L’expérience enfantine du premier conflit mondial : entre désir de guerre et propagande

Walter Williams en 1915 et 1917• Crédits : Anamosa

Trop âgés pour être forcés d’aller à l’école mais trop jeunes encore pour partir au front, quel fut le destin des adolescents-combattants de la Première Guerre mondiale ?

La langue est une arme dans laquelle les mots sont des munitions et les figures de style de l’artillerie lourde. C’est le cas avec les oxymores, quand deux mots contradictoires sont alliés : « l’obscure clarté » évoquée par Corneille dans Le Cid ; les « splendeurs invisibles » de Rimbaud ; la « boucherie héroïque » de Voltaire dans Candide. La guerre s’arrange bien des oxymores quand il est question de « frappes chirurgicales », de « guerre propre », de « guerre humanitaire », ou encore de guerre enfantine. En 1923, le jeune Raymond Radiguet publie un livre sublime, Le Diable au corps dans lequel il raconte sa liaison – alors qu’il n’a que 14 ans – avec Alice, dont le mari est au front, dans les tranchées. Dans les premières lignes du livre, Radiguet explique « ce que fut la guerre pour tant de très jeunes garçons : quatre ans de grandes vacances ». Quatre ans de vacances, de 1914 à 1918 et un sublime scandale. La guerre festive, la guerre enfantine, terribles oxymores quand des enfants se font occire !

Entre désir de guerre, propagande et ferveur patriotique, comment comprendre aujourd’hui ces soldats juvéniles qui décidèrent envers et contre tout que leur place était sur le champ de bataille ? Nous recevons aujourd’hui Manon Pignot, historienne, maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de Picardie Jules Verne. Elle est notamment l’auteur de L’appel de la guerre, des adolescents au combat, 1914-1918, paru aux éditions Anamosa en 2019…

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site France culture

LE COURS DE L’HISTOIRE par Xavier Mauduit


Vous aimerez aussi...