerais un jour explorer ?

J’aimerais écrire (et c’est prévu) une uchronie, c’est-à-dire une réécriture de l’histoire française. Il y a aussi un roman de guerre commencé, posé, recommencé, appuyant là où ça fait mal dans notre histoire.

Ton enfance, ton adolescence, ta vie adulte, quelles sont tes influences selon ces époques ?

L’enfance, c’étaient les dessins animés, Ulysse 31, Il était une fois…, pas l’Inspecteur Gadget, même si j’étais amoureux de Sophie sa nièce (ce fut sans retour !), l’adolescence c’est la découverte de King, James Herbert, Masterton, Lovecraft… Donc le fantastique. Puis la vie adulte ce fut l’éclectisme dans les épreuves. Je lis de tout, thriller, fantastique, essai, livres sur la PNL etc, etc.

Comment penses-tu que ton écriture a pu évoluer au fil de ces époques ?

J’aimerais dire que les années passant, on a un bagage qui nous accompagne et les regrets pour certains ratés, il y a aussi les expériences formidables. Bref l’écriture suit la vie…

Qu’est-ce qui t’inspire ? Comment le retranscris-tu ?

J’aime les histoires de gens ordinaires, parce que les vrais héros sont là, des quidams qui vivent en privé leurs drames, leurs bonheurs. Je ne suis pas insensible à notre époque, même si parfois elle me dépasse. Elle avait tout pour réussir, la technique, la communication, la connaissance, mais elle a perdu son âme en chemin et sa vacuité lui explose à la figure. Ignacio Ramonet parlait de la pensée unique, Orwell nous avait esquissé notre monde par 1984, d’autres auteurs de SF nous avaient proposé des modèles horribles et je me demande parfois si certains ne se sont pas dits « chiche on essaye ?». Donc voilà ce que je veux raconter, mais sans prendre la tête, je le montre, j’y adjoins un peu d’humour.

As-tu des révélations sur ton prochain ouvrage ?

Déjà il y en a deux. Le premier sort en novembre, il est un ouvrage de commande et je n’ai pas le droit d’en parler avant que le commanditaire en parle… Pour ce blog, le scoop c’est que cet ouvrage mêle enquête et fantastique dans un haut lieu du Nord. Le second, c’est EN CHASSE, aux éditions Lajouanie . 15 mois après Punk friction , notre trio d’enquêteurs se retrouve confronté à des violeurs en série. C’est un bouquin auquel je tiens vraiment, une manière de montrer qu’en tant qu’homme mon empathie va toujours aux victimes, que je n’ignore pas que pour celles qui parlent des milliers se taisent, que l’agression en elle-même n’est pas tout, mais le commencement d’une épreuve horrible. Dans ce roman, Garance Fazuras va réagir en tant que femme aussi. Quant à Lisiziak, il flirte avec la ligne rouge dans la traque d’un tueur en série… Et Demeyer, il a changé en quinze mois, pour des raisons intimes …”

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.