Vincent Duclert : « Jamais Picquart n’a été le précurseur de Zola, jamais il n’aurait écrit “J’accuse” »

POUR ILLUSTRER LES PAPIERS SUR LE COUP D’ENVOI DES CELEBRATIONS DU CENTENAIRE DE L’AFFAIRE DREYFUS ». (ARCHIVES) en incrustation sur une reproducton de la Une de l’Aurore du 13 janvier 1898, portrait non daté du romancier Emile Zola qui fit publié il y a cent ans sous le titre « J’accuse », sa vibrante défense du capitaine Alfred Dreyfus accusé à tort d’avoir livré à l’état-major allemand des renseignements militaires et condamné en 1894 au bagne en Guyane. Le 9 mai 2006, le Consistoire central organise dans la Grand’Chambre de la Cour de cassation, là même où avait été rendu le 12 juillet 1906 l’arrêt réhabilitant définitivement le capitaine Dreyfus – condamné deux fois par la justice militaire pour haute trahison – et démontrant sa totale innocence. AFP PHOTO (Photo by – / AFP)

Préambule d’Irène Théry

Sur le film de Polanski, le plus important est de lire les critiques historiques faites par un grand spécialiste de l’affaire Dreyfus, mon collègue à l’EHESS Vincent DUCLERT. Il ne nie pas la qualité du film, au contraire, mais il met en garde contre la réécriture de l’histoire que le film promeut. Non seulement le colonel Picquart ne ressemble absolument pas à Zola et le présenter en précurseur au point d’inventer une rencontre impossible entre eux et d’intituler le film « J’accuse » est trahir la vérité, (Duclert souligne que ce « dreyfusien » et non pas « dreyfusard » ne s’est jamais départi de son antisémitisme, a surtout lutté pour ne pas être lui-même mis en difficulté par sa hiérarchie, et a contribué ensuite à ce que Dreyfus ne soit pas pleinement réintégré une fois innocenté) mais le film dénature le portrait de Dreyfus lui-même, en en faisant une pure victime alors que lui et le groupe de ses proches ( sa femme, son frère, des amis) ont été des COMBATTANTS.

C’est sans doute sur ces graves distorsions, nous fait comprendre Duclert, que les enjeux privés du réalisateur ont influencé le film et éclairent la critique qu’on peut et doit faire de l’oeuvre en tant qu’elle donne à voir de façon à la fois très accomplie cinématographiquement et fausse historiquement, un moment capital de notre Histoire.
Conclusion : on peut aller voir le film en spectateurs informés et critiques, capables d’un jugement complexe. C’est ça, la démocratie.

Les travaux de longue haleine et les interventions de Vincent Duclert aujourd’hui sur l’affaire Dreyfus sont un exemple remarquable de l’apport possible des sciences sociales au débat public Bernadette Lambotte

L’historien Vincent Duclert estime que le film de Roman Polanski donne une image héroïque qui trahit la réalité du militaire engagé pour faire innocenter Dreyfus.

Par   Publié le 12 novembre 2019 à 10h04 – Mis à jour le 12 novembre 2019 à 14h29

Pour en savoir plus lire l’article sur le site Le monde


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. guitard dit :

    la thése de Duclert et Oriol est contredite par les témoignages de l’époque ( Proust, Mirbeau, Zola , Clemenceau, Labori…) elle est la conséquence de la scission du camp dreyfusard lorsque la famille dreyfus a négocié la grace de Dreyfus en échange de l’aministie des miltaires dpont Esterhazy , Paty de Clam, Boisdeffre…) ce qui empechait toutes poursuites pour les crimes commis à l’encontre de l’état de droit ; cette rupture violente est la conséquence du procés de Rennes où Labori ( blessé par balle ) fut indignement écarté car il voulait attaquer l’état major et le ministère au profit de Demange . il s’en suivit une polémique entre les extrémistes ( Picquart, Clemenceau, Labori…) et les partisans de la négociation plutot que de la bataille pour les idées…L’attitude de Picquart à ce moment là contredit totalement la propagande de Reinach . lisea Jean Santeuyil ou le livre de Vigouroux et vous verrez qu’il y a deux camps après le procés de Renne et que prendre parti n’est pas un travail d’historien…on peut ajouter qu’il y a plus d’antisémitisme chez Jaurès que chez Picquart …En fait tout ceci pour masquer que dés l’affaire dreyfus il existe un antisémitisme anticapitaliste que Duclerc et Oriol veulent ignrer par engagement politique . Mais samir Picquart en le traitant d’opportuniste parce qu’à la suite de ses démarches pour la justice et l’honneur de l’armée il est envoyé en tunisie, persécuté qu’il craint pour sa vie et a peur pour Madeleine Monnier ( ce qui aura lieu ) est honteux de la part d’universitaire qui ont une boutique et n’ont jamais eu à faire preuve de courage cela va s’en dire

  2. guitard dit :

    je m’attends à une censure évidemment à une époque où Proust est qualifié d’antisémite