« L’inévitable prison », L’Année du Maghreb, Marc André, Susan Slyomovics (dir.)

Riche de quatorze contributions, ce volume de la revue L’Année du Maghreb porte sur l’histoire de l’enfermement en Algérie et offre un panorama stimulant sur les recherches actuelles sur cette thématique.

Dans leur introduction, Marc André et Susan Slyomovics rappellent un élément important dans l’histoire récente des prisons françaises : l’écho des révoltes carcérales menées par les détenus algériens au cours des années 1950-1960 sur celles conduites par les détenus (notamment issus de la Gauche prolétarienne) au cours des années 1970. L’héritage de cette lutte a ainsi permis l’obtention d’améliorations notables de la condition carcérale en France à partir de 1975. Cette issue constitue toutefois l’aboutissement d’un long processus débuté au moment de la conquête par la France de l’Algérie, à partir de 1830. Cette conquête s’accompagne de l’importation d’un système carcéral qui, comme l’a analysé Florence Bernault, n’avait pas pour visée, comme en France métropolitaine, de corriger et de réinsérer tous ceux qu’on lui confiait, mais d’asseoir une domination politique et de soutirer un bénéfice économique. Comme l’indiquent les auteurs, l’Algérie présente des particularités au sein de l’empire colonial français parmi lesquelles celle de constituer une colonie de peuplement (et donc de devoir procéder à l’incarcération « d’indigènes », de colons et de métropolitains). Et, surtout, celle d’avoir été le théâtre de deux conflits particulièrement meurtriers (entre 1830 et 1871 et entre 1954 et 1962) qui relie donc son appareil répressif à une histoire intrinsèquement liée à une violence qui a impacté l’ensemble de la population algérienne. Car la capillarité de cet appareil étonne par ses dimensions : l’Algérie fourmille de prisons, de bagnes, de camps d’internement, etc. qui la traversent et ce à toutes les époques de son occupation (et au-delà). Face à cet arsenal et au nombre effarant d’individus qu’il a atteint, les auteurs, en reprenant une formule de Raphaëlle Branche, se demandent légitimement si l’Algérie n’est ainsi pas devenue une « prison à ciel ouvert » (p. 14) durant la guerre d’indépendance algérienne (…)

Lire la suite du compte rendu de Jean-Lucien Sanchez, dans la revue Criminocorpus.

 



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2019, 5 novembre). « L’inévitable prison », L’Année du Maghreb, Marc André, Susan Slyomovics (dir.). Criminocorpus. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndlv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search