262- Portrait du jour : Catherine Wiborg, peintre, illustratrice, et auteur de plusieurs livres parus en Norvège

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 262ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Catherine Wiborg 

Catherine Wiborg est peintre, illustratrice, et l’auteur de plusieurs livres parus en Norvège dont un « beau-livre » sur le littoral de la mer Tyrrhénienne et du golfe de Gène : “På Tokt i Middelhavet” (Croisières en Méditerranée) N.W. Damm&Søn 2003. Elle a également écrit un premier roman historique  “Aurelias’Ære” , édité en Norvège en 2013 chez Historie&Kultur, avant d’écrire “La fille de Cotta “qui vient de paraître aux éditions Memoring . Ce livre est l’aboutissement de plusieurs années de travail et elle remercie le Professeur Yann Le Bohec, professeur émérite d’histoire romaine à l’Université de Paris Sorbonne, d’avoir eu la grande gentillesse d’y écrire une préface. Née à Saint-Malo et mariée à un Norvégien, elle habite en Norvège, mais séjourne régulièrement en France. Elle divise son temps entre la peinture et l’écriture. Elle a récemment exposé une série de tableaux sur le thème des milieux marins au Domaine du Rayol au Rayol-Canadel et y exposera en 2021 une série d’aquarelles sur la flore méditerranéenne.

Bienvenue Catherine sur le très prisé et discret carnet criminocorpus. Ph P

____________________________________________________________________________________

Du “beau-livre au roman historique” :

C’est en préparant“På Tokt i Middelhavet” que m’est venue la première fois l’idée d’écrire un roman. Le pourtour de la mer Tyrrhénienne abonde en personnages intrigants et en histoires secrètes. C’est aussi là que l’Antiquité romaine a laissé ses plus belles traces. Ma fascination pour cette époque date du collège et je la dois au professeur de latin inspiré qui nous a fait découvrir Sénèque. Ce Stoïque particulièrement humain qui, de son exil en Corse, composait pour sa vieille maman et un peu pour lui-même sa “Consolation à Helvia” , les nombreux paradoxes de sa vie que je résumerais par “Faites ce que je dis, pas ce que je fais”, m’ont fait franchir d’un bond les deux mille ans qui nous séparent de l’Empire. Mon intérêt pour toutes choses romaines est allé grandissant à la lecture d’autres auteurs latins et à celle d’historiens au talent de narrateur que je salue au passage : leurs ouvrages ont été mon étude mais aussi ma récréation. Ma plus grande dette est cependant envers Pline le Jeune à qui j’ai donné un rôle dans l’intrigue de“La fille de Cotta” et de qui j’ai quelque peu amplifié les travers. Avec son “Panégyrique de Trajan”  et les Lettres bien travaillées qu’il destinait à la publication, ce sénateur “modèle” nous livre un témoignage unique sur la société romaine au début du deuxième siècle de notre ère. Il partage aussi avec nous une des premières lettres d’amour de la littérature latine. À l’époque où il écrit, l’amour conjugal a fait une première et timide apparition comme élément souhaitable dans une union qui, pour être qualifiée de réussie, n’exigeait jusque là des deux époux qu’une estime mutuelle et le partage de mêmes valeurs. Les Romains n’en avaient pas moins un robuste appétit sexuel, comme le témoignent les épigrammes de Martial. Martial est le maître du bon mot, de la phrase qui reste, et il concède volontiers qu’il a pour but d’émoustiller le lecteur. Certains de ses épigrammes figurent dans mon livre avec quelques morceaux choisis de Juvénal, le plus grand satiriste romain. À ces trois auteurs, j’ajoute le merveilleux Ovide, qui appartient à une autre époque mais dont les œuvres ont influencé tous ceux qui ont écrit après lui. Tous m’ont aidée à prendre ‘l’air du temps’ à Rome, sous le principat de Trajan.

La suite de “La fille de Cotta” a pour cadre principal l’Afrique Proconsulaire, l’une des plus prestigieuses provinces romaines, qui correspond géographiquement à la Tunisie et une partie de l’Algérie et de la Libye. Pour ce livre en préparation comme pour le précédant, je voudrais exprimer toute ma reconnaissance au Professeur Le Bohec qui m’a apporté son soutien et qui m’aide à rester dans le droit chemin, celui de l’histoire. Enfin, pour tout le plaisir que j’ai à écrire, aucune création n’est véritablement heureuse sans partage, et je remercie du fond du cœur toutes celles et ceux qui prennent le temps de lire mes romans.”

_____________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.