“Le faux ami du capitaine Dreyfus : Picquart, l’Affaire et ses mythes” de Philippe Oriol

 
Parution : 23 Octobre 2019 – Dans la mémoire collective, l’affaire Dreyfus est l’histoire d’une victime  : Dreyfus, et d’un héros  : Picquart. Picquart, le brave lieutenant-colonel, qui, découvrant l’erreur qui a fait condamner un innocent, met tout en œuvre pour faire réparer l’injustice, jusqu’à la prison et au sacrifice de sa carrière. En 1906, après la victoire du droit, il est réintégré, nommé général, et bientôt ministre de la Guerre dans le cabinet présidé par Georges Clemenceau.
 
Ce récit ne correspond pourtant pas à la vérité historique que ce livre, sur la base d’une nombreuse documentation inédite, rétablit. Le vrai Picquart, c’est un homme qui, s’il a tenté de faire réparer l’erreur judiciaire, l’a fait plus pour préserver l’armée que pour sauver un homme  ;  qui, dès le début des représailles, a fait marche arrière  ; qui, pour assurer sa propre sauvegarde, a entravé l’action des partisans de l’innocent et ne s’est finalement lancé qu’à son corps défendant, sachant que son propre sort était scellé. Enfin, le «  vrai  » Picquart s’est acharné sur Dreyfus après sa grâce, faisant courir  les plus injurieuses rumeurs, l’attaquant dans la presse avec des propos proches de ceux du camp adverse et, une fois ministre, a refusé de réparer la dernière injustice dont Dreyfus était victime. Comment cet antisémite obsessionnel est devenu un héros permet de comprendre la manière dont l’histoire de France peut se raconter des histoires, afin de se blanchir…
 
Philippe Oriol, enseignant à l’Université de Paris III-Sorbonne, est un des spécialistes les plus réputés de l’Affaire Dreyfus, est l’auteur de l’ouvrage de référence L’histoire de l’Affaire Dreyfus de 1894 à nos jours (Les Belles Lettres, 2014). Il a publié chez Grasset la correspondance inédite du capitaine Dreyfus et de Marie-Louise Arconati-Visconti, Lettres à la marquise (2017).
 
Vidéo d’appui sur le site de https://www.youtube.com/watch?v=T0OIP3YquLc
 
 
 
 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. luc nemeth dit :

    on comprend mal ce qu’est venu faire Grasset dans cette entreprise, dont une phrase du résumé fourni par eux en dit long sur la… haute moralité : “Le « vrai » Picquart, s’il a un moment entrepris de faire corriger l’erreur judiciaire, l’a plus fait plus pour sauver la réputation de l’armée que l’honneur d’un persécuté”. A ce compte on pourrait aussi -et d’ailleurs on ne s’en est pas privés- reprocher aux conjurés du 20 juillet 1944 d’avoir plus agi pour sauver l’honneur de l’allemande que pour lutter contre tout ce que représentait le nazisme.
    Mais venons-en à ce très mauvais livre. C’est précisément dans ce qu’il a de besogneux, que dans sa mauvaise foi il est utile -de par les rappels auxquels il oblige :
    1) à supposer, que le désintéressement existe (les bonnes actions sont toujours récompensées au moins par la satisfaction que l’on y trouve) : même un héros n’est pas toujours “totalement désintéressé”
    2) les héros, le sont rarement dès… le premier jour. Et pour s’en tenir à l’Affaire ce serait ici chose facile de brandir les lettres de Zola (!), de peu antérieures à son engagement et dans lesquelles il exprime encore des hésitations quant à celui-ci, même si déjà il y avait plutôt besoin de le retenir avec un élastique…
    Si pour le reste, Picquart devait avoir été un “antisémite obsessionnel” (pour ma part je le vois plutôt porteur de cet antisémitisme alors courant dans les hautes sphères, militaires ou autres) alors seul un piètre historien peut passer à coté de ce qui constitue l’essentiel, et justifie amplement la sortie du film de Roman Polanski : Picquart n’en aura eu que… d’autant plus de mérite à lutter contre sa funeste passion, pour faire triompher la vérité !

  2. Deville dit :

    En fait c’est bien la genèse du film de Polanski…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.