Les bals musette de Paris, lieux de danse et de crime

Pierre-Auguste Renoir, « Bal à Bougival », 1883 – source : WikiCommons

Au tournant du XXe siècle, la vogue des bals musette est symbolique de la fusion parisienne entre cultures populaires auvergnate et italienne. Dans la presse de l’époque, toutefois, l’imaginaire lié à ces bals reste associé à l’univers du crime et aux « Apaches ».

Les bals musette furent, à la Belle Epoque, l’une des distractions nocturnes les plus courues du Paris populaire, de la Bastille à Montmartre en passant par Belleville ou le faubourg Saint-Antoine.

On venait y danser la valse musette, et plus tard le tango ou la java, au son d’orchestres composés à l’origine d’instruments folkloriques et peu à peu remplacés par les plus modernes accordéon, contrebasse et batterie. L’accordéoniste et chanteur Émile Vacher (1883-1869) sera le musicien emblématique du genre.

La presse de l’époque rend compte de cette vogue. En 1914, Le Radical décrit l’alignement des bals de la rue de Lappe, dans le quartier de Bastille (la « Bastoche » en argot), où se trouvent les établissements les plus célèbres …

Le 07/10/2019 par Pierre Ancery – modifié le 08/10/2019 – Pour en savoir plus sur le site de Retronews

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.