Qu’avons-nous fait des gueux ?

Illustration du troisième livre de La vie des Gueux• Crédits : Jacques Lagniet

Des mercelots, des mendiants, des bohémiens, de la littérature de gueuserie et du jargon qui la fit.

Au programme, des gueux, du jargon, de l’argot, beaucoup d’argot, celui du bout du 16ème siècle et pour le collecter un texte matrice, du temps où les titres informaient tout à fait le lecteur. : La vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens, contenant leur façon de vivre, subtilités et Jargon. Mis en lumière par monsieur Pechon de Ruby, Gentilhomme Breton, ayant été avec eux en ses jeunes ans où il a exercé ce beau métier. Plus a été ajouté un dictionnaire en langage blesquin avec l’explication en vulgaire. Titre long et complet pour ce très bref livret d’une quarantaine de pages paru sous pseudonymes en 1596 à Lyon. Qu’est-ce qu’un tel texte raconte de la façon dont la société fantasme le pauvre à la fin du XVIème siècle ? De la façon dont le réel fait littérature? De la fonction du jargon?   Entre charité chrétienne et morale de l’exclusion,  dans quels débats quant à l’errance s’inscrit ce petit livre de Péchon de Ruby ?  Avec Claudine Nédelec, professeur émérite à l’Université d’Artois, qui a notamment étudié les formes et les modalités de l’utilisation que la littérature fait des langages sociaux déviants et dévalorisés (argot des gueux, lexique « bas », archaïsmes et néologismes, proverbes…), à l’âge « classique » (XVIe –XVIIIe siècles) et Romain Weber, chercheur indépendant et bibliothécaire à la Bibliothèque historique de  la ville de Paris, postfacier de La vie généreuse des mercelots, gueux & bohémiens (Allia, 2019). Ses travaux portent essentiellement sur le recueil narratif facétieux de la période baroque et sur ses marges: sa langue, son public, ses conditions de publication… Une présentation abrégée de ses travaux en rapport avec la littérature facétieuse est consultable sur le site de l’OBVIL.

Les dernières publications de Romain Weber : 

« Canards facétieux ? Pour une redéfinition de la notion de canard » sur le site du Cérédi de l’université de Rouen. 

LA COMPAGNIE DES POÈTES par Manou Farine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.