Jean Jaurès contre les « lois scélérates » anti-anarchistes

Illustration tirée du Bulletin de la Société d’Études Jaurésiennes, 1905 – source : Gallica-BnF

 
Entre 1893 et 1894, le gouvernement fait voter trois lois visant à combattre les mouvements anarchistes responsables de plusieurs attentats. Ces textes liberticides engagent Jean Jaurès dans une bataille contre la censure et la corruption.

Au début des années 1890, la France est frappée par une série d’attentats anarchistes.

En mars 1892, Ravachol pose des bombes contre Edmond Benoît, président des Assises, et contre l’avocat général Bulot. Même si le « Rocambole de l’anarchisme » est arrêté et guillotiné, une vague d’attentats s’abat sur Paris qui culmine avec deux événements majeurs : une bombe lancée à la tribune de la Chambre des députés le 9 décembre 1893, par Auguste Vaillant (dont il s’avère qu’il a été manipulé par la police pour provoquer une répression massive contre les milieux anarchistes) et l’assassinat du président de la République Sadi Carnot le 24 juin 1894 par le jeune anarchiste italien Sante Geronimo Caserio.

L’opinion publique s’affole, la presse s’émeut et trois lois d’exception sont votées en urgence pour lutter contre les mouvements anarchistes.

Le 12 décembre, on modifie la loi sur la liberté de la presse : désormais, la provocation indirecte, l‘apologie, est punie et elle suffit à un juge pour ordonner saisie et arrestation préventive.

Le 18 décembre : une nouvelle loi permet d’inculper tout membre ou sympathisant d’une « association de malfaiteurs » (dont font partie les groupes anarchistes) sans faire de distinction. Elle encourage aussi la délation.

Enfin, le 28 juillet 1894 la loi cite directement les anarchistes en leur interdisant toute propagande. De nombreux journaux anarchistes, comme Le Père peinard, sont interdits.

Pour en savoir plus lire les billets publiés par  Michele Pedinielli – modifié le 12/11/2019 sur le site de Retronews

Née en 1968 à Nice, Michèle Pedinielli est « montée à la capitale » pour devenir journaliste puis conceptrice de sites web et community manager.

De retour dans sa ville natale pour retrouver du bleu et du soleil, elle participe au concours de nouvelles policières organisé par le festival Toulouse polars du sud et décroche la troisième place avec “Celle que l’on ne voit pas”.

Sur sa lancée elle écrit le roman policier “Boccanera” qui est édité en 2018 aux éditions de l’Aube . Toujours rédactrice, elle collabore à retronews.fr, le site d’actualités historiques de la BNF…

Pour en savoir plus  : 245 – Portrait du jour : Michèle Pedinielli , le polar féminin à la sauce niçoise sur :

https://criminocorpus.hypotheses.org/101041


Vous aimerez aussi...