Tennis, alcool et batteries de DCA : les mille et un secrets de la détention des généraux du putsch d’Alger à Tulle

Raoul Salan photographie anthropométrique © archives départementales de la Corrèze

 
Entre 1961 et 1968, les officiers et généraux du putsch d’Alger sont détenus derrière les barreaux de la prison de Tulle. Plus de 50 ans après leur libération, les archives s’ouvrent. 

Edmond Jouhaud : « déclaré coupable d’attentat et complot contre l’autorité de l’État. » André Zeller : « coupable d’avoir sciemment et volontairement organisé et dirigé un mouvement insurrectionnel. » Raoul Salan : « attentat et complot contre l’autorité de l’État. » Maurice Challe : « coupable d’avoir sciemment et volontairement organisé et dirigé un mouvement insurrectionnel. » 

Ces noms sont ceux des principaux instigateurs du putsch d’Alger. Le 21 avril 1961, ils tentent le tout pour le tout à Alger dans un ultime sursaut d’orgueil, soutenus par des militaires de l’armée française en Algérie. Le coup d’État sera réduit à néant quatre jours plus tard…

Robin Bouctot sur le site de La Montagne pour lire l’intégralité de l’article

À lire aussi : Les généraux de l’OAS à la prison de Tulle : réalités et rumeurs, par Pierre Calvas (Crimino Corpus, revue en ligne).


Vous aimerez aussi...