Musée du Château de Mayenne : A l’ombre des murailles, quand le château était prison (par J.-C. Vimont)

Le musée du château de Mayenne présente du 22 novembre 2014 au 20 septembre 2015, une exposition de qualité conçue par Mathieu Grandet, directeur du musée, et son équipe. La scénographie et le graphisme, le parcours virtuel novateur à l’aide de tablettes pour accompagner les visites, les dispositifs pour favoriser l’interactivité, notamment avec les jeunes publics, le cycle de conférences, un riche catalogue et une centaine d’objets et de documents d’archives – certains provenant des riches collections hébergées par l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire d’Agen – font de cette exposition temporaire dans un site approprié et prestigieux un élément majeur  de la démarche contemporaine visant à sensibiliser la population au concept de patrimoine carcéral. La scénographie innovante au sein d’un ancien palais carolingien, d’un château qui fut prison du XVIIème siècle jusqu’en 1934 ne pouvait que retenir l’attention de l’équipe de CRIMINOCORPUS qui s’efforce, grâce à ses expositions, de mettre en place un musée de l’histoire de la justice.

La façade du château dominant la Mayenne

La façade du château dominant la Mayenne 

 

Aspects carcéraux de la mémoire du château

Le château de Mayenne retint des prisonniers dès avant la Révolution. Il devint une maison d’arrêt et de correction départementale un peu plus tard et le demeura jusqu’au milieu des années trente du XXème siècle, époque où les effectifs de la population carcérale française avaient décru et où l’Etat se sépara des plus petites prisons. C’est sous la Restauration que l’on commença d’aménager la demeure seigneuriale en une geôle adaptée à l’accueil de prévenus et de condamnés à de courtes peines, des hommes et des femmes, mais aussi des mineurs de justice, des enfants incarcérés par voie de correction paternelle, des militaires, des prostituées, des passagers en transit vers une maison centrale de correction, vers un bagne ou vers un tribunal, des dettiers envers l’Etat ou envers des créanciers privés, quelques aliénés faute d’hôpital psychiatrique. C’était le temps des philanthropes qui préconisaient d’en finir avec la confusion de toutes ces catégories, avec les excès de gardiens, de concierges qui se comportaient comme des aubergistes, avec les cachots malsains et l’absence générale d’air et d’hygiène.  Les membres de la Société royale des prisons souhaitaient moraliser les détenus en créant des quartiers séparés, en introduisant l’instruction et la religion et en mettant les condamnés au travail. Il fallut séparer par des cloisons les vastes pièces du château éviter la mauvaise influence des condamnés sur les prévenus, dresser un mur de séparation dans la cour pour isoler les hommes des femmes, créer des chambres pour les dettiers, les malades, les quelques privilégiés susceptibles de s’offrir une chambre de pistole à l’écart des pailleux déshérités. On agrandit le château pour y loger le greffe et les services de la prison. Une chapelle fut aménagée avec des croisées qui permettaient aux hommes et aux femmes d’assister aux offices sans contacts entre les deux catégories. L’histoire de la prison dans le château, ce furent de multiples bricolages, des percements de guichets ou de croisées ornées de barreaux, l’installation de lourdes portes avec serrures et guichets,  l’acquisition de fers, d’entraves, de registres, de droguets. L’architecture du château de Mayenne conserve bien des traces de ce passé carcéral et il était bienvenu de la rappeler.

L'une des rares croisées du château encore pourvue de ses barreaux

L’une des rares croisées du château encore pourvue de ses barreaux

L'une des inscriptions témoignant du passé carcéral

L’une des inscriptions témoignant du passé carcéral

Château de Mayenne Doc 4

Principale salle de détention

Principale salle de détention

Croisée permettant aux prisonniers d'assister à l'office religieux depuis un dortoir de détention

Croisée permettant aux prisonniers d’assister à l’office religieux depuis un dortoir de détention

Un aspect de la chapelle

Un aspect de la chapelle

Un aspect de la décoration de la chapelle

Un aspect de la décoration de la chapelle

La chapelle

La chapelle

Aspect de la décoration de la chapelle

Aspect de la décoration de la chapelle 

 

Une scénographie innovante

 Il n’est pas évident d’évoquer la vie quotidienne dans une maison d’arrêt et de correction départementale. Les archives ne sont pas muettes mais peu loquaces sur des questions comme le travail forcé, sur les tarifs de cantine, sur les registres de punitions. Les choix des concepteurs de l’exposition parviennent à surmonter ces obstacles, en particulier grâce aux documents d’archives et aux objets collectés par l’ancien musée national des prisons de Fontainebleau.  Plusieurs séquences abordent l’anthropométrie judiciaire et pénitentiaire – le fichage des détenus à la fin du XIXème siècle –  le travail en prison, le personnel de surveillance, les mesures de contention et de répression, les tenues pénales, les entraves et menottes.  On avait d’ailleurs aménagé des cachots dans la tour centrale du château. Des tranches de vies sont évoquées. Les visiteurs peuvent essayer des entraves, manipuler une maquette du château pour comprendre les aménagements carcéraux, laisser des graffiti personnels.  La mise en scène de l’exposition joue sur le contraste entre la modernité, les couleurs vives, les expressions figurées et l’austérité des salles. L’apport d’un dispositif virtuel relié à des bornes permet au visiteur d’aller plus loin dans la compréhension avec des reconstitutions en trois dimensions des locaux de la prison, des dessins de qualité pour mieux imaginer le quotidien des détenus, des documents d’archives.

Introduction à l'exposition avec une reconstitution en 3 D de la prison

Introduction à l’exposition avec une reconstitution en 3 D de la prison

IMG_2965

Entraves

IMG_2981

L’anthropométrie judiciaire et pénitentiaire

IMG_2982

Un bas flanc gravé de graffiti

IMG_2983

Un droguet féminin

IMG_2984

Camisole de force

IMG_2985

Signalement anthropométrique

IMG_2987

fers et entraves

IMG_2990

machine à carder

IMG_2991

Elément de l’anthropométrie. meuble pour mesurer les membres

IMG_2988 IMG_2992 IMG_2998 IMG_3000