Les usages politiques de l’infamie : l’exemple de la législation sur la brigue électorale des Gracques à Auguste (133 avant J.-C.-14 après J.C.) (Clément Bur)

Rome était une société d’ordres. Tous les cinq ans, des magistrats, les censeurs, dénombraient les citoyens et surtout les classaient dans la hiérarchie civique. Ils sélectionnaient les sénateurs et les chevaliers qui formaient l’élite de la cité, reléguaient les mauvais citoyens dans les unités de vote qui pesaient le moins et n’hésitaient pas à exclure du Sénat ou de l’ordre équestre ceux dont la conduite s’était révélée indigne d’un tel rang. Ces dégradations ressortissaient de ce qu’on appelle l’infamie. Sous ce terme, je regroupe toutes les incapacités fondées sur l’indignité, comprise comme la transgression de l’horizon d’attente que la collectivité avait pour ses membres et qui dépendait donc du statut. L’infâme était ainsi stigmatisé tout en étant maintenu dans la communauté, son crime n’étant pas suffisamment grave pour mériter une exclusion totale. Pendant plus de deux siècles, les censeurs, qui jouissaient d’une grande autorité parce qu’ils étaient auréolés d’une longue et prestigieuse carrière, furent les seuls habilités à dégrader un citoyen et cela arbitrairement, d’après leur propre appréciation. Ils s’assuraient surtout du respect des devoirs civiques et se montraient plus rigoureux à mesure que l’on s’élevait dans la hiérarchie civique, s’efforçant de ne recruter dans les ordres supérieurs que ceux qui se distinguaient par une vie exemplaire, aussi bien publique que privée. Dans cette perspective, les condamnés dans les tribunaux attiraient certes leur attention, mais rien ne les obligeait à les déclasser, quel que fût leur crime. Vigilants gardiens de la République, les censeurs veillaient au bon fonctionnement du régime aristocratique romain fondé sur le principe de l’égalité géométrique. De la sorte, les aristocrates pouvaient s’affronter pour l’obtention des honneurs, tout particulièrement en briguant les magistratures. Cet agôn pacifique structurait la classe dirigeante romaine qui était une noblesse politique, reposant sur l’exercice des plus hauts commandements et sur la compétition pour y accéder. Chaque année, tous les capitaux (économique, social, symbolique) étaient donc mobilisés en prévision des élections afin de recueillir l’imperium ennoblissant ou de franchir les étapes préalables. Les ambitions, personnelles et lignagères, étaient telles que parfois des candidats transgressaient les règles pour s’assurer la victoire. Un de ces modes de transgression était l’ambitus


Vous aimerez aussi...