🔎 Documentaire Histoire de France : Le bagne de Nouvelle-Calédonie / Les forçats du Pacifique

Le bagne de Nouvelle-CalĂ©donie est un Ă©tablissement pĂ©nitentiaire, aujourd’hui disparu, qui fut en activitĂ© de 1864 Ă  1924. De nombreux prisonniers français de mĂ©tropole (environ 21 000) y furent dĂ©portĂ©s.

Répartis en quatre classes (selon leur condamnation), ces déportés pouvaient espérer être libérés sans pour autant obtenir de retour en métropole.

Les 250 premiers « ouvriers de la Transportation » arrivent Ă  Port-de-France le 9 mai 1864 Ă  bord de L’IphigĂ©nie. En tout, 75 convois amèneront, entre 1864 et 1897, environ 21 630 immatriculĂ©s au bagne, selon les estimations d’Alain Saussol. Il existe alors trois types de « bagnards » ou « chapeaux de paille » :

– Les « TransportĂ©s » (selon la loi du 30 mai 1854 sur les bagnes coloniaux) : de loin les plus nombreux, aussi appelĂ©s « forçats » car condamnĂ©s Ă  des peines de travaux forcĂ©s (de 8 ans Ă  perpĂ©tuitĂ©) pour des crimes de droit commun (allant de la simple voie de fait ou attentat Ă  la pudeur au meurtre), ils sont pour la plupart placĂ©s au pĂ©nitencier de l’Ă®le Nou et servent Ă  l’Ă©dification des routes et bâtiments de la colonie, en premier lieu la construction du pĂ©nitencier-dĂ©pĂ´t de l’Ă®le, juste en face du chef-lieu rebaptisĂ© NoumĂ©a, la Nouvelle-CalĂ©donie devenant un théâtre d’expĂ©rimentation de la thĂ©orie sociale du gouverneur de la Nouvelle-CalĂ©donie Charles Guillain, plus saint-simonien que fouriĂ©riste qui veut rĂ©habiliter le bagnard par le travail et lui donner une seconde vie après sa peine en lui offrant des concessions de terre. Parmi les descendants de TransportĂ©s on peut citer les Bouteille, Bouteiller, Chatenay, Colomina, Delathière, Gervolino, Komornicki, Lafleur, Lucas, Mariotti, Pagès, Papon, PĂ©rĂ© et Robelin,. Il y eut 1822 transportĂ©s maghrĂ©bins entre 1864 et 1897 (sur un total de 2166 condamnĂ©s Ă  la transportation, la dĂ©portation ou la relĂ©gation.).

– Les « DĂ©portĂ©s » (selon la loi de dĂ©portation politique du 8 juin 1850) : condamnĂ©s politiques, issus essentiellement des participants Ă  la Commune de Paris de 1871, ce qui fait que les dĂ©portĂ©s sont souvent appelĂ©s « Communards ». 4 250 sont envoyĂ©s Ă  partir de 1872 aux pĂ©nitenciers de l’ĂŽle des Pins, ou de Ducos (pour ceux considĂ©rĂ©s les plus dangereux), avec parmi eux des « cĂ©lĂ©britĂ©s » comme Louise Michel ou Henri Rochefort. Ils obtiennent l’amnistie en 1880 qui les autorise Ă  repartir : moins de 40 familles dĂ©cident de rester faire souche dans la colonie (les Armand, Bourdinat, Cacot, Courtot, Dolbeau, d’autres, comme Adolphe Assi, Louis Boissier ou Louis Roger, restent Ă©galement mais n’ont pas de descendance). Entrent Ă©galement dans cette catĂ©gorie les participants Ă  la rĂ©volte des Mokrani de 1871 en AlgĂ©rie ainsi que les condamnĂ©s des insurrections successives de 1864 (sud-Oranais), 1876 (El Amri), 1879 (les Aurès), 1880-1882 (sud Oranais) : ils sont plusieurs centaines d’« AlgĂ©riens du Pacifique » dont la plupart, malgrĂ© une amnistie en 1895, vont fonder des lignĂ©es calĂ©doniennes majoritairement installĂ©es Ă  Nessadiou et Ă  Bourail (les Abdelkader, AĂŻfa, El Arbi, notamment). Un faible contingent de Tonkinois indĂ©pendantistes rĂ©voltĂ©s, coupables d’un attentat Ă  la grenade au cafĂ© du Hanoi HĂ´tel en 1913, est dĂ©portĂ© en 1914. Parmi eux, Ca-LĂŞ Ngoc Lien, Phan Tuan Phong.

– Les « RelĂ©guĂ©s » ou rĂ©cidivistes, sont aussi condamnĂ©s au bagne Ă  partir de 1885 (Loi Waldeck-Rousseau du 27 mai 1885). Il y a au total plus de 3 300 hommes et 457 femmes relĂ©guĂ©s envoyĂ©s Ă  « la Nouvelle », surtout Ă  l’Ă®le des Pins, Prony ou le Camp Brun de La OuamĂ©nie Ă  Boulouparis.

Une quatrième catĂ©gorie regroupe vite les incorrigibles, criminels endurcis, dont l’administration n’espère aucune amĂ©lioration, et qu’elle affecte aux travaux pĂ©nibles comme les fours Ă  chaux.

Le cantonnement s’effectue au Camp-Est, sur l’Ă®le de Nou, puis au camp de Montravel. L’encadrement est effectuĂ© par un personnel pĂ©nitentiaire important, jusqu’Ă  660 personnes.

Le bagne se transforme, de fait, en entreprise sous-traitante de main-d’Ĺ“uvre aux administrations (chantiers publics), puis aux sociĂ©tĂ©s privĂ©es (SLN, etc). La recette de la location (après une phase de prĂŞt) est affectĂ©e au budget gĂ©nĂ©ral, dont le tiers est perçu par le TrĂ©sor Public, en cas de bĂ©nĂ©fices.

Le nombre de pĂ©naux prĂ©sents en Nouvelle-CalĂ©donie est montĂ© jusqu’Ă  11 110 en 1877, soit les 2/3 des EuropĂ©ens prĂ©sents dans la colonie, et en 1897, date de l’arrĂŞt des convois de transportĂ©s et relĂ©guĂ©s, ils sont encore 8 230.

Après les travaux forcĂ©s, les bagnards doivent « doubler » leur peine en Ă©tant placĂ©s dans des fermes pĂ©nitentiaires et, une fois libĂ©rĂ©s, y obtiennent une terre en concession pĂ©nale. L’administration pĂ©nitentiaire se dote pour ce faire d’un important domaine foncier, largement pris sur les terres indigènes, qui monte Ă  son apogĂ©e jusqu’Ă  260 000 hectares. En tout, les concessions dĂ©finitivement attribuĂ©es aux libĂ©rĂ©s sont Ă©valuĂ©es Ă  1 300 environ. Dix Officiel


Vous aimerez aussi...