250 – Portrait du jour : Pierre, Max Bourguignon alias “Maxbarteam” « La vie, les femmes, les hommes et le vélo »

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 250ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit Pierre, Max BOURGUIGNON alias “Maxbarteam”, ancien officier de gendarmerie et auteur de cinq romans, collection “Du Noir au Sud” chez Cairn Editions à Morlaas 64, : « Balles perdues à Moliets », « Palombes,Tursan et sale Ami », « Ca flingue sur la grande boucle » « Le cocu sort du nid cocu » et « Quand disparaît la Dame ».

Ses romans, nés de son imagination, entraînent le lecteur dans les enquêtes menées par la gendarmerie avec comme personnages principaux, le maréchal des logis chef Morgan Teillagorry et le gendarme Marcel Parayous.

Bienvenue Maxbarteam sur  le blog des “aficionados du crime” . Ph P

________________________________________________________________________________________________________________________

Pierre, Max BOURGUIGNON, né le 04 septembre 1952 à Vielle-Saint-Girons dans les Landes (40) , motard depuis longtemps, mon pseudonyme, Maxbarteam découle de la fameuse bande dessinée Joebartem .

Pierre BOURGUIGNON est officier gendarmerie retraité a été placé en garde à vue il y a quarante six ans par son épouse, une adorable toulousaine. Père de deux filles de 38 et 40 ans, l’une occitane passionnée de chevaux, pratiquante de haut niveau en concours complet, l’autre parisienne motarde use la gomme sur les divers circuits, il a depuis quelques années du mal à suivre le rythme.

Il passe son enfance à Vielle-Saint-Girons puis à Bordeaux pour ses études secondaires.

Il commence sa carrière de gendarme à la brigade Sigoulés (24), puis Eymet (24) à cause de l’équipe de rugby locale dont il fait partie. Après l’obtention du grade de maréchal des logis chef il est muté à la brigade de Geaune (40) qu’il commande.

Volontaire pour l’outre-mer il obtient le poste de Chef adjoint de la brigade de Saint-Pierre et Miquelon qu’il rejoint avec sa famille, puis celui de Commandant de brigade à Miquelon, De retour en métropole il commande la brigade Saint-Florent le Vieil 49 (Maire – Hervé de Charette, ministre des Affaires Étrangères). Formateur relais antidrogue pour le département il intervient deux ou trois fois par semaine dans les classes primaires. Il sera ensuite adjoint au commandant compagnie de Castres (81), pour terminer capitaine, chargé de l’intervention, adjoint au colonel commandant le département de Haute-Garonne à Toulouse.

Arrive enfin la retraite, on peu dire que Maxbarteam à voyagé ! Après les voyages le sport, marathon, golf, cyclisme, activités qu’il poursuit encore aujourd’hui en compétition.

C’est donc à ce moment que Maxbarteam écrit son premier ouvrage « La vie, les femmes, les hommes et le vélo ,  », chez Gascogne éditions en 2014. Un recueil de 99 histoires avec pour fil conducteur le vélo mais qui traite avec humour surtout de la vie de tous les jours, le genre humain, ses défauts et ses qualités.

De 2015 à ce jour , il publie cinq romans, collection “Du Noir au Sud” chez Cairn Editions à Morlaas 64, : « Balles perdues à Moliets », « Palombes,Tursan et sale Ami », « Ca flingue sur la grande boucle » « Le cocu sort du nid cocu » et « Quand disparaît la Dame ».

Tous ces romans relatent des enquêtes judiciaires menées par deux gendarmes de base, des brigadiers prénommés Morgan et Marcel, atypiques et truculents. L’humour prime, « Sérieux sans se prendre au sérieux » étant sa devise.

Officier de police, directeur de nombreuses enquêtes judiciaires au cours de sa carrière, homme de terrain, Maxbarteam évoque des faits particulièrement crédibles tels qu’il se déroulent ou pourraient se dérouler dans la vraie vie, tout en faisant rêver le lecteur. Ces investigations sont très réalistes mais avec une absence totale de gravité (Cent pour cent sans sang). Une parfaite opposition à certains romans sanguinolents, suédois, américains, traduits… Sans doute que côtoyer la misère humaine tout une carrière vous pousse à ne pas en parler.

Ce qu’il souhaite, c’est donner un coup de projecteur sur l’activité réelle des gendarmes de base, cheville ouvrière de l’arme, les brigadiers sans qui la Gendarmerie ne serait rien. Totalement méconnus du grand public qui ne les imagine qu’en bordure de route armés d’un radar et les confond parfois avec le garde champêtre.

Le gendarme de la petite brigade possède les mêmes prérogatives que le commissaire de police de Lyon, Marseille, Nantes. Perquisitions, saisies, interpellations, mise en garde à vue, voilà son domaine.

Voilà le monde de Maxbarteam, (voir son site maxbarteam.com) Tous ses romans se déroulent dans le département des Landes – Made in Fran.., non, Fait Landais – et vous y découvrirez des lieux merveilleux. Tous les départements de France sont beaux, il suffit de les découvrir, il vous parle des Landes. Écrire un polar, rien de plus facile, mais deux, trois, quatre… sans redondance, tous différents, sans la moindre situation identique, c’est plus compliqué. Et surtout il faut que ce soit « bien écrit », c’est ce qu’en disent ses lecteurs, un style simple, mais bien écrit. Des romans de gare, certes, il assume, le Goncourt n’est pas en vue, mais ce n’est pas ce qu’il recherche. Son but : Vous donner la « banane » à chaque page et du suspense jusqu’à la dernière.

BIBLIOGRAPHIE

· La vie, les femmes, les hommes et le vélo (Gascogne 2014)

Enquêtes des brigadiers landais · Balles perdues à Moliets (Cairn 2015) ·

Palombes, Tursan et Sale Ami (Cairn 2016) ·

Ça flingue sur la grande boucle (Cairn 2017) ·

Le cocu sort du nid (Cairn 2018)

· Quand disparaît la Dame. (Cairn 2019)

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITES 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.