Le patrimoine de la justice (appel à contributions)

In Situ. La revue des patrimoines, publie cet appel à contributions valable jusqu’au 29 novembre 2019.

 

Depuis 1992 et l’ouvrage La Justice en ses temples, et le colloque de 1994 à l’Institut des hautes études sur la justice (IHEJ), peu de travaux ont été consacrés à cette thématique, en dehors d’un hors-série ancien de la revue Monuments historiques, et de l’ouvrage d’Étienne Madranges Palais de justice de France, en 2011. Un récent numéro de la revue Monumental, consacré au patrimoine de l’enfermement, a permis de faire un point sur le corpus des bagnes et prisons.

Ce patrimoine apparaît aujourd’hui peu connu et menacé. Les fermetures massives de tribunaux ont affecté les ensembles immobiliers, dispersé le mobilier de qualité et les collections, ainsi que les bibliothèques et les archives. Les reconversions ont très souvent contribué à la disparition d’éléments de décors et d’aménagements intérieurs. De récentes mises aux normes, pour l’accessibilité et la sécurité, ont également fait peser des risques de dénaturations d’espaces et d’aménagements anciens. Un certain nombre de protections au titre des monuments historiques ont permis d’accompagner ces changements et certaines transformations, avec l’ajout d’éléments contemporains, apparaissent comme une nouvelle étape de l’histoire de la Justice en France et de l’évolution de ses pratiques.

Ce numéro de la revue In Situ vise également à interroger, dans chaque axe développé ci-dessous, les frontières du patrimoine judiciaire. Frontières géographiques qui pourront être questionnées à partir des fonctions ou des formes des bâtiments, pour y relever des signes d’acculturation. Frontières conceptuelles à partir d’objets limites tels que les scellés judiciaires, pièces à conviction, instruments de police scientifique…

Pourront être abordés les thèmes suivants :

Le patrimoine architectural

Outre un bilan de la recherche actuelle, cette thématique permettra de s’interroger sur la reconnaissance patrimoniale de l’architecture de la Justice et sa préservation. L’enjeu sera celui de dresser un corpus de lieux à travers le temps et la géographie : fourches patibulaires ; parlements ; palais de justice ; tribunaux ; prisons / bagnes portuaires, bagnes coloniaux, …

Des exemples d’édifices ou d’ensembles d’édifices permettront d’aborder la question des réutilisations révolutionnaires, des programmes du xixe siècle, jusqu’aux cités judiciaires du xxe siècle.

Les projets de restauration/rénovation et les créations récentes pourront également être présentés et commentés au regard de la préservation du patrimoine et des nouveaux besoins de la Justice. De même, la question des reconversions et des requalifications pourra être abordée.

Il sera enfin possible de s’interroger sur les lieux de crimes protégés (résistants torturés, fusillés) et par extension la notion de « dark tourism » et des « prisons Grévin » (Bodmin Jail, Alcatraz…).

Décors et mobilier de la justice

La Justice a de tout temps fait appel à des objets ou des décors pour asseoir son pouvoir. Outre les objets médiévaux liés à ce domaine, ainsi que certains décors encore en place, il sera possible d’évoquer les grands ensembles peints et sculptés du xixe siècle, la politique de dépôts de l’État dans les lieux de la Justice, ainsi que le 1 % artistique qui concerne les réalisations du xxe siècle.

Aux côtés des décors, ce seront les objets « du quotidien » de la Justice qui pourront être étudiés (urnes, fauteuils, barre des témoins, costumes…) ; de même, les questions des crucifix retirés en 1905 et la présence de telle ou telle allégorie pourront être développées, ainsi que les protections au titre des monuments historiques d’objets mobiliers ou le sort des bibliothèques lors de déménagements/travaux.

Archives de la justice

Les archives de la justice sont à la fois des objets du patrimoine judiciaire et des instruments pour connaître la justice du passé. On accueillera ici des études sur des fonds particulièrement représentatifs et sur les problématiques liées à leur conservation et à leur valorisation : archives anciennes ; fonds spécialisés ; la couverture de certains procès (restriction en huis clos ou ouverture au public, dessins d’audience, enregistrement audio-visuel) ; les fonds photographiques ; les scellés judiciaires, les dessins d’audience et les instruments existants ou en cours de constitution.

Images de la justice et des justiciables

La représentation de la Justice à travers le temps est un vaste corpus qui pourra être analysé et questionné : enluminures, peintures, sculptures, estampes et caricatures, …

Outre les représentations artistiques, il sera intéressant d’aborder celles du xxe siècle, avec la photographie et la vidéo, autour des cartes postales du premier tiers du siècle, mettant en scène les lieux de la justice ; le dessin de presse et la presse populaire illustrée ; les études savantes (anthropologie criminelle, criminologie) et leurs liens avec la photographie judiciaire ; les émissions télévisées ; la justice au cinéma dans les films classiques.

Propositions de contribution

Les articles attendus doivent contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne peuvent reprendre la totalité d’un article déjà paru.

Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant le 30 novembre 2019 votre proposition, accompagnée d’un résumé de 1 500 signes maximum et d’un court CV, par voie postale :

In Situ. Revue des patrimoines / Ministère de la Culture / Direction générale des Patrimoines – Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique 6, rue des Pyramides 75001 Paris

À l’attention de Françoise Cosler

Ministère de la Culture
Direction générale des Patrimoines
Revue In Situ
6, rue des Pyramides
75001 Paris
ou par courriel : francoise.cosler@culture.gouv.fr.

Envoyer une copie de votre proposition à : michael.vottero[at]culture.gouv.fr et marc.renneville[at]cnrs.fr.

Les textes eux-mêmes seront attendus au 31 janvier 2020, pour une mise en ligne autour de septembre 2020. La taille des articles sera comprise entre 15 000 et 35 000 signes.

Les recommandations aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc., sont consultables sur le site de la revue https://journals.openedition.org/insitu/401