269 – Portrait du jour : Maurice Gouiran, un auteur majeur, un très grand du polar actuel

 

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 269ème Portrait du jour – Criminocorpus le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Maurice Gouiran. 

Inébranlable. Dans ses polars, Maurice GOUIRAN ne s’attache pas aux chiffres de l’Histoire, il s’attache à la chair, à la terre et aux hommes. Il nous conte les méandres de leurs vies, il met des noms sur les morts… Il fait remonter à la surface les souvenirs, les tabous, les non-dits… Il nous fait sentir les brûlures du soleil, les odeurs des collines, il fait suinter la souffrance et la peur des victimes… Il n’invente (presque) rien, il n’enjolive pas (ou si peu), il ne donne pas de leçon, il nous ouvre les yeux !

Un auteur incontournable, respecté pour la virulence et la justesse de sa plume!

« Le talent de Maurice GOUIRAN nous réveille la conscience, nous ressuscite l’indignation et en refermant ce livre, on se sent plus vivant… » Intramuros

“MAURICE GOUIRAN est un auteur majeur, un très grand du polar actuel” RB.

Grand honneur pour le carnet criminocorpus. Bienvenue Maurice sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

“Je ne vais pas vous bassiner en vous résumant mes 30 polars mais plutôt évoquer les éléments de ma vie qui en expliquent la trame. Je suis d’une génération bénie des dieux qui n’a pas connu la guerre et qui a grandi dans le parfum un peu suranné des trente glorieuses. Je suis né dans un village, au creux d’un vallon cerné par des collines arides et sauvages peuplées de chèvres du Rove.

Je passe mes dix premières années dans la garrigue, à la tête d’un petit troupeau que je ne maîtrise pas du tout, les chèvres m’emmènent toujours où elles veulent et je les suis aveuglement. Mon enfance pastorale est gorgée de soleil, de parfums et – surtout – de liberté. C’est le premier point pour comprendre mes écrits.

À 11 ans, c’est le lycée, l’internat à Marseille. Le choc. Les hivers froids, le vacarme de la circulation, la discipline, le dortoir de 60 lits et les blouses grises. Le début d’un cycle qui me conduira 15 ans plus tard à un doctorat en mathématique. Si j’ai fui les maths – une discipline trop abstraite – pour me plonger dans les délices de l’informatique préhistorique des années 70, ma formation scientifique est essentielle. La mathématique m’a familiarisé avec la sobriété puissante de la forme et la logique implacable du fond. Ma thèse m’a familiarisé avec les méthodes et techniques d’analyse et de vérification des données (très utiles pour dépouiller les documentations à une époque mitée par le conspirationnisme). C’est le deuxième point pour comprendre mes écrits.

Dès 1973, je conçois et réalise Prométhée, la première base de données sur les incendies de forêts qui permet de recueillir trois cents données pour chaque feu éclos dans les 15 départements de la zone méditerranéenne française. Plusieurs centaines de personnes de différents métiers collaborent à cette opération que j’anime. Je publie une trentaine d’études statistiques qui sont à la base de l’évolution des politiques de prévision, de prévention et de lutte contre les incendies de forêts. Déjà de l’écriture… Prométhée devient la première base de données télématique au monde sur le thème des incendies en 1992 (merci, le minitel !) puis la première base sur Internet en 1997. Mon expertise me conduit à effectuer des missions pour la commission des Communautés européennes et par l’Organisation des Nations unies (FAO). Ces missions à l’étranger renforcent mon goût de la découverte et des voyages né lors de mon service national effectué comme coopérant et me permettent de comprendre qu’il existe une véritable entité méditerranéenne. C’est le troisième point pour comprendre mes écrits.

J’ai toujours cherché un équilibre entre un métier passionnant mais très technique et des loisirs, sportifs et artistiques. Pour le sport, ce furent surtout le football et le jogging. Pour le reste, ce furent d’abord la poésie (je suis né dans une famille de bergers poètes), puis la peinture (jusqu’en 2000) et, enfin, le polar.

Comment vient-on au polar ? Je crois qu’il faut avant tout avoir quelque chose à raconter (car les lecteurs aiment les histoires) et la haine de l’injustice. Je crois aussi qu’il faut être authentique et ne pas tricher. Je crois enfin qu’il faut prendre de la distance avec la noirceur de notre monde, voire s’en amuser. Car je me suis amusé en écrivant mon premier récit, « La nuit des bras cassés », préférant l’humour caustique au noir absolu, à la violence et au gore, mettant en scène des villes que j’aimais (Marseille, Rome, New York), des bistrots de quartier que je fréquentais, un peintre que j’admirais (Gauguin), imbibant le récit de fraternité (trois frères qui se retrouvent) en y ajoutant un zeste d’histoire mussolinienne. J’ai écrit ça pour le fun, sans forcément être habité par l’objectif, voire l’obsession, d’être publié. Mes amis ont apprécié, puis le jeu s’est déclenché : j’ai envoyé mon manuscrit à des éditeurs. L’un d’eux, un Parisien, m’a répondu, donné rendez-vous sur le Vieux-Port et posé une question : « Pourquoi vous avez écrit un polar ? ». Tiens donc, j’avais écrit un polar ! J’en étais assez fier, moi qui avais découvert « La moisson rouge » d’Hammett à l’âge où l’on s’ennuie avec « Les Plaideurs » de ce bon Racine. Le polar… Le noir, les rues mal éclairées, les femmes fatales en bas résille, la fumée des cigarettes, le Jack Daniel, le Beretta et l’Underwood… C’était grisant, non ?

Et voilà. Vingt ans plus tard, j’ai écrit une trentaine de polars et j’ai participé à une douzaine d’ouvrages collectifs d’auteurs de romans noirs.

Quel pied d’écrire sur l’amitié et la fraternité, le voyage, l’amour et les amours, la société ! Et l’Histoire aussi. Ma formation scientifique n’a jamais étouffé ma passion pour l’Histoire. J’ai découvert très tôt qu’il suffisait de gratter derrière la version officielle pour dénicher les mensonges, les non-dits ou les oublis. C’est une faille dans laquelle je m’immisce naturellement dès mon premier opus sans même m’en rendre compte. C’est un réflexe mais aussi un signe pour la suite car les non-dits et les mensonges de l’Histoire hantent la plupart de mes polars. On y trouve également, au hasard des pages, des choses importantes : l’esprit libertaire de mai 68, la chaleur des bistrots populaires, l’amour, l’alcool (sous forme de vin, de jaunet et de single malt), l’hédonisme… et la méditerranée.

Derrière les images léchées des cartes postales, la méditerranée est le lieu des clans, de la famille, du vacarme, des migrations, des sociétés machistes qui pratiquent le matriarcat, de la misère et des dictatures. S’il n’existe pas de « polar marseillais » (horrible terminologie de journaleux à laquelle on associe souvent les auteurs nés du côté de la cité phocéenne), il existe véritablement un polar méditerranéen, avec des pères qui se nomment Vasquez Montalban, Camillieri, Izzo, Markaris…

« « La nuit des bras cassés » » a été publiée en 2000. Aujourd’hui, 20 ans après (comme dirait Alexandre Dumas), je ne regrette rien…”

Livres de Maurice Guiran chez http://polar.jigal.com/?page=liens&s=5

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour »

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.