261- Portrait du jour : Régis Tomas, auteur d’un premier roman entre polar et thriller “Vies et mort de Marco Mariotti”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 261ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit Régis Tomas, auteur d’un premier roman entre polar et thriller Vies et mort de Marco Mariotti.

Né en 1973 à Toulouse, Régis Tomas est enseignant. Après quelques réalisations en musique underground, il a écrit aussi bien du théâtre que de la philosophie, avant de se focaliser, pour un temps, exclusivement sur l’écriture romanesque. Il signe avec Vies et morts de Marco Mariotti un premier roman entre polar noir et thriller.

Bienvenue Régis sur  le blog des “aficionados du crime” . Ph P

______________________________________________________________________________________

“N’est-il pas mieux de tenter de deviner le créateur dans sa création, au risque délicieux d’en faire une créature poétique plutôt que de lire un curriculum vitae à la froideur administrative ? N’est-il pas plus stimulant de percer à jour l’énigme du romancier en plus du roman policier ? Aussi vais-je vous donner quelques indices si vous voulez mener l’enquête sur mon compte…

Je suis né le jour du coup d’Etat du général Pinochet au Chili dans une ville rose comme ses briques qui sert de cadre à mon premier roman Vies et mort de Marco Mariotti aux éditions Cairn. Cette première réalisation est à l’image des différentes passions qui m’animent.

La littérature en premier lieu nourrit une écriture qui a trouvé sa personnalité à la lumière noire des romans d’Ellroy, de Lieberman ou de Philip Kerr, mais aussi dans les récits de Maupassant ou les aphorismes d’un Cioran. Mais vous me prêterez sans doute d’autres références que je ne connaîtrai peut-être pas.

La musique, que j’ai pratiquée au tournant du siècle, m’a enseigné le sens du rythme, de la composition, de la justesse des tonalités selon les situations à raconter ; mon écriture présente ainsi une musicalité au diapason de celles que j’écoute en travaillant et qui varient selon les saisons et les humeurs : Ravel, Debussy, Radiohead, Kat Onoma, Bashung, Slayer ; là, vous vous demanderez probablement comment un même individu peut aimer des choses aussi différentes ; un soupçon émergera alors : et si j’étais deux personnes réelles et distinctes, Régis d’un côté et Tomas de l’autre ?…

Le cinéma enfin, et ses maîtres (Scorsese, Coppola, Jackson, Lang…), m’ont montré l’importance du cadrage, de la lumière, des focalisations ; Vies et morts de Marco Mariotti trouve ainsi un prolongement audiovisuel avec une bande annonce conçue avec le réalisateur Romain Fournier (sortie fin novembre/début décembre 2019).

De tout ce qui précède, vous pourriez imaginer un artiste polyvalent, mais pour le coup, la magie désenchanteresse de Google vous apprendra que Régis Tomas est enseignant et a commis quelques articles de philosophie dont un sur le rire. Et là, s’il s’agit bien de moi, vous penserez avoir cerné le bonhomme : les grandes idées se cachent sous les corps homicidés. Que nenni ! Juste une exploration modeste des nuances de la nature humaine, de sa grandeur et de sa misère (tiens, mais on dirait Blaise Pascal ?…) au service d’une tragédie en marche.

De toutes ces influences est né un style patiemment développé par des années de pratique pour arriver à mon objectif : produire un page turner addictif. Objectif atteint ? A vous de juger…”

4ème couverture Vies et morts de Marco Mariotti

Toulouse, 26 janvier 2003. Trois adolescents sont enlevés. Des photos de leurs cadavres ornent peu après les murs de la ville. Leur meurtrier, Marco Mariotti, disparaît dans la Garonne six mois plus tard pour éviter son arrestation.

26 janvier 2013. Mariotti, présumé mort, est aperçu près de l’endroit où l’on commémore l’événement. Une chasse à l’homme démarre aussitôt.

Mais quand Eddy Le Dantec, garde du corps d’un ambitieux leader populiste, et Alice Fauvarque, reportrice en quête de résilience, débutent leur enquête sur le fugitif, la grande manipulation a déjà commencé…

https://www.editions-cairn.fr/

____________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.