Gendarmes, policiers, pompiers, soldats, magistrats et société, XIXe-XXIe siècles (séminaire Jean-Noël Luc, Arnaud-Dominique Houte)

Acteurs, pratiques et représentations de la sécurité

Gendarmes, policiers, pompiers, soldats, magistrats et société,

XIXe-XXIe siècles

Professeur Jean-Noël LUC – Arnaud-Dominique HOUTE, maître de conférences

Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris IParis IV

Maison de la recherche (28 rue Serpente, Paris VIe – mardi 17h-19h, salle D 116, 1er ét.)

Ouvert en 2000, le séminaire de la Sorbonne poursuit deux objectifs.

– Étudier l’histoire, longtemps négligée par les chercheurs, de la Gendarmerie, force militaire et policière – rurale et urbaine – originale et composante des systèmes de sécurité et de défense.

– Étendre les travaux à la Police nationale et aux autres forces (civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles), qui participent, y compris par leurs interactions, à la sécurité, intérieure et extérieure, afin de contribuer au décloisonnement des recherches et à une meilleure compréhension de l’histoire de la sécurité, en France et à l’étranger.

PROGRAMME 

3 févrierLe « Neuvième art », une source historique authentique

Gendarmes, policiers et voleurs dans la bande dessinée franco-belge pendant les Trente Glorieuses (Dr. Arnaud Houte)

10 févrierRetour sur le travail d’un pionnier*

Les gendarmes face aux pelotons d’exécution des cours martiales de Vichy : opposition, réticences et obéissance aux ordres (Dr. Benoît Haberbusch, capitaine de gendarmerie, SHD, et Bernard Mouraz, chercheur à l’ancien SHGN)

* Fils de l’adjudant de gendarmerie Marcellin Cazals, l’un des « Justes parmi les nations », le colonel Claude Cazals a publié, entre 1994 et 2001, les premiers livres documentés sur l’histoire de la gendarmerie de 1940 à l’après-Libération. Les deux intervenants présenteront l’ouvrage, à paraître, qu’ils ont réalisé à partir des notes de cet auteur sur ce sujet et de leurs propres recherches complémentaires.

17 février – Sources et méthodes de l’histoire de la force publique (finPr. J.-N. Luc))

3 mars – Qui fait la police ?

Pratiques et imaginaires de la sécurité citoyenne sous la Troisième République (Dr. Arnaud Houte)

10 mars – La gendarmerie, un acteur privilégié des sorties de guerre

L’ordre après le chaos ? Les gendarmes français dans le Berlin des Années Zéro, 1945-1949 (Manon Colet, master II, Paris-Sorbonne)

24 mars – L’animal, un autre ami de l’historien de la force publique ?

Les animaux, adversaires,  objets d’intervention ou partenaires des gendarmes et des policiers de la Belle Époque (Dr. Laurent Lopez, Centre d’histoire du XIXe siècle et CESDIP)

31 marsPolicer les chemins de fer à l’époque de la Bête humaine

Qui doit faire la police dans les gares ? Des réflexions aux pratiques dans les gares parisiennes du XIXe siècle (Dr. Stéphanie Sauget, maître de conférences, Université François-Rabelais, Tours)

7 avril – L’internationalisation de la lutte contre le terrorisme

Les coopérations policières antiterroristes françaises, de la Guerre d’Algérie à Schengen : esquisse de définition, enjeux bilatéraux et multilatéraux (Thomas Bausardo, doctorant, Université Paris-Sorbonne)

14 avril – Les deux faces du journalisme d’investigation

L’affaire d’Ouvéa vue par la presse, d’avril 1998 à janvier 1990 (Delphine de Vaugelas, master II, Paris-Sorbonne)

 

Séance du 10 février 2015

Retour sur un travail pionnier

Les gendarmes face aux pelotons d’exécution des cours martiales

de vichy : obéissance aux ordres, réticences et opposition 

Chef d’escadron de gendarmerie Benoît Haberbusch, docteur en histoire (SHD)

Bernard Mouraz, ancien chercheur au SHGN et au SHD

I – Une recherche sur l’implication de la gendarmerie dans les cours martiales

a)     L’auteur : Claude Cazals (1936-2010)

Une carrière d’officier de gendarmerie – Le fils de l’adjudant Marcellin Cazals, Juste parmi les Nations – Une retraite consacrée à la recherche historique

b)    Un travail inachevé et complété

État du texte en 2010 – Recherches complémentaires – Recherches des références – Notes infrapaginales et annexes – Élaboration d’une bibliographie complétée et mise à jour

II – L’objet de l’étude : la gendarmerie face à « la justice du pire »

a)     Le cadre réglementaire

Le déni des dispositions du décret de 1903

b)    La Milice au pouvoir

La gendarmerie sous la tutelle de Darnand – Les tribunaux du Maintien de l’ordre

c)     Les réactions ambiguës de la direction

Les gendarmes tiraillés entre obéissance et éthique

III – Les comportements des gendarmes

a)    Une mission acceptée sans discussion

Annecy (4 mai 1944)

b)    L’obéissance forcée

Paris, prison de la Santé (15 juillet 1944)

c)     La solution du refus

Nîmes (3-4 juillet 1944)

Conclusion

Un phénomène historique isolé ? – Un non-objet d’épuration – Une mémoire oubliée

 


Vous aimerez aussi...