249 – Portrait du jour : Jean-Baptiste Ferrero – “C’est si bon de botter le cul des méchants”

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 249ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit Jean-Baptiste Ferrero auteur de romans policiers dont Banlieue Est qui- paraîtra le 26 octobre aux éditions lajouanie

Jean-Baptiste Ferrero est diplômé en philosophie à l’Université Paris Sorbonne (Paris 4) en 1984 et en communication à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) en 1988.

Ancien Directeur général de la JPG Conseil, il est Directeur de la communication à la SYAGE depuis 2012.

BienvenueJean-Baptiste sur  le blog des “aficionados du crime” . Ph P

____________________________________________________________________________________________________________________________________

“J’ai toujours écrit. Des poèmes, du théâtre, des nouvelles et bien sûr des romans. L’écriture est pour moi une espèce d’évidence qui est autant liée à mon goût pour les histoires, qu’à l’excès d’empathie dont je suis affligé.

J’aime que l’on me raconte des histoires, de toutes les façons possibles et bien sûr, très vite m’est venu le désir d’en raconter à mon tour. Quand j’écris, j’ai l’impression de renouer avec les vieux conteurs qui, jadis, autour du feu, au cœur de la nuit, faisaient rire, trembler ou pleurer leur auditoire.

Et puis je suis une éponge à émotions : je suis sans cesse assailli par les émotions, les destinées, les heurs et malheurs des personnes que je croise. Si je ne transformais pas tout cela en histoire, je crois que ma caboche finirait par exploser.

Longtemps, j’ai écrit « pour le tiroir » comme disait Isaac Babel et durant de longues années j’ai même totalement cessé d’écrire : manque de confiance en moi, fort sentiment de « à quoi bon ? » et conviction que ce que je produisais jusque-là était sans intérêt.

Et quand je m’y attendais le moins, une image s’est imposée à mon esprit : un homme triste assis au chevet d’une mourante, dans une chambre d’hôpital. La lumière bleutée est coupée en tranches jaunes par le soleil filtrant au travers des stores. Un jazz mélancolique baigne la scène.

Thomas Fiera venait d’entrer dans ma vie.

Thomas Fiera c’est mon héros, mon ami, mon frère, mon double diront certains. C’est le détective joyeusement anar et tristement dépressif qui hante tous mes polars, héros récurrent qu’accompagne une fine équipe d’aventuriers un peu barjots.

Toutes ses aventures sont noires, âpres, pleines des tensions et des soubresauts que connaît notre société, mais également drôles, impertinents, acides et provocateurs.

En tant que consultant, je traîne mes guêtres depuis bien longtemps dans le monde des entreprises et ce que j’y ai vu n’est pas réjouissant et souvent révoltant. Alors j’ai confié à Thomas Fiera le soin de dire ce que je ne peux pas dire, de faire ce que je ne peux pas faire et en employant des méthodes bien éloignées des mœurs policées du consulting.

Fiera m’a redonné goût à l’écriture et suffisamment confiance en moi pour que je m’attelle à d’autres projets sans rapport avec le polar – j’ai notamment un conte fantastique et philosophique qui paraîtra en février chez Ramsay : Animus – mais je sais que j’aurai toujours besoin de Thomas et de sa joyeuse petite bande.

Sa prochaine enquête – Banlieue Est – paraîtra le 26 octobre aux éditions lajouanie et deux autres aventures, déjà écrites, attendent sagement leur tour.”

Bibliographie :

Les enquêtes de Thomas Fiera

Mourir en août, éditions du 38 (épuisé)

Heureux les élus, éditions du 38 (épuisé)

Antithèse, éditions du 38 (épuisé)

Le fils prodigue, éditions du 38 (épuisé)

Banlieue Est, éditions Lajouanie

8 histoires de fantômes, L’ours polar

Le Petit Fiera illustré, L’ours Polar

Littérature blanche :

Animus, Ramsay (à paraître en février 2020)

Essai :

Manager sans harceler, Editions AFNOR

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITES 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.