239 – Portrait du jour : David Barnouin, l’auteur d’un magnifique premier roman, Chemin(s)

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 239ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit David Barnouin, l’auteur d’un magnifique premier roman, Chemin(s)

David Barnouin exerce le métier d’enseignant en Sciences de la Vie et de la Terre à Nyons.

David est originaire de la Drôme, où il exerce le métier d’enseignant en Sciences de la Vie et de la Terre à Nyons. 

La nature est pour lui une source d’inspiration inépuisable, et il aime restituer dans ce qu’il écrit la puissance et la beauté des paysages qui servent de décors à ses histoires, souvent ancrées dans des lieux précis et singuliers qui l’ont marqué.

Pleinement conscient de l’origine sensorielle des émotions, il tente, par son écriture, d’éveiller tous les sens pour plonger le lecteur non seulement dans l’environnement mais aussi dans le monde intérieur de ses personnages.

Les relations humaines, notamment les relations de couple, sont pour lui un sujet de prédilection, dans tout ce qu’elles apportent comme interrogations, incertitudes et évolutions, et par tout ce qu ‘elles véhiculent comme sensations, du plaisir au dégoût, en passant par la haine ou la peur.

Musicien amateur, il n’avait par le passé laissé libre cours à son inspiration que pour composer quelques chansons. Mais les chemins de la vie et le hasard des rencontres ont poussé David à participer à des ateliers d’écriture, à intégrer un groupe de lecture théatralisée, puis à écrire, assez récemment.

Depuis quelques années, il se laisse ainsi entraîner dans cette nouvelle aventure, accompagné d’amies auteures qui l’ont encouragé à proposer son premier texte, retenu par les Editions Alter Real : « Chemin(s) ». https://editions-alter-real.com/les-auteurs/david-barnouin/

Bienvenue David dans le cercle très prisé des amis du carnet criminocorpus.  Ph P

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

“Le plus beau sourire de Nîmes”, la romancière Anne Combe, auteure d’un premier roman à paraître “Comédie pour un mort”

C’est notre amie,“Le plus beau sourire de Nîmes”, la romancière Anne Combe, qui a procédé à l’interview de David Barnouin, pour le carnet criminocorpus.

David Barnouin est enseignant en Sciences de la Vie de la Terre, à Nyons. Il est aussi l’auteur d’un magnifique premier roman, Chemin(s), édité chez Alter Real , qui raconte l’histoire d’un jeune couple qui entreprend l’ascension des Trois Becs, sommets qui dominent la vallée de la Drôme dont il est originaire. Le texte, symbolique et très sensitif, explore les relations humaines et nous invite à nous interroger sur le sens de l’existence, notamment sur la place de l’homme face à une nature dont David Barnouin nous livre la puissance et la beauté.

Anne Combe : Dans ce roman, tu décris les paysages, les personnes avec beaucoup de précision, de délicatesse et de poésie, en faisant appel à tous les sens. On entre également dans la tête du narrateur et l’on suit son cheminement intérieur, à mesure qu’il évolue dans cette marche très symbolique.

Peux-tu nous en dire plus sur toi, ton parcours et ce qui influence ton écriture ?

David Barnouin : Mon lien avec l’écriture est assez ancien, j’ai toujours ressenti le besoin de coucher sur le papier les moments intenses de ma vie, des sensations ou des ressentis. Une manière d’exorciser mes peurs, de combler des vides, de dire tout bas ce que je ne pouvais pas dire tout haut ou de m’adresser parfois à des personnes qui n’étaient plus là pour m’entendre. Mais aussi une façon pour moi de garder la trace d’émotions profondes ou de moments de plaisir que j’avais peur d’oublier (j’ai une mémoire…disons… capricieuse !).

Cela s’est donc manifesté par des carnets de voyages, des écrits de vacances, mais aussi pas mal de textes poétiques ou destinés à être mis en musique. Mais finalement, il n’y a que depuis quelques années que je me suis autorisé à écrire des textes plus longs, encouragé par des proches qui ont trouvé du sens et de l’intérêt dans ce que je leur ai fait lire.

En ce qui concerne mes influences, j’ai toujours beaucoup de mal à répondre à cette question. Certaines œuvres m’ont clairement bouleversé, comme tout un chacun, mais je ne me suis jamais lancé, suite à cela, dans la lecture des œuvres intégrales d’un auteur en particulier, à tort sans aucun doute ! Si je devais citer quelques-unes de ces œuvres, je dirais : Barrage contre le Pacifique de Duras, La promesse de l’aube de Gary, Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, ou plus récemment Samedi de Ian McEwan

Au final, je crois que je suis plus influencé par mon environnement, par les lieux importants pour moi, par les perceptions que j’en ai, et par les évènements de ma vie et les personnes qui me sont chères que par des textes d’autres auteurs !

A. C. : Qu’as-tu voulu raconter à travers l’histoire de ce couple – l’Homme Brun, la Femme Blonde – qui évolue dans cet immense théâtre naturel ?

D. B. : Je crois qu’il y a dans ce texte deux idées fortes qui sont au fondement de ma personnalité.

La première est la conscience profonde que l’être humain, comme tout ce qui vit aujourd’hui sur Terre, est un miraculé de l’évolution, né d’une série de hasards improbable. Et qu’à ce titre, il se doit d’être extrêmement humble et reconnaissant vis-à-vis de tout ce qui l’entoure, mais aussi vis-à-vis de sa propre existence. Il se doit également de demeurer émerveillé et attentif à tous les signaux qui lui sont envoyés en permanence. Car c’est cette attention permanente, cette vigilance et cet équilibre entretenu avec le monde, qui sont les conditions même de son existence. Ainsi dans ce roman, j’ai tenu à redonner une certaine animalité à l’homme, qui au fil des pages renoue avec des perceptions et des pulsions vitales et primaires.

La seconde idée qui m’est chère, et qui découle de la première, est que l’on ne maîtrise rien de notre existence. L’homme s’évertue sans cesse à planifier son avenir, en ayant la certitude d’orienter son parcours. Il est persuadé de faire des choix éclairés et réfléchis sur les chemins qu’il emprunte. Mais en réalité, notre destin dépend plus des autres, des évènements externes ou de signes parfois insignifiants qui peuvent en une seconde tout changer. Nous passons notre vie sur une crête, et à chaque instant, tout peut basculer. D’un côté comme de l’autre. Et je crois que c’est cette « insoutenable insignifiance de l’être » qui me passionne.

A. C. : Peut-être un mot sur la structure du roman et la place que tu donnes au lecteur ?

D. B. : J’ai choisi une numérotation un peu particulière de mes chapitres, pour refléter au plus près le contenu du texte. Les huit premiers sont ascendants, numérotés de I à VIII, et font le récit d’un début de randonnée faite par un jeune couple qui se lance sur les chemins menant au premier des Trois Becs. L’occasion pour eux de se découvrir un peu plus, après une nuit d’orage sur laquelle s’ouvrent les premières pages du roman.

Le chapitre « neuf(s) » fait l’état d’un renouveau pour ce jeune couple. Ce chapitre permet d’entrevoir leurs projets, leurs envies, leurs désirs mêlés de craintes à s’engager sur un chemin commun.

Puis la numérotation s’inverse, et l’on descend peu à peu dans la profondeur intime de mes personnages. Un compte à rebours est lancé… 8,7,6… La tension monte, et l’on sent que les fantômes du passé s’invitent peu à peu… 3,2,1…

Le roman a aussi l’originalité de se terminer sur trois chapitres qui sont autant de dénouements possibles de l’histoire. Ils commencent exactement de la même manière. Mais à chaque fois un détail infime modifie la chute. Une façon de donner du sens au « s » de Chemin(s), mon titre. Mais également l’envie de laisser au lecteur le loisir d’imaginer d’autres alternatives et pourquoi pas de me les envoyer, via ma page FB davidbarnouinauteur !

A. C. : Quels sont tes projets d’écriture ? Vas-tu continuer à explorer les thématiques du couple et de la nature ?

D. B. : J’ai de nombreux projets en cours mais malheureusement peu de temps à y consacrer. Pêle-mêle un roman noir qui met en scène une femme aux goûts amoureux particuliers, un roman érotique où deux couples que tout oppose voient leurs chemins converger autour d’un recueil de nouvelles d’Anaïs Nine, mais aussi un projet de roman historique et d’anticipation autour d’un autre lieu magique qui a bercé mon enfance… Mais qui se situe cette fois dans le Cotentin ! Bref, des idées multiples, qui ont donné naissance déjà à de nombreuses pages, mais je n’arrive pas à me consacrer à un projet en particulier pour l’instant.

Et comme si cela ne suffisait pas, depuis peu, une nouvelle idée a germé, et je crois finalement que mon prochain roman sera dans la continuité de « Chemin(s) » …

Et si, parmi les trois fins proposées au lecteur, aucune n’était la bonne ?

A. C. : As-tu des dates particulières dans ton agenda pour les semaines à venir, en lien avec ton premier roman ?

Enseignante et maman de trois enfants, écrire pour Pauline Hirschauer est une nécessité qui se conjugue avec le quotidien pas toujours facile d’une vie familiale et professionnelle bien remplie. Mais c’est avec brio qu’elle remporte la palme de l’obstination puisqu’elle a clôturé sa trilogie Les Tribulations de Caméliope en juillet 2019.

D. B. : Je serai à Nîmes le 15 octobre, pour une soiréeà l’Oberge Españole animée par deux auteures qui organisent depuis l’an dernier des rencontres littéraires mensuelles, intitulées « Paroles d’auteurs ». Je profite de cet interview pour vous remercier, toi et Pauline Hirschauer , car vous avez imaginé un concept original qui permet une découverte « multisensorielle » de deux romans par soirée.

Des extraits sont lus par un comédien, François Kopania , accompagné par Tristan Banner au piano, qui instaure une ambiance musicale en lien avec le texte. Un mélange de genres donc, entre musique, théâtre et littérature qui devrait ravir les amateurs Nîmois ! D’autant que l’on peut profiter de tout cela en dégustant une bonne assiette de tapas ou un bon verre de vin !

Pour la suite, je serai le samedi 10 novembre à la bibliothèque de Saillans (26), ville Drômoise où est né le premier chapitre du roman. Puis en dédicace au salon du livre d’Aubenas (les 7 et 8 décembre), à la FNAC de Crest (26) le 14 décembre, et à l’espace culturel du Leclerc de Valréas (84) le 21 décembre !

En espérant vous y croiser…

Pour découvrir l’univers littéraire de David Barnouin et les extraits de son roman Chemin(s) :

rendez-vous sur sa page facebook : davidbarnouinauteur

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique “portrait du jour”

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.