La Division nationaliste révolutionnaire, dernier né de la mouvance skinhead

Les membres organisent des soirées de musique nationaliste où sont réalisés des saluts hitlériens. | Capture d’écran

La ligne idéologique est claire, tout comme les opinions des membres. Certains versent dans le complotisme, la plupart dans l’antisionisme, l’antisémitisme, la xénophobie et l’islamophobie.

Salut hitlérien, tatouages à la gloire des SS, glorification de la collaboration… Alors que trois sympathisants du groupe néonazi Blood & Honor, dissous en juillet 2019, sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Marseille pour participation à un groupe de combat, voici le dernier né de la mouvance. Son nom? La Division nationaliste révolutionnaire (DNR).

Parti des rives de la Corrèze il y a un peu moins de deux ans, le groupuscule a fait parler de lui à l’occasion d’une soirée organisée en Bretagne le 20 avril dernier, date de l’anniversaire d’Adolf Hitler. Simple hasard du calendrier, selon son président. Pourtant, la DNR affiche sans complexe son amour du Troisième Reich sur les réseaux sociaux où elle noue désormais des contacts à l’international…

Pour en savoir plus lire Delphine-Marion Boulle — 18 novembre 2019 sur le site de Slate