De la prison au mémorial : La reconversion de la prison de Montluc à Lyon

Memorial-de-la-Prison-Montluc

La prison de Montluc est située dans le 3ème arrondissement de Lyon, dans la région Rhône-Alpes. Construite en 1921, non loin du fort Montluc, la prison sera tour à tour une prison militaire, puis civile et elle sera en activité jusqu’en 2009. Depuis cette date, elle a fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques et est devenue aussi propriété du Ministère de la Défense. A sa fermeture en 2009, la prison de Montluc fit l’objet d’une reconversion dans le cadre du plan de relance de 2010. Elle est considérée comme l’un des 9 hauts lieux de mémoire national, au titre de l’internement par le régime de Vichy et les autorités allemandes pendant l’Occupation (1940-1944).

 L’architecture de la prison de Montluc

Façade du bâtiment principal de la Prison de Montluc - ©txbrd

Façade du bâtiment principal de la Prison de Montluc – ©txbrd

La prison et le tribunal militaire de Montluc, voient le jour en 1921, sur les terrains du fort Montluc. Elle est composée de plusieurs bâtiments ceints d’un double mur d’enceinte. Le mur extérieur d’une hauteur de 5 mètres est percé de deux portes : une destinée au passage des véhicules, l’autre plus petite est destinée aux piétons. Le mur intérieur renferme une cour coupée en deux par un bâtiment (le bâtiment principal). A  l’intérieur de celle-ci se trouve aussi une infirmerie, ainsi qu’un atelier.

Le bâtiment principal et central est construit en béton armé, sur 3 niveaux d’élévations. Il comprend environ 200 cellules de 4m² environ – 1.80 de large sur 2.20 mètres de long –  ainsi qu’un réfectoire en rez-de-chaussée. Au fond de la cour, se trouve une longue bâtisse en bois, dont l’inscription « Atelier » nous laisse imaginer la fonction originelle du lieu.

Cependant, seulement 11 ans après son inauguration, la prison fermera ses portes car déclarée « insalubre ». En effet en 1932, un rapport de la commission chargée de la surveillance des prisons signale l’état de délabrement dans lequel se trouve la prison. La commission note par exemple le fait que : « le chauffage central ne fonctionne pas dans cette prison ; il est remplacé par des moyens de fortune […] un grand nombre de carreaux manquent aux fenêtres. Au point de vue hygiénique c’est au-dessous de tout ; les ordures traînent dans les cours ; c’est une prison mal tenue ».

Déclarée insalubre, en 1932, la prison ne restera fermée que quelques années. En effet, dès 1939, l’administration militaire  a besoin d’un lieu pour emprisonner. Mais c’est à partir de 1942, que l’avenir de la prison va se jouer. En effet, en novembre 1942, la zone sud est envahie par les nazis et la prison de Montluc va alors revêtir d’un intérêt particulier ; notamment du fait de sa place stratégique dans la ville et de sa proximité immédiate des chemins de fer.

La prison sous l’Occupation 

Après une première réquisition de cellules en janvier 1943, la prison est finalement entièrement réquisitionnée le 17 février 1943 par les autorités allemandes. Les autorités françaises évacuées, la prison de Montluc deviendra alors par la suite un lieu d’internement où furent détenus 7 731 juifs, résistants et otages.

La prison fonctionnait en liaison permanente avec le siège de la Gestapo, situé dans Lyon dans les locaux de l’Ecole de Santé. En effet, plusieurs fois par jour, des véhicules faisaient des allers-retours entre la prison et le siège de la Gestapo. Les détenus y étaient torturés – immersion prolongée, matraquage – par les policiers du Reich, notamment par Klaus Barbie  (chef de la Gestapo dans la région lyonnaise).

Avec la réquisition de la prison par les allemands, le nombre de détenus à Montluc n’a cessé de croître sous l’Occupation. De la cave au dernier étage du bâtiment principal était entassée la grande majorité des prisonniers. Les cellules ont très vite été saturées, puisque dans les cellules d’à peine 4m² pouvaient être détenues jusqu’à 10 personnes. L’espace offert par les cellules étant devenu insuffisant les prisonniers furent aussi détenus dans de nombreuses salles et bâtiments de l’édifice, comme par exemple dans le réfectoire. Réservé aux hommes, il pouvait accueillir jusqu’à 88 personnes. Bien que le confort soit inexistant, la pièce offrait un avantage à ses occupants : l’accès à une pièce annexe disposant de l’eau courante.

Dans son ouvrage Dans les geôles de la Gestapo, souvenirs de la prison de Montluc, Émile Terroine, nous dresse une description du réfectoire :  « Mesurant environ 10 à 12 m de long sur 8 mètres de large et 4 mètres haut, elle est percée de 4 fenêtres. […] Trois de celles-ci s’ouvrent au levant, garnies de barreaux et aveuglées jusqu’à mi-hauteur par un panneau de bois ; la dernière fait face au midi, l’ouverture n’est pas obturée mais les vitres sont recouvertes d’un badigeon opaque. Il ne faut pas, en effet, que nous puissions regarder dans la cour sur laquelle donnent ces fenêtres. »

Dessin de Franck Sequestra, incarcéé au Fort Montluc en 1941-1942. Source : Mémorial de la prison de Montluc

Dessin de Franck Sequestra, incarcé au Fort Montluc en 1941-1942.
Source : Mémorial de la prison de Montluc

A la surpopulation carcérale, il fallait aussi ajouter l’insalubrité des lieux. De nombreux témoignages font en effet état de la présence des punaises qui dévoraient les détenus, surtout la nuit. Elles étaient omniprésentes à Montluc – dans les paillasses, les couvertures, armatures en bois – et n’offraient aucun répit aux détenus. Aussi, faut-il préciser les traitements auxquels étaient soumis les détenus : des geôliers très durs, la violence, les coups de sifflets, les hurlements, les nombreuses interdictions au sein de l’établissement.

Tous ces facteurs jouaient bien entendu sur le moral des détenus. Toujours dans son ouvrage, Emile Terroine, évoque l’état de résignation dans lequel se trouvait une grande partie des personnes détenues à Montluc : « Il faut bien le dire : la bonne tenue de bon nombre d’entre nous était beaucoup plus faite de résignation devant l’inanité de toute action, d’abandon devant l’inéluctable, d’une sorte d’engourdissement progressif de l’intelligence et de la volonté que d’un réel courage à envisager un sort regardé bien en face. »

Au fond la cour, se trouve la baraque en bois – l’Atelier – qui aux mains de la Gestapo, va devenir l’endroit principal où seront parqués les juifs arrêtés dans la région lyonnaise. Soumis aux mêmes dures conditions de détention, un grand nombre d’entre-deux vont être déportés vers les camps de concentration.

En effet à partir de 1943, Montluc devient une étape, bien plus qu’un lieu où l’on purge une peine. Etape vers les interrogatoires, mais surtout étape avant la déportation. A Montluc, les détenus étaient appelés « avec ou sans bagages ». Pour les prisonniers avec bagages : la déportation vers Auschwitz ou encore Mauthausen. Pour les autres, « sans bagages » étaient bien souvent synonymes de poteau d’exécution : à l’intérieur de la prison-même (sur le chemin de ronde) ou bien aux environ de Lyon (Doua, Bron …).

Libération de Montluc

Les collaborateurs incarcérés au fort de Montluc - Ina.fr

Les collaborateurs incarcérés au fort de Montluc – Ina.fr

Après le débarquement de juin 1944 sur les côtes normandes, la répression allemande s’intensifie : de nombreux massacres sont perpétués et d’autres actes effectués en représailles de l’avance alliée. On peut alors citer les faits du 11 août 1944. Plus de 600 détenus sont embarqués dans le train 14166  et déportés vers les camps de Struthof, Ravensbrück et Auschwitz, trois semaines seulement avant la Libération de Lyon. Le 24 août, les allemands menacés par l’attaque de Villeurbanne abandonnent la prison. Par la suite, Montluc sera le lieu de détention de ceux qui ont collaboré avec l’Occupant. : «Les prisonniers d’hier sont aujourd’hui devenus les gardiens de leurs geôliers ».

[Vidéo de l’INA du 23 septembre 1944  « Épuration à Lyon : les collaborateurs incarcérés au fort de Montluc »]

 

Procès de Klaus Barbie : le procès historique et médiatique du « Boucher de Lyon » 

Retour de Klaus Barbie à Montluc, cette fois-ci inculpé pour crime contre l'humanité. 1983.

Retour de Klaus Barbie à Montluc, cette fois-ci inculpé pour crime contre l’humanité. 1983.

Pour la première fois en France, un homme était appelé à répondre devant une cour d’assises pour des faits de crime contre l’humanité. Klaus Barbie, plus communément appelé le « Boucher de Lyon », s’était exilé en Amérique du Sud à la fin de la Guerre et était depuis recherché par les Alliés comme criminel de guerre.

Les crimes comme l’humanité étant devenus imprescriptibles depuis une loi du 26 décembre 1964, Klaus Barbie fut renvoyé devant la Cour d’assises du Rhône pour répondre notamment des faits du  6 avril 1944 et du 11 août 1944.

Le retour du Klaus Barbie à Lyon fut un événement très médiatique. En effet, près de 900 journalistes du monde entier furent le déplacement pour l’occasion. Tenu à Lyon, du 11 mai au 4 juillet 1987 en présence de nombreux historiens appelés à témoigner, le procès fut enregistré en intégralité, en application à la loi voté le 11 juillet 1985. Cette loi, à l’initiative de Robert Battinder, qui était alors Garde des sceaux, tend notamment à la constitution d’archives audiovisuelles de la Justice.

 

De la prison au mémorial Montluc

Dans le processus de patrimonialisation de la prison, il faut noter le rôle essentiel du milieu associatif. En effet, les associations des anciens internés et rescapés de Montluc, ont entrepris très tôt des démarches pour classer la prison, entretenir la mémoire des lieux par des commémorations et rassembler des archives. Comme c’est bien souvent le cas, la conservation et la patrimonialisation de certains lieux est effectuée dans une relative « urgence ».

A Montluc, la reconversion du site a été impulsée par de grands événements tels que le procès Barbie en 1983 ou encore le classement de la ville de Lyon au patrimoine mondial de l’humanité en 1998, mais aussi et surtout à la perspective de déménagement des trois prisons de Lyon dans les années 2000.

En activité jusqu’en 2009, la prison pour femmes de Lyon, laisse donc place à un mémorial, qui ouvrira seulement une année plus tard. La transformation du site a mobilisée de nombreux acteurs. La reconversion a été activement pilotée par le Préfet de Région, ainsi que par le procureur Viout qui a coordonné les parties civiles lors du procès Barbie dans les années 1980. Aussi, faut-il une fois de plus souligner le rôle très actif des associations.

Inauguré par le secrétaire d’état aux anciens combattants, M. Hubert Falco, le 14 septembre 2010, la prison devient un mémorial, qualifié de « Haut Lieu de Mémoire ».  La reconversion avait pour maître-mot la « sobriété » afin de retranscrire le climat de détention mais aussi par respect pour tous ceux qui sont passés dans ces murs. Une grande partie du site est accessible au public (réfectoire, cour, cellules). Dans les cellules un espace sobre est créé : une affiche, un visage et un témoignage dans chacune d’entre elles. Le but étant de permettre aux visiteurs de mettre un visage sur un témoignage, et ainsi de donner en quelque sorte la parole à ceux qui y ont passés des heures sombres de leurs vies. Anonymes, grands noms de la Résistance (tel que Jean Moulin) ou encore des enfants tristement célèbres : les Enfants d’Izieu, font l’objet d’une valorisation à travers des témoignages ou des récits destinés à sensibiliser les visiteurs sur cette période historique.

Cellule de Jean Moulin et Réfectoire du Mémorial de la prison de Montluc - ©CHRD

Cellule de Jean Moulin et Réfectoire du Mémorial de la prison de Montluc – ©CHRD

 

Vues de l'intérieur de la prison de Montluc - ©txbrd

Vues de l’intérieur de la prison de Montluc – ©txbrd 

 

Un déséquilibre mémoriel lié aux histoires multiples du lieu

La patrimonialisation de Montluc, est exclusivement portée sur la période de 1943-1944. Cependant Montluc est un lieu où les mémoires et les histoires se succèdent. Si pour certains la reconversion est réussie, d’autres dénoncent un «déséquilibre mémoriel ». Ce qui nous amène donc à nous poser des questions sur la notion même de patrimoine et des problèmes liés à la patrimonialisation d’un lieu riche en histoires : à savoir quelles périodes de l’histoires valoriser et au détriment de quelles mémoires.  Montluc est classé « haut lieu » de la mémoire nationale. Cependant, malgré son histoire riche, certains acteurs dénoncent un « déséquilibre mémoriel » tant au niveau historique que géographique.  On peut alors citer l’absence de mémoire des incarcérations d’indépendantistes algériens.  En effet, certains acteurs et porteurs de mémoire regrettent l’absence de l’histoire liée au FLN. Parmi eux, Monsieur Boudina, ancien condamné à mort et président de l’association des condamnés à mort en Algérie. Ses demandes portent notamment sur « le signalement dans le mémorial de l’existence du couloir de la mort, du lieu de la guillotine et des noms des 11 indépendantistes algériens du FLN guillotinés à Montluc ». Parmi les faits historiques marquants de l’histoire de Montluc, on peut citer également l’internement des étudiants-travailleurs chinois en 1921. Le fait que Montluc ait été choisiecomme lieu de mémoire au détriment des prisons de Saint-Paul et Saint-Joseph gomme le rôle qu’elles ont aussi dans la répression durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

A travers les différents faits historiques qui s’y sont déroulés de 1921 à nos jours, on peut dire que Montluc apparaît donc comme un « lieu de croisement d’histoires et de mémoires ». L’on peut ici saluer à Lyon le fait que la reconversion en mémorial permette de conserver un site majeur de l’histoire carcérale et nationale.

Cependant si aujourd’hui, seule une période de l’histoire de Montluc est mise en valeur, il convient de s’interroger sur l’avenir de ce site, puisque des faits tout aussi importants s’y sont déroulés après la seconde guerre mondiale. Mais à Montluc comme ailleurs, le processus de patrimonialisation est long. Ainsi, peut-être pourrions espérer voir prochainement dans le parcours de visite, une patrimonialisation plus révélatrice des heures sombres qui s’y sont déroulées.

 Sources

 Pour en savoir plus