La Fronde pour l’égalité salariale hommes-femmes, dès 1897

Femmes préparant des sardines pour les conserveries de Penmarch, Finistère, circa 1920 – source : WikiCommons

« À travail égal, salaire égal » : dès sa création, le quotidien exclusivement féminin La Fronde exige l’égalité salariale, se faisant l’écho des injustices en la matière, à un moment où la notion de « féminisme » reste encore balbutiante.

C’est un frémissement. À la fin du XIXe siècle la notion de féminisme reste encore floue. Le mouvement manque d’un texte fondateur dont il pourrait se réclamer et ne possède pas de structure fédératrice : il se traduit en associations éparses, sans liens entre elles, parfois concurrentes.

En décembre 1897, dans un pays encore peu acquis à la cause des femmes, Marguerite Durand lance La Fronde, quotidien féminin et féministe. Celle qu’on surnomme « la Frondeuse » veut ainsi fédérer en un titre les idées, les luttes et les figures du féminisme hexagonal.

L’originalité de La Fronde : ne pas être seulement un journal destiné aux femmes, mais un quotidien conçu, rédigé, administré, fabriqué et distribué exclusivement par des femmes. Journalistes, rédactrices, collaboratrices, typographes, imprimeurs, colporteurs, l’équipe est entièrement féminine. Marguerite Durand entend ainsi prouver que des femmes peuvent réussir dans le monde du journalisme, fortement dominé par les hommes, et qu’une entreprise de presse peut fonctionner sans recourir à leur assistance…

Pour en savoir plus lire le billet publié  par Marina Bellot – modifié le 17/10/2019 sur le site de Retronews.


Vous aimerez aussi...