Meyer Lansky et Bugsy Siegel – les hommes qui firent Las Vegas


Las-Vegas, la capitale mondiale du jeu de hasard est née dans la première moitié du XXème siècle. A l’origine, une panne automobile en 1942 en plein désert Mojave. A son bord, les deux gangsters sans doute les plus réputés de leur époque : Meyer Lanski et Bugsy Siegel. Ce sont les deux hommes qui feront d’une petite bourgade du désert du Nevada, un haut lieu des casinos.

 Lanski est né en 1902 à Grodno dans un village de la frontière russo-polonaise, sa famille part s’installer à New-York dans le quartier des immigrés juifs, Lower East Side. Siegel, autre fils d’immigrants est né en 1906, il possède la double réputation d’être « aussi cinglé qu’une punaise » et « aussi chaud qu’un lapin » d’oû son surnom « Bugsy ». Lanski et Siegel quittent l’école très tôt et vivent de petits larcins. Dès l’âge de 16 ans, Lanski fonde son propre gang de racketteurs et de tueurs à gage. Son homme de main sera Siegel. Ensemble, ils prennent le contrôle des prêteurs sur gages, des courtiers d’assurance, ils sont également employés comme casseurs de grève ou tueurs à gage occasionnels. En 1919, alors qu’ils travaillent pour Arnold Rothstein, premier patron du crime new-yorkais et maitre de l’importation d’alcool durant la prohibition, ils font la connaissance de l’italien Salvatore Lucana dit « Lucky Luciano », qui a grandi comme eux dans les faubourgs du Lower East Side.

Grâce à cette entente, les activités de Lanski prospèrent tant qu’il s’impose comme l’une des grandes figures du crime organisé.

Le 9 mai 1929, Lanski et Luciano réunissent à Atlantic City tous les chefs du crime de l’est américain : Al Capone qui est devenu le maitre de Chicago, Louis Buchalter et son lieutenant Jack Diamond et New-York, Bernstein de Détroit et Hoff Rosen de Philadelphie. Ils proposent d’organiser le Syndicat National du Crime qui sera surnommé deux ans plus tard la « Murder Incorporation ». Luciano et Lanski organisent le syndicat comme une grande entreprise avec un conseil d’administration, une coordination des activités et une structure multi-divisionnelle (2). Ils deviennent dès lors les grands patrons du gangstérisme américain. Mais certains les jalousent, ainsi les deux maitres de la côte est, Guiseppe Masseria et Sal Maranzano demandent à Lucky Luciano de se débarasser de Lansky. Charlie refuse cette trahison, Lansky prépare sa vengeance, il demande à ses deux hommes de main Siegel et Weinberg de tuer Masseria (3) qui sera assassiné dans un restaurant sur invitation de Luciano et de liquider Maranzano ; ce qui permettra à Luciano d’obtenir le titre de « Capo di Tutti Capi ».

Débarrassé de la concurrence des 30-40, Lansky et ses associés ouvrent des casinos en Louisiane et à Cuba. A partir de 1942, Las Vegas nait en partenariat avec Benny Binian. Bugsy investit d’abord pour Lansky dans le Golden Nugget, un motel casino assez minable sur la route de Los Angeles, puis il se lance à partir de 1945, dans la construction du Flamingo, le premier grand casino avec grand escalier en marbre et bois précieux.

 Mais les activités des deux comparses ne s’arrêtent pas : les politiciens firent plusieurs fois appel à eux comme hommes de main. Stephen Wise qui contacta Lansky (4). Dans un élan de colère, Lansky voulut même abattre Goebbels et Goering, invités en même temps que lui dans la villa italienne de sa maitresse d’alors, la comtesse Di Frasso.

 Après la seconde guerre mondiale, les affaires mafieuses dégringolent. Bugsy sera abattu pour sa soif de pouvoir ; Luciano arrêté et extradé vers l’Italie après avoir aidé au débarquement américain en Sicile. Quant à Lansky, il finira ses jours en Amérique après avoir vécu deux ans en Israël et tenté d’y rester. Las Vegas a sans doute une réussite qui réside dans l’exhibition de son histoire sulfureuse.

Article publié dans le journal périodique « l’ORAJGE » et modifié en 2019.

(2) « Les juifs, le monde et l’argent » de Jacques Attali
 (3) « Ce qui est à nous » de David Chauvel
(4) « Yiddish Connection » de Rich Cohen


1 réponse

  1. Journo elvis dit :

    Bel article. Bien construit.