1920 : la presse découvre un nouveau mouvement : le « fascisme » italien

Deux fascistes italiens en uniforme, Agence Rol, 1923 – source : Gallica-BnF

Le mouvement fasciste, dirigé par Benito Mussolini, naît en Italie en 1919. La presse française, assistant à sa montée en puissance, insiste – parfois avec bienveillance – sur la dimension violemment anticommuniste de l’organisation.

1919. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Italie se trouve dans une situation politique instable. Les caisses de l’État sont vides. La perte de la côte dalmate, donnée à la Serbie pour former un nouvel État, la Yougoslavie, déçoit l’opinion et nourrit le thème de la « victoire mutilée », qu’accroît un fort ressentiment contre la classe politique traditionnelle. Beaucoup d’Italiens, enfin, craignent une révolution communiste dans le pays.

Une configuration dont Benito Mussolini, directeur du journal Popolo d’Italia, voit rapidement quel profit il pourrait tirer. En mars, il crée à Milan un nouveau mouvement politique : le Faisceau italien de combat, dont l’idéologie exaltée mêle confusément revendications nationalistes et sociales.

L’année suivante, l’organisation est désormais dominée par les représentants de l’ultradroite. Auto-proclamé « parti de l’ordre », le Faisceau abrite en son sein des militants radicaux, les « squadristes » (squadra d’azione), animés par des valeurs guerrières…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 03/10/2019 par Pierre Ancery – modifié le 04/10/2019 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...