240 – Portrait du jour : Christiana Moreau, artiste peintre, sculptrice, auteure

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 240ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Christiana Moreau artiste peintre, sculptrice, auteure du roman « Cachemire Rouge »

Christiana Moreau  est une artiste autodidacte, peintre et sculptrice belge. Elle vit à Seraing, dans la province de Liège, en Belgique. Après La Sonate oubliée  , Cachemire Rouge est son deuxième roman.

Bienvenue Christiana sur le très prisé carnet criminocorpus. Ph P

http://www.christianamoreau.be/

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Bonsoir Christiana.

Bonjour Philippe.

Pour compléter votre portrait voulez-vous renseigner ce petit questionnaire SVP ?

D’accord, avec plaisir.

1 – Pouvez-vous décrire les étapes de votre parcours d’auteur : ce qui a déclenché cette vocation, votre première publication ?

J’ai commencé à écrire très tard. Je suis peintre et sculptrice et après des décennies de peinture, de sculpture et d’expositions, j’avais l’impression de tourner en rond. Comme souvent chez les autodidactes (que je suis), ce qui motive c’est l’apprentissage, le désir d’apprivoiser une technique et lorsque qu’après des errances et des échecs corrigés, le but est enfin atteint, on se lasse et on se prend de passion pour une autre maîtrise à découvrir et à acquérir.

J’ai toujours eu l’envie écrire, de petites choses dans mon coin, mais je n’avais jamais pensé m’y mettre un jour sérieusement. Je griffonnais un poème de-ci, de-là. En peinture, j’aimais raconter par l’image. De temps à autre, des mots et des phrases surgissaient sur la toile comme s’ils voulaient exister par eux-mêmes et c’est tout naturellement que je les ai laissés venir sur la page blanche en leur donnant leur propre vie. J’ai donc écrit un premier roman en 2017, « La Sonate oubliée » aux éditions Préludes et au Livre de Poche qui a reçu plusieurs prix et a été très bien accueilli auprès du public belge et français. À présent, j’ai attrapé le virus de l’écriture et j’ai publié mon deuxième roman « Cachemire Rouge » en avril 2019 aux éditions Préludes et mon troisième sortira en 2020.

2 – Avez-vous des thématiques de prédilection ?

J’aime bien les histoires de femmes qui forcent leur destin, qui refusent la fatalité de leur condition.

J’adore les villes d’art italiennes, l’Histoire et particulièrement la Renaissance et je prends plaisir à mélanger des sujets historiques à des contemporains.

3 – Que pouvez-vous nous dire à propos de votre premier roman ?

« La sonate oubliée » propose un voyage à Venise et dans le temps, afin de rencontrer Vivaldi, l’un des plus grands compositeurs de l’époque baroque et rendre hommage aux orphelines musiciennes auxquelles il enseignait la musique. Elles étaient virtuoses et très réputées au XVIIIe siècle, mais enfermées pour toujours dans l’anonymat.

C’est l’histoire de Lionella, d’origine italienne, mais qui habite à Seraing (ma ville). Elle ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante. Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et… une partition pour violoncelle qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi. Elle plonge alors dans le destin d’Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l’Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel « le prêtre roux », Antonio Vivaldi, enseignait la musique.

4 – Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

J’ai publié en avril 2019 un deuxième roman « Cachemire Rouge », une ode à l’amitié et au courage.

Trois destins liés par un fil rouge, celui d’un précieux cachemire tissé de manière ancestrale. Toscane. Alessandra est fière de la qualité des pulls et étoffes qu’elle vend dans sa boutique de Florence. Une fois par an, elle va s’approvisionner en Asie. Jusqu’à ce coup de foudre pour le cachemire rouge filé par une jeune fille, Bolormaa. Dans les steppes de Mongolie, celle-ci mène une existence nomade avec sa famille, en communion avec la nature. Mais, lorsqu’un hiver glacial décime leur troupeau de chèvres, elle doit quitter ses montagnes pour travailler à l’usine en Chine. C’est là qu’elle rencontre XiaoLi. Bientôt, dans l’espoir de se construire un avenir meilleur, les deux amies font le choix du départ. De l’Asie à l’Europe, du Transsibérien jusqu’en Italie, elles braveront tous les dangers pour prendre leur destinée en main et tenter de réaliser leur rêve.

Mon prochain roman sortira en octobre 2020 sous le titre : « La dame d’argile » aux éditions Préludes.

Et j’en ai plusieurs en cours d’écriture…

J’ai donc bel et bien le virus pour quelque temps encore.

Merci Phil

Merci à vous,

Christiana.

http://www.christianamoreau.be/

 

 

 

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet Criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...