Alexia Stathopoulos : Le “théâtre carcéral”: des complexités sociales en prison et de l’art comme possibilité de créer du commun. Étude menée en France et en Espagne (thèse)

Thèse de doctorat soutenue sous la direction de Marie-Pierre Lassus le 4 avril 2019 au Centre de détention de Bapeaume.

Résumé :

Ce travail s’ancre dans une démarche compréhensive des expériences individuelles du quotidien carcéral. De nombreux entretiens semi-directifs réalisés auprès de différents acteurs des prisons (personnes détenues, personnels de surveillance, CPIP, membres de la direction) constituent les principales références et sources de cette recherche ; c’est en cela qu’ils sont présentés et donnés à lire au même titre que le développement qu’ils nourrissent. Cette enquête tend à comprendre et à montrer que, si la prison a des conséquences désocialisantes et désaffiliantes pour les personnes détenues, le drame social de la prison se joue avant tout dans les nouvelles formes de sociabilité qu’elle induit. Le concept de « théâtre carcéral », fil rouge de ce travail, permet notamment de saisir et de questionner les logiques de « représentation » et de « rôles » (Cf. Erving Goffman) qui sont au cœur des interactions entre les différents acteurs sociaux des prisons ; ces « rôles » sont entendus comme les attentes, les fonctions et les comportements qui sont induits par le statut interne de chaque acteur (qu’il soit CPIP, surveillant ou « détenu »). Malgré des micro « sorties de rôles » et l’existence de nombreuses pratiques d’entraide et de convivialité en détention, les logiques interactionnelles du « théâtre carcéral » restreignent les formes de « présentation de soi » de chaque acteur aux yeux des autres, et dévoilent une appréhension généralisée de la relation à l’autre comme un risque. Ce travail pose l’art, dans le cadre d’expériences artistiques collectives, comme possibilité de sortir du « théâtre carcéral » pour les personnes détenues, et de (re)créer du « commun » à l’intérieur de la détention, mais aussi entre l’intérieur des prisons et l’extérieur. Cette proposition est illustrée par l’expérience-exposition « Des traces et des Hommes. Imaginaires du château de Selles », réalisée au CD de Bapaume à l’initiative du musée des beaux-arts de Cambrai en 2016. Il s’agit de montrer que les expériences artistiques se distinguent d’autres activités proposées en détention, dans la mesure où elles permettent aux personnes de construire un interstice dans lequel explorer des possibilités de vie (ensemble), et de se (re)connaître dans l’expression créative de leurs individualités ; l’engagement individuel au sein d’un collectif peut en cela changer la donne en termes de rapport à l’autre, en détention d’abord puis dans la perspective de la sortie de prison.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.