“Les vrais durs meurent ” de Maurice Gouiran

Intrigants, fouineurs, humanistes, dérangeants, historiques, noirs et déroutants,les romans de Maurice GOUIRAN ne désarment jamais !

Qu’un légionnaire assassiné nous entraîne dans les méandres de la guerre d’Algérie… passe encore ! Mais quand deux, trois puis quatre de ces mercenaires à la retraite sont retrouvés égorgés, difficile d’imaginer que d’autres guerres plus anciennes, l’Indochine ou la 2e guerre mondiale, puissent en être la cause ! Et pourtant… Des faubourgs d’Alger au trésor perdu des nazis, du delta du Mékong aux lacs autrichiens, de New York au camp des oubliés de Sainte-Livrade, Clovis, égal à lui-même, va parcourir le monde et relire l’Histoire afin de démêler ce sac de nœuds aux racines obscures ! Mais quel est donc le lien entre les habitués du Beau Bar, ces virils baroudeurs, les rapatriés et la Madone de Botticelli ?

Mêler dans un même roman l’Indochine, la guerre d’Algérie et la 2e guerre mondiale, il fallait oser ! C’est pourtant ce que Maurice GOUIRAN entreprend ici avec talent… Et Maurice GOUIRAN ne baisse pas la garde et ses romans ne désarment jamais – intrigants, documentés, fouineurs, humanistes, dérangeants, historiques, noirs et déroutants –, ils grattent là où ça fait mal, ils retournent le couteau dans la plaie, ils ne vous lâcheront pas la conscience ! Comme dans chacun de ses polars, l’intrigue est finement ciselée. Mais encore, mais surtout, les hommes, les femmes, les lieux, l’Histoire qui peuplent ce polar et lui donnent chair, sang, corps et âmes – Biscottin, Wilhem, Alexandra, Le Polack, Hans, Trunq et les autres – possèdent cette petite chose, cette étincelle qui rend ce récit vivant, palpable et si réaliste qu’une fois le bouquin posé, vous vous demanderez encore si vous avez rêvé ! L’Algérie – avec ses horreurs, ses tabous et ses ignominies –, l’Indochine – et ses milliers de rapatriés abandonnés dans un camp du Sud-Ouest – c’est toute une partie plutôt scabreuse et souvent méconnue de l’Histoire que Maurice GOUIRAN aborde ici avec son habituelle verve ! Et au-delà des mots, comme une indélébile marque de fabrique, il n’oublie jamais les exclus, les paumés, les éternels oubliés, tous ceux sans qui Clovis Narigou, son héros récurrent, ne saurait exister et qui sont véritablement le « sel » de ses romans !

« Maurice Gouiran offre à ses lecteurs un condensé de son savoir-faire de conteur d’histoires dans l’Histoire, de professionnel de la littérature noire. Passionnant de bout en bout ! » La Cause Littéraire.

Parution le 18 mai 2015

GRAND PRIX LITTÉRAIRE DE PROVENCE 2018

PRIX LA RUCHE DES MOTS – POLICIER 2017
PRIX COUP DE CŒUR BLUES & POLAR 2013
PRIX LIVRESSE DE LIRE 2013
PRIX SANG D’ENCRE DES LYCÉENS 2003
PRIX VIRTUEL DU POLAR 2006 pour “Sous les pavés la rage

Inébranlable. Dans ses polars, Maurice GOUIRAN ne s’attache pas aux chiffres de l’Histoire, il s’attache à la chair, à la terre et aux hommes. Il nous conte les méandres de leurs vies, il met des noms sur les morts… Il fait remonter à la surface les souvenirs, les tabous, les non-dits… Il nous fait sentir les brûlures du soleil, les odeurs des collines, il fait suinter la souffrance et la peur des victimes… Il n’invente (presque) rien, il n’enjolive pas (ou si peu), il ne donne pas de leçon, il nous ouvre les yeux !

Un auteur incontournable, respecté pour la virulence et la justesse de sa plume!

« Le talent de Maurice GOUIRAN nous réveille la conscience, nous ressuscite l’indignation et en refermant ce livre, on se sent plus vivant… » Intramuros
“MAURICE GOUIRAN est un auteur majeur, un très grand du polar actuel” RB.

269 – Portrait du jour : Maurice Gouiran, un auteur majeur, un très grand du polar actuel : 

https://criminocorpus.hypotheses.org/103915

 


Vous aimerez aussi...