AFFAIRE PIERRE GOLDMAN – Article rédigé pour le journal périodique « l’ORAJGE »

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

AFFAIRE PIERRE GOLDMAN

Pierre Goldman arrive au Palais de Justice d’Amiens, entouré de gendarmes, pour le sixième jour de son procès devant la Cour d’Assises de la Somme, le 03 mai 1976 © AFP / AMIENS, FRANCE

Paris, le 20 septembre 1979, un homme de 35 ans est abattu de neuf balles dans le corps alors qu’il se trouvait à l’entrée de son immeuble, place de l’Abbé Georges Henocque. L’individu en question porte le nom de Goldman, c’est le demi-frère du chanteur et musicien Jean-Jacques Goldman, un homme au parcours atypique qui faisait souvent la une des grands quotidiens nationaux. Son histoire décrite notamment dans l’ouvrage de Michael Prazan : Pierre Goldman, le frère de l’ombre restitue la trajectoire d’un homme devenu malgré lui le symbole d’une génération et trace le portrait de celui qui fut chronologiquement : militant d’extrême gauche, guerrillero en Amérique latine, braqueur, prisonnier puis journaliste.

Pierre Goldman est né pendant l’occupation nazie à Lyon le 22 juin 1944. Il est inscrit sous un faux. Enfant d’un amour discret entre une résistante et un volontaire au 5ème régiment des chasseurs d’Afrique puis engagé au sein de la M.O.I (main d’œuvre immigrée). Une fois la guerre terminée, ses parents n’envisagent pas de vivre ensemble, sa mère préférant retourner en Pologne. Son père épouse alors une autre femme avec laquelle il aura 3 autres enfants (dont Jean-Jacques Goldman).

En 1968, la jeunesse occidentale est en ébullition et une révolte culturelle rejette le modèle de ses ainés. L’heure est au changement de mœurs et la jeunesse épouse alors une idéologie libertaire. C’est dans ce contexte que Pierre Goldman adhère à l’Union des Etudiants Communistes (U.E.C) et il adopte les idéaux internationalistes mais derrière cette utopie, Pierre Goldman cache sa volonté de rejoindre une révolution armée.

Il part à Cuba puis au Venezuela où il deviendra braqueur pour financer la guerilla qui gronde en Amerique latine. Révolutionnaire désintéressé de la vie militante, Goldman est animé par une volonté de renverser le pouvoir par les armes. En outre, c’est lors de ses différents voyages en Amérique du sud qu’il se familiarisera à l’espagnol et se plongera avec avidité dans les festivités.

De retour en France, Goldman se laisse tenter par le gangstérisme et c’est aux côtés de quelques amis antillais qu’il enchainera les braquages et les vols. Le 19 décembre 1969, un braquage dans une officine se soldera par le meurtre de deux pharmaciennes. Goldman sera soupçonné puis arrêté, jugé et condamné à perpétuité. Incarcéré à Fresnes, il s’ensuit alors une campagne de presse en sa faveur de la part de journalistes et personnalités publiques. Il sera finalement rejugé et acquitté.

Durant son séjour, il reprend ses études, entame la rédaction de son livre Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France. Une fois libéré, sa réinsertion sera des plus pénibles. Il est pourtant diplômé et entouré de ses proches mais ses vieux démons le hantent. Bien qu’il occupe une place au sein de la rédaction du journal Libération et il se heurte violemment aux membres de la rédaction pour ses prises de position différentes. Il se consacre alors uniquement à sa passion : la musique latine et s’installe avec sa compagne qui attend un enfant.

Mais à la fin des années 70, il sera assassiné par un groupe non identifié se revendiquant du nom « Honneur de la police » (nom qui sera par la suite réutilisé pour des menaces adressées à Coluche alors qu’il evisageait de se présenter aux élections présidentielles de 1981). Il aurait alors payé de sa vie, sa proximité récente avec les indépendantistes basques de l’E.T.A et meurt abbatu par un commando probablement composé en partie de Jean-Pierre Maoïne-Libaude (1) et René Resciniti de Says (2), des barbouzes au service du G.A.L (3).

Article rédigé pour le journal périodique « l’ORAJGE » modifié et publié en 2019


(1) d’après Lucien Aimé-Blanc dans L’indic et le commissaire
(2) d’après Christian Rol dans Le Roman vrai d’un fasciste français
(3) Grupos Antiterroristas de Liberación, G.A.L) étaient des paramilitaires espagnols chargés de la lutte contre l’E.T.A


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search